Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 10:44

logo Thionville Est Ouest

 

 

 

 

COMPTE RENDU ASSEMBLEE GENERALE DU 29 Janvier 2012

 

 


 

 

 

1 – Entrée des drapeaux dans la salle : UNP Thionville, Cdo-para Belge, Légion, UNP Sarreguemines, sous le commandement du para Michel FRIES.

 

2 - SALUTATIONS ET VŒUX DU PRESIDENT

 

Mesdames, messieurs, je vous remercie de votre présence et je vous présente mes meilleurs vœux pour cette année 2012.

 

Rendons hommage au commando de l’air Daniel BIER, au Fusilier Marin et parachutiste Christian STALARS, au parachutiste ancien du 6 et président de l’UNC de Kédange sur Canner  Robert CORPLET, du Commando Para Jean CLOOTZ de Bruxelles en  Belgique, ainsi qu’à nos soldats tombés encore récemment en Afghanistan, en nous levant et en respectant une minute de silence.

 

Merci.

 

3 - OUVERTURE  ASSEMBLEE GENERALE

 

Je déclare ouverte  l’Assemblée générale Statuaire de la section de l’Union Nationale des parachutistes  57.4 Capitaine Erwan BERGOT.

 

Je remercie de leur présence les présidents des sections UNP et associations patriotiques françaises, belges, allemande, les élus et leurs représentants

 

4 -RESUME DE L’AG ANNEE 2011  du 23 janvier 2011 à Hagondange

5 - ACTIVITEES 2011

a) remerciements

 

L’année 2011 a été fertile en activités, celles-ci ont été réalisées grâce au soutien de nombreuses personnalités et municipalités que nous remercions :

Monsieur MALHER, maire d’HAGONDANGE pour notre Assemblée Générale

 

Monsieur LUXEMBOURGER, maire de TERVILLE, où eu lieu notre Saint Michel en 2010 avec sauts de parachutistes puis en 2011, une aide financière pour l’achat de notre nouveau drapeau,  la commémoration de DIEN BIEN PHU, des moments inoubliables.

 

Monsieur MERTZ, maire de THIONVILLE dont les locaux de notre siège nous sont prêtés gracieusement, pour l’aide financière accordée pour l’achat du nouveau drapeau et au succès de la remise officielle de celui-ci, la mise à disposition des salles gratuitement pour nos rencontres festives et conviviales.

Malheureusement ce n’est plus le cas pour celles-ci depuis fin Novembre 2010.

 

Monsieur ASCHBACHER, maire de DISTROFF qui chaque année nous permet d’utiliser les installations du parc de la Gloriette pour notre traditionnelle journée Plein Air avec barbecue géant mis à notre disposition  par le para Joseph FRANCOIS

 

Monsieur SLENDZAK, maire de YUTZ pour nous avoir proposé et permis de tenir un stand de restauration – boissons lors de la fête de la musique et sur les berges de la Moselle le 14 juillet.

 

Le chef de Corps du 40ème RT de Thionville qui à la demande de Monsieur MILLERY de l’UNP Sarrebourg et Représentant la France Mutualiste nous a permis de partager un stand lors des portes ouvertes du régiment.

Monsieur SEIWERT, maire de ROUSSY le Village pour la très belle Saint Michel qu’il nous a offert avec largage de parachutistes et défilé de véhicules militaire. Ce succès nous le lui devons ainsi qu’aux sponsors.

 

b)  Détails des activités année 2011

 

6  -  RAPPORT  FINANCIER

      Par le Trésorier Camille LAURENT

 

 

6a) -RAPPORT DES REVISEURS AUX COMPTES CONCERNANT  L’EXERCICE DE L’ANNEE  2011

6b) Approbation du bilan financier par vote :

 

       Qui est contre ?    0

       Qui s’abstient ?    0

 

Le bilan financier de l’exercice de l’année 2011 est adopté à l’unanimité

Madame Danièle COUENNE-SCHOEDER étant postulante pour une fonction dans le bureau ne peut être aussi réviseur aux comptes. De ce fait nous aurions besoins de candidats.

Monsieur Eugène KUNTZINGER  voulez-vous poursuivre cette fonction ? OUI

Qui est contre ?   0

Qui s’abstient ?   0

Elu à l’unanimité.

 

Autre volontaire ? Monsieur  Alain COURTIOL

Qui est contre ?   0

Qui s’abstient ?   0

Elu à l’unanimité

 

La révision des comptes à lieu tous les 2 mois, durée 2 heures.

A compter de cet instant vous êtes officiellement réviseurs aux comptes pour l’année 2012

7  -  RAPPORT MORAL

 

En 2009 nous étions nominés et récompensé d’une prime de 200 euros en article UPN, au concours de recrutement dans le groupe 2, section de moins de 100 adhérents.

En 2010 nous étions pressentis mais le recrutement OPEX valant 2 points et 5 amis valant 1 point  nous a pénalisé. Nous avions tout de même dépassé les 100 adhérents.

En 2011 nous sommes classés dans le groupe 1 celui des sections les plus importantes, et avons obtenu une prime de 300 euros en articles UNP lors du congrès de MONTAUBAN au mois de mai.           

 

L’année 2011 confirme l’essor de notre section par le retour de certains et l’adhésion de nouveaux.

 

Lors de notre présence à des stands, de nombreuses personnes dont des paras d’active et des anciens sont venus nous voir, des contacts se sont faits, pas forcément

une adhésion, mais une ouverture. L’exposition de nos articles, de nos revues paras fut appréciée, et surtout l’accueil fait par les responsables des stands arborant les couleurs de l’UNP, était un atout considérable au succès.

 

Notre résultat financier est satisfaisant vu le nombre de sorties effectué, des hommages rendus à nos disparus et l’imprévu Parisien.

Nous sommes appréciés partout où nous rendons, pour notre sérieux, notre tenue vestimentaire impeccable et notre organisation.

 

Que d’éloges, mais tenir ce niveau demande une grande attention sur notre comportement pendant et en dehors des cérémonies. Soyons toujours sérieux en toutes circonstances.

Nous participons pour certains à divers déplacement dans d’autres régions et villes.

C’est très bien de représenter l’UNP Thionville.

 

Par contre ce qui l’est moins, c’est lors de cérémonies telles que DIEN BIEN PHU ou Saint Michel nous ne soyons pas plus nombreux. Car si l’on déduit les UNP voisines et amicales belges nous serions une vingtaine seulement. Ce qui est peu pour la section la plus importante d’Alsace Moselle et la seconde de Lorraine. Nancy occupant la 1ère place.

