Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 juin 2013 5 28 /06 /juin /2013 19:46

LETTRE MENSUELLE de L'ASAF 13/06

« Ne pas subir » (Maréchal Jean de Lattre de Tassigny)


Madame, Monsieur,

 

1/ La lettre électronique mensuelle 13/06 de l'ASAF ci-dessous est adressée à 12 000 internautes. Je vous propose de la relayer largement vers les Français qui sont chaque jour plus nombreux à s'intéresser à leur armée et aux questions de Défense et de sécurité.

2/ Cette sixième lettre de l'année 2013 illustre, de manière brève, quelques incohérences du "Livre blanc - Défense et sécurité nationale 2013", entre l'analyse des menaces et le modèle d'armée proposé pour y faire face au cours de la décennie à venir. A l'évidence, Bercy a dicté sa loi au politique.

L'ASAF estime qu'il est du devoir des représentants de la Nation, qui votent le budget, de corriger ces incohérences, et veiller au maintien RÉEL des ressources financières ainsi qu'aux capacités opérationnelles de nos armées, comme le souhaite maintenant une large majorité de Français.

3/ Par ailleurs, depuis un mois, quelques articles relayés par différents médias, contestent aux militaires le droit de s'exprimer et cherchent à ternir l'image de l'armée en accréditant l'idée d'une possible menace de coup d'état militaire.

Ce relent nauséabond d'un antimilitarisme éculé, sans fondement et que l'on croyait disparu, resurgit au moment où tous les Français reconnaissent et admirent la loyauté, l'efficacité et l'abnégation dont nos soldats, marins et aviateurs ont fait preuve dans les récentes opérations militaires.
Simultanément, des réformes sont à l'étude au ministère de la Défense qui conduiront à réduire le champ des responsabilité des militaires au sein même de la Défense.

2/ Ces sujets, parmi d'autres, seront abordés dans les prochaines lettres mensuelles et dans le numéro 100 de la revue ENGAGEMENT de l'ASAF qui paraîtra en septembre 2013.
Il est rappelé que le sommaire du numéro 99, diffusé aux abonnés par courrier le 15 juin, est accessible à partir de la page d'accueil du site de l'ASAF (www.asafrance.fr).

Je vous souhaite une bonne lecture et, si vous partez, d'excellentes vacances d'été.

Bien cordialement.

Henri Pinard Legry
Président de l’ASAF


 

Eviter un contre sens stratégique

 

Une page noire du Livre blanc

Alors que « le niveau de risque et de violence dans le monde ne régresse pas » et que « la protection du territoire national et de nos concitoyens ainsi que la préservation de la continuité des fonctions essentielles de la Nation sont au cœur de notre stratégie de défense et de sécurité nationale », comment le Livre blanc peut-il entériner une baisse des ressources consacrées à la Défense et poursuivre la réduction de 24 000 hommes dans la prochaine loi de programmation ? En 10 ans l’armée en aura ainsi perdu 78 000.
Le contrat opérationnel fixé par notre pays à son armée de Terre, c'est-à-dire sa capacité maximum pour un engagement extérieur majeur, était encore en 2007 de 50 000 hommes; il a été ramené dans le précédent Livre blanc à 30 000. Celui retenu aujourd’hui n’est plus que de 15 000.

Des perspectives inquiétantes à court terme

Pourtant, qui ne voit que les engagements extérieurs dans notre zone d’intérêt stratégique (pays du pourtour méditerranéen, Moyen Orient, Afrique subsaharienne), où la France est déjà en première ligne, vont se multiplier ? Peut-elle éviter de renforcer son dispositif militaire préventif et permanent en Afrique ? Qui peut nier que l’activité croissante de groupes islamistes terroristes, prêts à tout y compris dans notre pays, constitue une véritable menace pour les Français? Est-on sûr que les forces de sécurité intérieure, dimensionnées pour « faire respecter la loi » et « assurer l’ordre public » n’auront pas besoin de l’appui de forces plus puissantes et toujours disponibles pour faire face localement à une crise sécuritaire grave comme elles le font déjà, lors des catastrophes, en soutien des pompiers et de la sécurité civile ?

Des forces de même niveau opérationnel

Mais ces forces, essentiellement terrestres, sont nécessairement polyvalentes compte tenu de la diversité des missions et des théâtres potentiels. Les équipements complexes mis en œuvre dans des conditions toujours difficiles et le degré élevé de coordination qu’elles requièrent entre elles, exigent un haut degré de formation individuelle et d’entraînement collectif au plus près des réalités du combat. Il est utopique de penser que nos forces peuvent être de niveaux différents d’autant qu’elles assurent toutes la permanence opérationnelle et que, sur un théâtre, le degré de violence peut varier très brutalement.

Devoir et responsabilité des élus

Alors que l’armée est déjà engagée dans 13 opérations sur 4 continents et sur les océans depuis des années voire des décennies (35 ans au Liban), les réductions annoncées dans le Livre blanc constituent un véritable contre sens stratégique.

Au regard des derniers évènements auxquels la France a été confrontée il appartient aux parlementaires de corriger les choix qui ont été présentés par une commission dont on peut se demander si elle ne répondait pas uniquement aux injonctions de Bercy ?

 

.