 

Donc faisons un effort et soyons aussi nombreux que lors de l’arbre de Noël  ou plus de 50 paras étaient présent. Démontrons que l’esprit de corps et de solidarité existe toujours, comme Para un jour, Para toujours.

N’oublions pas nos aînés qui parfois sont seuls et se morfondent chez eux  Certains d’entre nous vont leur rendre visite, je les félicite et les en remercie. Les échos reçus suite à ces rencontres et la joie éprouvée par ces personnes de ne pas avoir été écartée du fait de leur problème physique ou de santé. Qu’ils ne sont pas seulement un numéro et un cotisant, mais un frère d’arme.

Ces actions du cœur  font partie des qualités des parachutistes.

  

Sur 2012 nous faisons partie à mi-parcours des lauréats parmi les 20 sections dont le recrutement et le plus performant en valeur absolue.

 

Beaucoup de parachutistes sont dans des amicales régimentaires ou autres. C’est à nous de leur faire connaître l’UNP en continuant à être exemplaire lors de nos sorties. Peut-être qu’un jour ils viendront vous voir et vous demander des renseignements ? Selon vos propos s’ils sont convaincants, ils pourraient  nous rejoindre.

 

8 -TIERS SORTANT

 

Ne se représente pas                      Raphaël  BAZZANA

Se  représente                                   Eugène    LEGAL               

                                                           Eugène   KUNTZINGER   

Nouveaux candidats                     Danièle  SCHROEDER/COUENNE  

                                                           Eric        SIMON                                   

                                                           Olivier   WILMES                                

                                                           Alain      COURTIOL   

                                                           Jean        TARANTINO

Qui est contre ?    0                       

Qui s’abstient ?    0

 

Tous sont réélus ou élus comme membres du comité et bureau.

 

9  NOUVEL ORGANIGRAMME après élection et affectation des postes :

 

Président                    Gilbert TRIESTINI         

Vice-président           André  FRECHEIN        

Vice-présidente         Danièle SCHROEDER    

Vice- président          Eric     SIMON               

Trésorier                    Camille LAURENT       

Trésorier adj.             Jean  BRION                      

Secrétaire                   Marie-Claire WEILER    

Assesseurs               Guy PARTHENAY         

François CLOÎTRE         

                                   Roger   MULLER            

                                   Eugène KUNTZINGER  

                                   Eugène  LEGAL              

                                   Olivier   WILMES           

                                   Alain      COURTIOL      

                                   Jean       TARANTINO   

 

Informations              Michel DELOFFRE Rédacteur du site internet  UNP

 

Porte – Drapeau         Alain  SEITH

                                      Jean   BRION

                                      Guy   PARTHENAY

Suppléant                   François CLOÎTRE

 

Maître de cérémonie : Guy PARTHENAY

                            Daniel  WEILER       

 

10 -PROGRAMME  2012

 

Avant la lecture des différentes activités et invitations que j’ai reçues et vont être lues par la secrétaire à titre d’informations, je tiens à préciser :

Que personnellement je m’engage à participer à une invitation dans chaque section UNP d’Alsace Moselle et chez nos associés, dans le cadre de mes fonctions,à celle Nationale de l’UNP, et de notre section.

Pour les adhérents, mon souhait serait qu’ils participent en masse à nos cérémonies, mais pour les autres activités ou invitations, ils n’ont aucune obligation, car celle –ci occasionne des dépenses que tous ne peuvent assurer. La section ne peut  les financer toutes.

Les déplacements dont la section pourrait participer au financement sont décidés en réunion de bureau, et au cas par cas, si nos finances le permettent et à bon escient.

 

11 -NOUVEAUX  ADHERENTS

 

12  QUESTIONS – REPONSES  (Aucunes)

 

Intervention de monsieur Roger MULLER délégué UNP pour l’Allemagne au sujet des paras  de MERZIG qui ont actuellement des difficultés.

 

13  DISTINCTIONS :

 

 Pour 10 années  d’adhésion à l’UNP  l’aigle d’argent est décerné à :

Jean -Bernard  DRISCH, (Décerné au local), Camille HREBEN, (Absent), Marcel MAQUET remis à Christian BRAS, Jean LARDENOIS, Franck MULLER.

 

Pour  30 années d’adhésion à l’UNP l’aigle de platine est décerné à:

René   FAVREAU ;     Gérard   GRETHEN.

 

14 -  ALLOCUTIONS :

 

Je cède la Parole à Monsieur Patrick MILLERY, membre de l’UNP Sarrebourg  pour vous présenter  ce qu’est la France Mutualiste. Je le remercie pour nous avoir fait imprimer gracieusement  les menus du repas de cohésion.

 

Monsieur Patrick MILLERY pour la Mutualité Française a fait une présentation de ce que propose sa compagnie en placement pour les titulaire de la carte du combattant et militaire d’active.

 

Monsieur Daniel LIMBACH, délégué Régional Alsace Moselle et président de l’UNP de Strasbourg a dit quelques mots sur l’esprit de solidarité et d’amitié qui uni la majorité des sections UNP

 

Monsieur Georges KENNEL, Président d’Honneur de la section UNP de Sarreguemines a remis le fanion de sa section à notre Président en signe d’amitié et des très bonnes relations entre nos sections.

 

Avant la clôture de cette assemblée générale, j’ai quelques infos à vous donner concernant nos futures réunions.

Nous avons obtenu, grâce à messieurs Roger BERNARD et Eugène LEGAL, l’autorisation d’organiser notre prochaine AG AU Quartier CHEVERT. De même que celle régionale des présidents d’ALSACE MOSELLE, bien sûr pour cette dernière avec accord du siège national. Monsieur Eugène LEGAL, et le sergent Eric SIMON vont contacter le 40ème RT pour l’autorisation d’organiser des réunions du même type.  Dans l’affirmative nous pourrions bénéficier de 2 entité différentes, la Gendarmerie Mobile et le Régiment de Transmission.

Pour 2013 nous envisageons d’organiser une Saint Michel régionale, avec notre président National, ceci pour le 50ème Anniversaire de l’UNP.

 

15 -CLOTURE  de  L’Assemblée Générale de l’année 2011

 

Je déclare clôturée, l’assemblée générale statuaire d la section Capitaine Erwan BERGOT pour l’année 2011. En final chantons notre Hymne National  « La Marseillaise »

 

Levée des Drapeaux et chant repris par toute l’assistance.

 

Final par : Et par Saint Michel …… Vive les Paras.

 

16- INVITATION à Partager le verre de l’Amitié offert par la section.

 

17- Repas de cohésion et d’amitiés pour adhérents et sympathisants qui furent au nombre de 152.

Repost 0
9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 10:23

                  CEMAT-15.jpg

 

 

 

 

Liens vers les fichiers            CEMAT 15 CEMAT 15

 

                                                         CEMAT14 CEMAT14

 

                                                    

 

 

Liens vers anciens fichiers:     cemat n13 cemat n13

 

                                                          cemat 12 cemat 12

 

selon votre vitesse de connection,un peu de patience avant l'ouverture des fichiers.

Repost 0
8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 07:49

L'Assemblée Générale de la section  a eu lieu cette année à la salle du casino municipal de Thionville.

8h30-accueil des participants avec café et petits gateaux.

2012-Assemblée Générale Thionville (11)

Le réglement des cotisations pour l'année en cours et l'achat de calendriers UNP.

2012-Assemblée Générale Thionville (10)
2012-Assemblée Générale Thionville (9)
10heures-début de l'assemblé.
-sous la direction de Michel Fries,entrée des drapeaux dans la salle(UNP Thionville,Commando-para Belge,Légion,UNP Sarreguemines)

2012-Assemblée Générale Thionville (12)

2012-Assemblée Générale Thionville (13)
-salutations et voeux du Président avec hommage au commando de l’air Daniel BIER, au Fusilier Marin et parachutiste Christian STALARS, au parachutiste ancien du 6 et président de l’UNC de Kédange sur Canner  Robert CORPLET, du Commando Para Jean CLOOTZ de Bruxelles en  Belgique, ainsi qu’à nos soldats tombés encore récemment en Afghanistan, suivi d'une minute de silence.

2012-Assemblée Générale Thionville (14)

Ouverture de l'Assemblée Générale avec lecture des activités et des événements de l'année 2011,lecture du  rapport financier par le trésorier Camille Laurent,Lecture du rapport moral,présentation du nouvel organigramme après élection et affectation de postes,lecture du programme 2012.

2012-Assemblée Générale Thionville (17)


2012-Assemblée Générale Thionville (15)

2012-Assemblée Générale Thionville (16)

11h30-Remise des distinctions:
Pour 10 années  d’adhésion à l’UNP  l’aigle d’argent a été décerné à :
Jean -Bernard  DRISCH, (Décerné au local), Camille HREBEN, (Absent), Marcel MAQUET remis à Christian BRAS, Jean LARDENOIS, Franck MULLER.

Pour  30 années d’adhésion à l’UNP l’aigle de platine est décerné à:
René   FAVREAU ;     Gérard   GRETHEN.

Après les allocutions d'usage et la cloture de l'Assemblée Générale par l'Hymne National et la lévée des Drapeaux,un verre de l'amitié a été offert par la section.

2012-Assemblée Générale Thionville (20)

2012-Assemblée Générale Thionville (2)



2012-Assemblée Générale Thionville (3)

 

13 heures-le repas de cohésion a regroupé 152 personnes dans la salle du casino.

2012-Assemblée Générale Thionville (6)
la préparation de l'animation musicale par notre ami Roland Bordin.

 

 


 

 Et par Saint Michel …… Vive les Paras.

 

 

 

 

Lien vers le compte rendu de l'Assemblée Générale:  2012-Section UNP de Thionville.Compte rendu Assemblée Générale du 29 Janvier

Repost 0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 11:09

Le lien ci-dessous vous amène sur une vidéo de Tv5 Monde dans laquelle Monsieurs Gérard Longuet,ministre de la Défense et des Anciens Combattants ,propose que les cendres du Général Bigeard soient déposées aux Invalides le 29 septembre ,jour de la Saint Michel, Patron des Parachutistes.

 

 

Lien vers la vidéo:    link

Repost 0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 07:54

Dans cet article vous trouverez:

-l'amendement nr7 relatif au 19 mars du 14/12/2011-Source ASAF

-l'article avec son lien de Ladepeche.fr(le pont Chevalier Bayard rebaptisé Pont du 19 mars 1962 à Toulouse)

-une copie de la lettre  du général Pierre ZAMMIT, président de l'Entraide parachutiste 

-un lien vers le fichier "la lettre ouverte du Président de l'ASAF

-un lien vers le fichier "19 mars deni de mémoire.

 

 

 

 

 

Source ASAF. Lundi, 16 Janvier 2012 15:31
Projet de loi fixant au 11 novembre la commémoration de tous les morts pour la France (n° 4079, déposé le 14 décembre 2011)


Amendement N°7 relatif au 19 mars

La parole est à M. Jean-Jacques Candelier, pour le soutenir.

M. Jean-Jacques Candelier.
En cette année 2012, constituant le cinquantième anniversaire de la fin de la guerre d’Algérie, l’amendement n° 7 prend tout son sens : l’année qui commence sera l’occasion d’honorer à sa juste valeur la mémoire des anciens combattants d’Algérie.
La Nation a le devoir de reconnaître les souffrances endurées et les sacrifices consentis par ses combattants, et d’empêcher qu’ils ne sombrent dans l’oubli.
Chaque conflit armé a un début et une fin.
Pour consacrer au souvenir des morts et de la paix retrouvée une journée officielle, nous suggérons la reconnaissance du 19 mars comme Journée nationale du souvenir et du recueillement. C’est, en effet, le lundi 19 mars 1962, à midi, que le cessez-le-feu décidé à la suite des accords d’Évian fut appliqué sur tout le territoire algérien.
La date du 5 décembre ne correspond à aucun événement particulier du conflit algérien.

M. Lionnel Luca.
Tant mieux !

M. Jean-Jacques Candelier.
Notre amendement traduit la constance des députés communistes, républicains, citoyens et du parti de gauche à l’égard de la guerre d’Algérie.
Il s’agit aussi de tirer tous les enseignements de cette période de l’histoire de notre pays.
En aidant à reconnaître que la France s’est engagée entre 1952 et 1962 dans une véritable guerre, la reconnaissance du 19 mars créerait les conditions d’une meilleure compréhension de la nocivité du colonialisme et du mépris voué aux peuples en lutte pour leur liberté.

M. le président.
Quel est l’avis de la commission ?

M. Patrick Beaudouin, rapporteur.
Monsieur Candelier, la Nation reconnaît déjà les souffrances endurées et les sacrifices consentis par les combattants de la guerre d’Algérie, grâce à la journée nationale d’hommage aux morts pour la France pendant la guerre d’Algérie et les combats du Maroc et de la Tunisie, fixée le 5 décembre par le décret du 26 septembre 2003.
Je rappelle que cette date a été choisie par une commission présidée par l’historien Jean Favier et réunissant les présidents des douze principales associations d’anciens combattants. Par onze voix contre une, la date du 5 décembre a été préférée à celle du 19 mars – date du cessez-le-feu – et à celle du 16 octobre – jour anniversaire de l’inhumation du soldat inconnu d’Alger dans la nécropole nationale de Notre-Dame de Lorette.
Je ne crois donc pas indispensable, au moment où nous discutons de l’hommage unanime de la France aux morts pour la France, d’ouvrir une fois de plus un chapitre partisan.
Comme l’a dit le président d’une grande association nationale, devant un monument aux morts, on ne se divise pas, on se rassemble. (Applaudissements sur les bancs des groupes UMP et NC.)

Mme Françoise Hostalier et M. Michel Hunault.
Bravo ! Tout est dit !

M. le président.
Quel est l’avis du Gouvernement ?

M. Marc Laffineur, secrétaire d’État.
Dans tout débat, monsieur Candelier, mais encore plus dans un débat portant sur la mémoire, nous ne devons penser qu’à une chose : l’unité de la Nation.

M. Michel Hunault.
Très bien !

M. Marc Laffineur, secrétaire d’État.
Si je comprends que certaines associations souhaitent célébrer le 19 mars, je sais aussi que cette date ne peut pas faire l’unanimité.
Après le 19 mars, 75 000 harkis ont été assassinés.
La plupart de ces combattants avaient fait partie de l’armée d’Afrique lors de la Seconde Guerre mondiale, ralliés, pour certains, au général Leclerc à N’Djamena, au Tchad.
Après la guerre, une partie des centaines de milliers d’Algériens ayant combattu aux côtés de la France sont restés dans l’armée française, parce qu’ils avaient fait le choix de la France – nombre de leurs pères, de leurs frères, étaient morts pour la France.
Aujourd’hui, nous devons penser à eux. Nous devons nous souvenir qu’ils ont fait un choix difficile, un choix courageux, parce qu’ils avaient toujours combattu aux côtés de la France.

M. Guy Teissier, président de la commission de la défense.
Oui, un choix très courageux !

M. Marc Laffineur, secrétaire d’État.
Comment expliquer à ces personnes que la date retenue pour l’hommage aux morts pour la France pendant la guerre d’Algérie est le 19 mars, alors qu’ils ont été dévastés, détruits, à compter de cette date ?
Même ceux qui ont été emmenés en France ont connu une intégration difficile – notre République doit d’ailleurs s’interroger sur la façon dont elle a accueilli ces combattants.
Nous devons également penser aux deux millions de Français appelés les pieds-noirs.
Contrairement à ce que vous semblez affirmer, monsieur Candelier, on ne peut assimiler les pieds-noirs à des colonialistes. Bien sûr, certains ont pu tirer profit de la situation. Mais la plupart des personnes qui ont dû quitter l’Algérie étaient des petits commerçants, des fonctionnaires…

M. Lionnel Luca.
Des enseignants !

M. Marc Laffineur, secrétaire d’État. …des policiers, des gens modestes.
Parmi les pieds-noirs, on a dénombré 1 696 personnes disparues après le 19 mars 1962, sans que l’on puisse jamais savoir ce qu’elles sont devenues. Comment voulez-vous expliquer aux harkis, à ces Français déracinés, arrivés en métropole après avoir tout perdu, que l’on a retenu la date du 19 mars pour commémorer la fin de la guerre d’Algérie ? Ce n’est pas possible !

Constatant la difficulté à trouver une date de commémoration des morts d’Algérie pour la France, journée d’union nationale et de recueillement, où l’unité de la Nation doit s’exprimer, la commission Favier, réunissant des historiens de toutes tendances ainsi que des associations d’anciens combattants, a finalement retenu la date du 5 décembre, proposée par l’une des associations et adoptée à l’unanimité moins deux voix.
Je vous le répète, nous devons penser à l’unité de notre pays plutôt que de lancer des débats qui ne peuvent que le diviser. (Applaudissements sur les bancs des groupes UMP et NC.)

L’amendement n° 7 n’est pas adopté.

 

 

****************************************

Autre son de cloche.

 

Toulouse-:source de l'article "Ladepeche.fr"

Le pont Bayard, devant la gare Matabiau, sera cette année baptisé Pont du 19-Mars 1962 » confirmait Michel Pech, représentant le député maire Pierre Cohen. Au grand satisfecit des membres de la Fnaca, qui, lors de la traditionnelle cérémonie des vœux, étaient réunis autour de Louis Vié, président du comité de Toulouse. Ce fut une occasion pour le président national Guy Darmanin de rappeler à tous : « Cette année sera celle de la mobilisation pour commémorer massivement le 50e anniversaire du cessez-le-feu du 19 mars 1962 qui a marqué la fin de la guerre d'Algérie ». Le sénateur Jean-Jacques Mirassou, conseiller général, a d'ailleurs tenu à féliciter le Toulousain Guy Darmanin pour son élection à la présidence nationale de cette active association d'anciens combattants. Et le parlementaire d'ajouter : « Le Sénat, grâce à sa nouvelle majorité, a présenté une proposition de loi pour l'officialisation du « 19 Mars », et a décidé de bloquer le projet de Memorial Day du 11-Novembre ». Louis Vié a appelé successivement la veuve du regretté Roger Vinet, qui fut l'actif président du comité de 1985 à 1995, Marcel Machado, premier trésorier départemental et un des vétérans du bureau, Robert Alaux, trésorier pendant 25 ans et Robert Laurens, 1er porte-drapeau, également vétéran du bureau. À chacun d'eux, le président du comité de Toulouse a remis la « médaille du cinquantenaire du 19 Mars 1962 ». Il voulait ainsi rendre hommage à leur fidélité et de leur dévouement. Le verre de l'amitié a ensuite permis de prolonger ce moment de convivialité.

l'article sur ce lien   link

 

 

*****************************

 

Transmis par un lecteur.

 

 

Objet : Tr: le 19 mars : escroquerie juridique et déni de mémoire.

La lettre est du général Pierre ZAMMIT, président de l'Entraide parachutiste !

Monsieur Pech,

 

Lors de la cérémonie des vœux de la FNACA relatée par la Dépêche du Midi du 1er février, alors que vous y représentiez le maire de Toulouse, vous avez "confirmé" la décision de la municipalité de Toulouse de rebaptiser "pont du 19 mars 1962" le pont aujourd'hui "Bayard" qui enjambe le canal, juste en face à la gare Matabiau ( http://www.ladepeche.fr/article/2012/02/01/1274717-matabiau-le-pont-bayard-va-devenir-le-pont-du-19-mars-1962.html). Cette inauguration est prévue en cette année 2012 qui marque les cinquante ans de la fin de la guerre d'Algérie.

 

Pauvre chevalier Bayard, figure du roman national grâce auquel l'école de Jules Ferry a appris et fait aimer la France aux enfants de ce pays, leur a enseigné ce que pouvait être l'Honneur. Qu'a-t-il donc fait pour ne plus être à l'honneur, lui le chevalier ? Le remplacer par qui, par quoi ? Par la date du 19 mars 1962 dont la commémoration est le vieux cheval de bataille d'une seule association d'anciens combattants, la FNACA qui, depuis des décennies, tente par tous les moyens d'imposer "sa" vérité historique. Et ce pour des raisons qui ne sont pas seulement – et loin s'en faut - celles de la mémoire combattante, pas plus que celles de l'Histoire car le 19 mars 1962 n'a pas marqué la fin de la guerre d'Algérie.

 

Vouloir faire du 19 mars la date commémorative de la fin de la guerre d'Algérie est en effet une escroquerie juridique, un déni de mémoire et d'honneur, une insulte aux familles.

C'est une escroquerie juridique parce le mot accord n'a jamais été employé dans le texte officiel. Il n'y a jamais eu d'accords officiels mais seulement des "déclarations gouvernementales". Quant à la délégation du FLN, on sait que ses représentant furent désavoués par ceux-là même qui les avaient mandatés. Parce que sans aucune valeur en droit international, la France n'a jamais pu s'en prévaloir pour obtenir le respect des dites déclarations, en particulier du cessez-le-feu. De la part du FLN, ces déclarations ne demeurèrent que d'intention. Le mot "accord" utilisé à tort par les journalistes à l'époque fait bien l'affaire de la FNACA qui sait cela mais fait comme si.

C'est un déni de mémoire et d'honneur parce que le cessez-le-feu mentionné par ces déclarations n'a été respecté que de façon unilatérale par la France. Du 19 mars 1962 à l'été 1962 qui vit l'exode de la population européenne d'Algérie, le FLN, l'autre parti, fit plus de victimes (plus de 3000 tués et 1700 enlèvements) parmi les européens que pendant toute la guerre d'Algérie qui dura huit ans. Parce qu'après le 19 mars 1962, les harkis qui avaient fait le choix de la France et leurs familles furent massacrés par milliers (le chiffre officiel est de 60 à 70.000 personnes). Est-ce là un cessez-le-feu ? Oui, le 19 mars mit fin aux actions de l'armée française contre le FLN, mais pas à celles du FLN contre les populations fidèles à la France. Il y eut d'une part ceux qui purent bénéficier du cessez-le-feu et tiennent à commémorer le 19 mars et d'autre part les autres, assassinés, enlevés et jamais retrouvés. Est-ce là l'honneur ?

C'est enfin une insulte à ces milliers de victimes d'après le 19 mars 1962, assassinées – il n'y a pas d'autre mot car rien n'a été entrepris par ceux qui, pourtant, auraient pu et du les défendre - et coupables seulement d'être Français ou d'avoir aimé et choisi la France. Tragédie oubliée, tragédie occultée par tous ceux qui tiennent à commémorer le 19 mars. La municipalité de Toulouse a-t-elle pensé à leurs familles ? Son choix ravive des blessures jamais totalement fermées mais que le temps commençait à cicatriser.

 

Après les guerres et leur cortège de victimes, doit venir le temps de l'apaisement, surtout au sein d'une même famille. J'ai l'envie et la force de croire que la Nation française est une famille. La décision de votre municipalité qui ravive les blessures d'hier, qui ravive "la bataille des mémoires" ne va pas dans le sens de l'apaisement de la famille française. En ce sens, c'est une faute. Fi donc de ce que représentait Bayard ! Bienvenue à tout ce que représente le 19 mars. Soit. J'espère seulement qu'un jour viendra où les électeurs toulousains permettront et feront que le pont Bayard retrouve son appellation de chevalier Bayard, synonyme de courage et d'honneur. Une appellation respectueuse de la mémoire des familles des français de "là-bas" et des harkis.


 

Avec mes salutations distinguées.

Pierre ZAMMIT

Balma


 

                                                                  **************************************

 

                                                                            liens vers les fichiers:

 

                       12 02 06 LETTRE OUVERTE au d-put- maire de TOULOUSE 12 02 06 LETTRE OUVERTE au d-put- maire de TOULOUSE

 

 

                        00 19 MARS DENI de MEMOIRE 00 19 MARS DENI de MEMOIRE

 

 

   

                          Si vous avez des difficultés pour ouvrir le premier lien

ASAF

 Mémoire et vérité

A Paris le 5 février 2012

 

Lettre ouverte  du Président

de l’Association de Soutien à l’Armée Française

à  Monsieur Pierre COHEN

Député-maire de la ville de TOULOUSE

 

Place du Capitole

31 000 TOULOUSE

 

Monsieur le député-maire,

 La lecture du journal « LA DEPECHE » du 1er février 2012 m’apprend que vous avez, à l’occasion d’une manifestation récemment organisée dans votre commune, annoncé votre intention de procéder prochainement au changement de nom du pont BAYARD en le baptisant  « pont du 19 mars 1962 ».

 Vous ignorez peut-être que votre geste fait non seulement disparaître de la mémoire collective de votre ville, un héros incontesté de l’Histoire de France dont le nom symbolise à la fois le courage, l’honneur et la générosité, mais qu’il bafoue la mémoire de tous ceux qui sont morts en Algérie après le 19 mars 1962 et piétine l’honneur de ceux qui sont morts avant cette date.

 C’est la raison pour laquelle je me permets de vous adresser ci-dessous un texte sur la réalité du 19 mars.

Il vous permettra de mieux comprendre les raisons de ma lettre et vous conduira je l’espère à revenir sur une décision qui constitue un déni de mémoire. 

 Veuillez agréer monsieur le député-maire, au seul titre des fonctions que vous occupez, l’expression de mes sentiments distingués.

Henri Pinard Legry
président de l’ASAF

 

18, rue de Vézelay ­75008 Paris

 

Tél/Fax : 01 42 25 48 43 - Courriel : secretariat@asafrance.fr

 

Site : http://www.asafrance.fr

 

Association 1901 déclarée le 27 mai 1983. J.O. N° 57322 ­GR 182­ - Fédération A. Maginot

 

 

 

 

Repost 0
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 10:37

Dans l'attente d'informations complémentaires,quelques images de l'Assemblée Générale de la Section du 22 janvier.

 

2012-Assemblée Générale. (7)

2012-Assemblée Générale. (8)

2012-Assemblée Générale. (12)

2012-Assemblée Générale. (17)

2012-Assemblée Générale. (23)

2012-Assemblée Générale. (21)

2012-Assemblée Générale. (22)

2012-Assemblée Générale. (27)

2012-Assemblée Générale. (2)

2012-Assemblée Générale. (31)

2012-Assemblée Générale. (30)

 

Vous retrouverez ces images et d'autres sur:: Section Strasbourg-nr2 Section Strasbourg-nr2

Repost 0
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 10:40

gazette Srasbourg 001

 

     Un clic sur le lien ci-dessous pour ouvrir le fichier "la gazette des Paras nr2"

 

 

 

                                                                         gazette Strasbourg -2gazette Strasbourg -2

 

 

 

 

 

lien vers les archives section de Strasbourg:      Archives Strasbourg.

Repost 0
3 février 2012 5 03 /02 /février /2012 08:01

la source de cet article:revue trimestrielle Debout Les Paras nr 174-année 2000

 

16 mai 1950:Première évacuation sanitaire par hélicoptère de la guerre d'Indochine

Evacuations-sanitaire-Indochine--3-.jpgPendant les premières années de la guerre,les évacuations primaires par voie aérienne se faisaient par avion Morane 500.En mai 1950,l'hélicoptère fait son apparition dans le ciel de l'Indochine.Dès lors,son emploi pour l'évacuation des blessés ira en augmentant jusqu'au cessez le feu le 11 août 1954.

Le cinquantenaire de la première évacuation sanitaire par hélicoptère de la guerre d'Indochine est l'occasion de rendre hommage aux pilotes de l'Armée de l'Air qui ont permis de sauver des milliers de blessés dont un grand nombre de parachutistes.
Le 12 mai 1950,un hélicoptère Hiller 360 survole la place de la cathédrale de Saïgon où,le public rassemblé pour cette exhibition,découvre ce nouvel engin piloté par le Lieutenant Alexis Santini,qui débute un second et long séjour affecté à l'escadrille de liaison aérienne 52 comme commandant de la section hélicoptère.
Le  service de santé avait acheté les deux premiers Hiller 360 destinés à l'évacuation rapide des blessés du théâtre d'opérations.

Le Colonel Santini a raconté sa première EVASAN,le 16 mai 1950:"A 17h50,un message est arrivé au PC du GATAC-sud Saïgon.Il s' agissait d'évacuer deux blessés couchés qui se trouvaient dans le secteur nord-ouest à Tan-Uyen.J'étais le seul pilote d'hélicoptère en Indochine à ce moment là.J'avais été escorté à l'aller par deux chasseurs.L'appareil n'était pas muni de compas mais je connaissais bien la région.Je me suis posé pour prendre les deux blessés ,un lieutenant para costaud et un légionnaire qui lui aussi pesait son poids!Bref,nous étions en surcharge.J'ai tout de même réussi à décoller et mis le cap sur Saïgon.J'ai déposé mes passagers de nuit.C'était la première mission assurée par un hélicoptère militaire en Indochine." (Air Actu-Mai 1994).
D'autres pilotes rejoindront le lieutenant Santini,le médecin capitaine Valérie André,chirurgien,parachutiste,l'adjudant Bartier,les capitaines Joly et Dousset.D'autres encore.
Aux deux premiers Hiller 360 (178 CV,660 kg à vide,2 civières,ne disposant que de 240 kg pour transporter le pilote et 2 passagers) s'ajoutent en 1952,quatre nouveaux Hiller H23 et neuf Westland,version anglaise du Sikorsky S.51.  En 1953 arrivent neuf nouveaux Hiller H23,puis de septembre 1953 au premier semestre 1954 ,18 Sikorsky S.55 (700 cv) pouvant transporter six blessés couchés et un infirmier avec un rayon d'action de 500 km.
Début 1953,le capitaine Santini est nommé inspecteur des hélicoptères.L'Armée de l'Air a intégré ses hélicoptères dans les escadrilles de liaison 52,implantée à Tan Son Nhut et 53 implantée à Bach Maï au Tonkin.
Le 1er juillet 1954,les sections hélicoptères sont réunies pour former la 65° Escadre d'hélicoptères commandée par le lieutenant-colonel Charreire,secondé par le Capitaine Santini.

 

 

Evacuations sanitaire Indochine (1)Les anciens d'Indochine ont tendance à minorer le nombre d'hélicoptères,pourtant le bilan est éloquent.Le médecin général Bergeret a indiqué"plus de 11.000 évacuations primaires de blessés par hélicoptère" .Il faut ajouter 38 pilotes récupérés et 80 évadés de Dien Bien Phu.
Le médecin capitaine Valérie André compte 129 missions et 165 blessés évacués.Sa première mission date du 16 mars 1952.
Pour sa part et,à titre d'exemple,l'ELA 52 a assuré 1238 EVASAN de janvier 1952 à janvier 1954 (registre des EVASAN EVA/52-SHAA-Vol.20  Série 6) dont les compte-rendus sont signés du Capitaine Santini.Au total,42 hélicoptères servirent sur le théâtre d'opérations indochinois (Hiller UH-12A,H 23A,H 23B et Sikorsky S-51 et S-55).
L'emploi de l'hélicoptère ne doit pas faire oublier les évacuations primaires par avions légers Morane 500.Dès 1947,    dix avions assuraient les évacuations:
-une section à 4 avions à Tan Son Nhut couvrant le Cambodge,la Cochinchine,le Sud Annam et le Laos.
-une section à 4 avions à Gia-Lam couvrant le Tonkin puis le Nord Annam,un avion à Nha Trang couvrant le Sud Annam et un avion à Tourane couvant le Centre Annam.
Cette situation est indiquée à titred'exemple pour souligner l'importance accordée par l'arméede l'air aux EVASAN.Elle sera modifiée ultérieurement  au fur et à mesure de l'arrivée des hélicoptères,mieux adaptés pour les postes dépourvus de piste ou inondés pendant la saison des pluies.Les pilotes des Morane 500 ont réussi des prodiges en se posant dans des zones difficiles.A leur actif ,on relève plus de 20.000 évacuations sanitaires.

Au cours de la guerre de Corée,12.000 bléssés ontété évacués par hélicoptère les médecins du corps expéditionnaire ont estimé que 90% des hommes les plus atteints eussent perdu  la vie s'ils avaient été transportés en jeep sous un pareil climat(cité par J.F Navard in les Giravions/Amiot-Dumont-1955).
Pendant la guerre d'Algérie,l'hélicoptère sera au coeur des opérations.La directive sur l'emploi opérationnel des hélicoptères (ALAT) est datée du 15 mars 1956.Peu nombreux au début du conflit ,on en comptera 349 en septembre 1959 (193-ALAT,130-Armée de l'air,26-Marine).Les évacuations sanitaires primaires du lieu de l'enlèvement du blessé au relais chirurgical le plus proche seront,la plupart du temps,effectuées par hélicoptère.Pour sa part,l'Armée de l'Air en effectuera 23.711 (MG Bergeret-RHA n° spécial sur le Service de Santé-1972).

Colonel (cr)du CTA-SSA
Pierre-Jean Linon-UNP 9641
Vice-président UNP-92 Sud
Président d'honneur du GORSSA

Evacuations-sanitaire-Indochine--2-.jpg

 

 

Pour info:la revue trimestrielle Debout Les Paras est offerte et envoyée gratuitement à tous les adhérents de l'Union Nationale des Parachutistes.

DLP6 

 


 


Repost 0
Published by DLF - dans Indochine
commenter cet article
2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 07:58

Texte utilisé par notre blog avec l'autorisation de son auteur.

 

                         L’immigration et la mauvaise conscience européenne

 

« Nous courons sans souci dans le précipice, après que nous avons mis quelque chose devant nous pour nous empêcher de le voir » (Blaise PASCAL)

 

Dés lors qu’il s’agit des relations entre pays développés et tiers-monde, l’Occident, et principalement la France, sont atteints d’un sentiment de culpabilité qu’entretient une classe intellectuelle et médiatique inspirée par l’idéologie mondialiste et le rejet du passé colonial présenté comme honteux. L’esclavage, le colonialisme, le capitalisme, l’exploitation sous toutes ses formes, que nous aurions infligés aux peuples du Sud, nous rendraient coupables à leur égard d’une faute  irrémissible et leur confèreraient sur nous des droits : devoir de repentance pour les uns, pour les autres droit aux compensations, à l’ouverture des frontières, et demain bien sûr droit à une revanche méritée.  Alors que sont  expulsées ou dépossédées les dernières minorités européennes des pays ex-colonisés et notamment  d’Afrique, il nous faudrait, au nom de ces « péchés » historiques, accepter et entretenir sur notre sol des flots de migrants venant de ces mêmes pays, y compris lorsqu’ils s’imposent chez nous en violant nos frontières et nos lois. Dans cette vision des choses, les coupables ne sont plus ceux qui renoncent à défendre nos valeurs, notre identité et notre territoire, mais ceux, qualifiés de « xénophobes », qui prétendent résister à un déferlement migratoire de plus en plus envahissant et arrogant. La manipulation idéologique s’appuie sur un arsenal législatif de jour en jour plus répressif.

 

Accueillir des migrants en surnombre auxquels nous n’avons à proposer que l’assistanat, l’économie parallèle et la délinquance, au nom de la compassion et du rachat de nos fautes présumées, est un faux argument auquel nos compatriotes cèdent trop facilement. L’alibi de la solidarité et de l’aide au tiers-monde ne tient pas : Les pays qui voient partir les migrants n’ont rien à y gagner sur le long terme. Le coût social d’un seul immigré africain en France permettrait d’en faire vivre et travailler utilement plusieurs dizaines chez eux. Aider les tricheurs attirés par le mirage de l’Eldorado français ne fait qu’enfoncer un peu plus leurs pays dans un sous-développement devenu chronique, car structurel. L’argent qu’ils envoient à leurs parents est investi dans l’immobilier de prestige (Bamako et Kayes, au Mali, sont entourées d’une ceinture de carcasses de béton abandonnées) ou sert à acquérir des biens de consommation importés au détriment de l’économie locale. Le « bon pain blanc », fabriqué avec de la farine de blé d’origine étrangère acheté avec l’argent des immigrés, a  ruiné les producteurs de vivriers locaux, mil, sorgho et manioc. Les politiques dites d’aide alimentaire aboutissent d’ailleurs aux mêmes conséquences, déstabilisant des économies fragiles et poussant les agriculteurs à émigrer, dans un premier temps dans les mégapoles africaines devenues ingérables, puis en Europe. Les « transferts de technologie », autre argument souvent invoqué en faveur de l’immigration, sont de très faible amplitude car les retours au pays sont de plus en plus exceptionnels et les savoir-faire acquis en France par une main-d’œuvre non qualifiée au départ  trouvent rarement un débouché en Afrique. Un éboueur parisien aura du mal à exercer ses talents dans la vallée du fleuve Sénégal, où, par contre, l’agriculture manque désormais de bras et surtout de débouchés rentables. L’immigration des cadres, dite à tort immigration « choisie » car elle n’est pas davantage maîtrisée que l’autre, est tout autant pernicieuse car elle prive l’Afrique de l’élite professionnelle dont elle aurait besoin pour enfin sortir de l’ornière.

 

L’immigration, conséquence du sous-développement et d’une décolonisation ratée, ne saurait en constituer le remède. Faire appel aux bons sentiments d’une opinion publique manipulée, mal informée et indûment culpabilisée, pour lui faire accepter l’intrusion sur son territoire d’une immigration envahissante qui tend à ruiner notre économie et à détruire notre identité, sans bénéfice décelable pour les pays d’origine des migrants, constitue une supercherie mortelle. Ce n’est pas en encourageant les comportements de fuite que nous contribuerons au développement des pays du Sud, bien au contraire.  L’émigration est un choix personnel, qui ne confère aux migrants aucun droit. Les intellectuels, politiques, magistrats, gens d’église, de media, de lettres et du spectacle, belles âmes en quête de valorisation personnelle ou électorale, qui jouent de la corde sensible pour instrumentaliser la pitié des Français, se trompent ou nous trompent. A l’époque coloniale et après, alors que la France constituait encore aux yeux des Africains authentiques un modèle et un partenaire respecté, beaucoup d’entre nous avons participé, sur un terrain difficile, à la construction d’une Afrique  prospère et  digne. Nous n’avons, à ce titre, aucune leçon de générosité à recevoir d’apprentis sorciers et d’idéologues toujours prêts à dénigrer la France, pour soigner leur image politique et promouvoir leur vision d’une humanité hors-sol, grise, déculturée et amnésique.

 

Robert SCHILLING

 

Repost 0
31 janvier 2012 2 31 /01 /janvier /2012 11:31

  En 1897 Paul Doumer est gouverneur général de l'Indochine française.A cette date,le réseau des chemins de fer de l'Indochine ne comptaient que deux lignes.
la première en Cochinchine,la seconde au Tonkin.

La construction du chemin de fer de Yunnan


Durant les temps dits de"colonisation",des acteurs économiques français ont envoyé leurs équipes techniques pour exporter leur savoir-faire et en même temps obtenir de nouveaux marchés.La construction du chemin de fer de Yunnan en a été l'un des exemples,construction qui a représenté,3422 ouvrages différents,le perçage de 155 tunnels,22 ouvrages à structure métallique(des ponts et viaducs)52000 tonnes de voies ferrée,plus de 16 millions de mètre-cube de terrassement. ainsi que le percement de 150km de forêt vierge en zone montagneuse.

Vers la fin du 19 eme siècle,après l'établissement du protectorat français sur le Tonkin,la France s'est constitué dans le sud de la Chine et en Indochine une zone d'influence dont l'intérêt se portait avant tout sur la vallée du fleuve Rouge qui offrait une voie d'accès privilégiée vers la Chine du Sud.A l'époque,le Yunnan pourtant difficile d'accès,représentait un grans intérêt pour la Grande Bretagne et la France,ces deux pays voulant étendre leurs zones d'influence vers le Nord.L'installation de ce chemin de fer représentait,pour la France,une chance d'implantation en Extrême-Orient,sa construction précédait celles des routes et devait contribuer à assurer la pacification du pays,qui était par ailleurs menacé par les Pavillons Noirs..Le chantier à réaliser était immense difficile sur le plan technique et nécessitait des aides publiques pour assurer son exploitation.

Un appel a été lancé à des firmes expérimentés dans ce genre de travaux,la Régie générale des chemins de fer,la société des Batignolles;Ces deux sociétés avaient effectué ce type de travaux,tels que pour l'une ou l'autre en Serbie,Italie,Pays-Bas,empire ottoman,Russie,Espagne,Roumanie,Sénégal,Algérie,Tunisie,Argentine....
Ces deux compagnies créèrent alors "la Compagnie française des chemins de fer de l'Indochine et du Yunnan"(concessionnaire exploitant et la Société de Construction des chemins de fer indochinois pour les constructions.
Les premiers accords avec la Chine impériale obtenus en 1901,la construction commence en 1902 et se termine en 1910.Le chemin de fer partait de Lao Kay à la frontière du Tonkin avec la Chine,pour rejoindre la capitale du Yunnan chinois Yunannfou,à une distance de 465km,prolongeant ainsi la ligne de Haiphong-Hanoï-Laokay.Ce qui représentait au total une distance de 850km.
D'immenses difficultés rencontrées,le chemin de fer empruntait la vallée escarpée du Namti et escaladait un massif qui séparait le bassin du fleuve Rouge de celui de la rivière de Canton,une zone de hauts plateaux qui culminait à 2100 mètres.
Difficultés entre autres d'approvisionnement en ciment fabriqué au Tonkin,pour y palier,recour à une méthode ancienne connue en Europe,l'utilisation du ciment de tuileau qui était un mélange de briques rouges cuites à 600/700 degrés pilées avec de la chaux,cette solution permettait l'utilisation des ressources locales.Formation de la main d'oeuvre locale aux travaux de maçonnerie,pose de voies,travaux souterrainsetc...
L'aventure a duré 8 ans et a mobilisé 67.000 hommes avec des difficulté de recrutement tant chez les européens que dans la main d'oeuvre locale.8000 bêtes utilisées pour le transport des vivres,explosifs et matériels.Chemins de service taillés dans le roc au dessus des précipices,qui limitait la longueur des pièces métalliques à transporter(pièces suffisamment courtes pour être transportées à dos de mulet),ravins à franchir,au moyen de passerelles métalliques système Eiffel.........De nombreux problèmes de maladie à cause du climat malsain ,des médecins européens et infirmiers soignaient les ma    lades dans des installations sanitaires,la quinine,apportée de France était grandement utilisée.De 1903 à 1910,10% des effectifs européens périrent de maladie ou accident.

Huit viaducs métalliques ont été installés de façon modulaire,avec des piles métallique,permettant de résoudre des problèmes de délais.Ces installations étaient dues à un ingégnieur-administrateur de la société des Batignolles,Paul Bodin.Les éléments de ces ponts étaient fabriqués à Paris et expédiés jusqu'au chantier.

Janvier 1910,le train en direction de Kumming emprunta pour la première fois le pont  Doumer à Hanoï (routier et ferroviaire,ouvrage de 1600m de longueur qui enjambais le fleuve Rouge,Mais le Yunnan n'a jamais été annexé ,la France n'est pas parvenue à concurencer de façon efficace les voies commerciales chinoises sous contrôle des Anglais.En 1940,les Chinois démontent la ligne durant l'invasion japonaise et après la seconde guerre mondiale le contrôle du tronçon du Yunnan est abandonné aux Chinois contre le départ de leurs troupes de Long Yun.
1949-les communistes prennent le contrôle du Yunnan et le chemin de fer sert à alimenter les éléments du Viet Minh.

Les deux lignes construites principales étaient celles qui reliait Hanoï à Saïgon,d'une longueur de 1680km,le Transindochinois,et le chemin de fer de Yunnan.D'autres lignes plus courtes ont aussi été installées,Saïgon-Loc Ninh,Tour-Cham-Dalat,Hanoï-Haïphong,Hanoï-Lang Son,Saïgon-My Tho,Phnom Penh-Poipet.

Repost 0
Published by DLF - dans Indochine
commenter cet article

Présentation

  • : blog-UNP.nos Anciens nos Sections
  • blog-UNP.nos Anciens nos Sections
  • : Blog créé initialement pour faire connaitre la section de Thionville,s'est étendu à des sections et amicales de la région et d'ailleurs.
  • Contact

Recherche