Rédaction de l’ASAF - (www.asafrance.fr)

 

 

Pour recevoir en 2013 les 4 numéros de notre publication trimestrielle "Engagement" (76 pages dont un dossier couleur) avec le supplément association (16 pages): 25 €
Pour recevoir le numéro thématique "Armée et Algérie: 1830-1962" (116 pages): 7,50 €

 

Adressez votre règlement à ASAF, 18 rue Vézelay 75008 Paris (en précisant bien votre adresse postale)

Repost 0
21 avril 2013 7 21 /04 /avril /2013 17:57

 

ASSOCIATION DE SOUTIEN A L'ARMEE FRANCAISE


« Ne pas subir » (Maréchal Jean de Lattre de Tassigny)

Elle explique pourquoi une armée robuste est indispensable à notre pays dans cette situation de crise grave et durable.
En cette période marquée par le doute et la perte de confiance, elle rappelle que l'armée demeure un élément central de la cohésion et de l'identité de la Nation et qu'elle contribue largement à la crédibilité et à la liberté d'action de nos dirigeants dans la conduite de notre politique internationale.
Enfin, plus que jamais, l’abnégation de nos soldats  donne un sens aux efforts que la Nation va devoir consentir pour redresser la situation.
En ces temps difficiles, il faut donc à notre pays des chefs exemplaires, capables de redonner fierté et confiance aux Français et dont l'action soit guidée par le seul souci de l'intérêt national.

 

2/ Le dernier numéro de la publication trimestrielle de l'ASAF "Engagement" vient de paraître. Il comprend un cahier spécial de 8 pages en couleur expliquant l'opération SERVAL ainsi qu'une vingtaine d'articles d'une à deux pages consacrés aux questions d'intérêt militaire rédigés avec la vigueur que confère le devoir de vérité et la rigueur qu'impose l'exigence de responsabilité.
Vous pouvez consulter le sommaire puis commander ce numéro (5 € + port soit 7,50 €) ou adhérer à l'ASAF et vous abonner (4 numéros)  pour un an (25 €) en allant sur le site www.asafrance.fr.

Je vous souhaite une bonne lecture et vous propose de relayer largement cette lettre vers vos parents, amis et relations pour que l'armée demeure au cœur de la Nation.

Bien cordialement.

Henri Pinard Legry
Président de l’ASAF

 

Préserver notre armée d’excellence

 

Une institution de référence

Alors que la situation économique et financière de la France se dégrade, que la cohésion nationale s’effrite et que le doute ronge les esprits, l’armée, malgré les multiples réductions budgétaires dont elle a été l’objet depuis des décennies, apparaît comme une des rares institutions dans lesquelles les Français ont confiance.

Son efficacité dans la conduite des opérations, la loyauté dont elle fait preuve et le sens de l’intérêt national qui l’anime tranchent avec le sentiment d’impuissance que donnent trop souvent les institutions civiles dans la mise en œuvre des indispensables réformes de l’Etat. L’armée constitue aujourd’hui, pour nombre de Français, une référence.

L’impact de Serval

L’opération Serval au Mali, remarquablement conçue, conduite et exécutée par nos forces, vaut à notre pays une considération inhabituelle et lui donne une crédibilité dont il avait bien besoin, tant de la part des pays africains que de nos alliés - notamment américains et britanniques - et de la plupart des autres pays étrangers.

L’armée française a non seulement évité aux 6 000 Français de Bamako de devenir les otages des groupes islamistes terroristes, mais elle a redonné à notre diplomatie sa capacité d’agir dans notre zone d’intérêt stratégique.

Le succès actuel de nos armes donne aux Français le sentiment d’une légitime fierté compte tenu de la complexité d’une opération qui se déroule à plus de 4 500 kms de la métropole et qui associe à nos forces celles d’une dizaine d’armées africaines ainsi que le soutien d’autant d’armées alliés.

L’efficacité de l’armée reconnue par les Français

Nos compatriotes ont pu vérifier comment, sur un très court préavis, les armées ont su monter en puissance, être projetées en zone inconnue et être engagées avec succès face à un adversaire islamiste fanatisé et connaissant très bien le terrain.

Ils ont découvert, pour la plupart, la compétence et la remarquable organisation des états-majors, le courage et le haut niveau d’entraînement des unités et des équipages. Ils ont pu mesurer l’extraordinaire réactivité opérationnelle des hommes et des femmes qui servent les armes de la France.

Prise de conscience

Mais les Français ont aussi découvert la vétusté de nombreux matériels et nos lacunes notamment dans le domaine du transport aérien stratégique. Par ailleurs, ils ont conscience que la menace islamiste terroriste, qui touche aujourd’hui le Mali, concernera demain la France et l’Europe si nous ne la combattons pas dès maintenant avec détermination.

Aussi ne faut-il pas s’étonner que dans un récent sondage - sur lequel le ministère de la Défense ne souhaite pas communiquer - 2/3 de nos compatriotes se prononcent pour le maintien ou l’accroissement de notre effort de Défense et que 90% estiment que la France doit rester une grande puissance militaire.

Les attentes des Français

Les Français savent que les armées ont déjà largement contribué au redressement des finances publiques, puisque l’effort de défense a été divisé par deux en 30 ans ; ils constatent que leur armée ne possède déjà plus certaines capacités essentielles et que nombre de ses matériels doivent être renouvelés. Ils ne veulent plus, même en cette période de rigueur, que le budget de la Défense soit réduit d’une façon ou d’une autre.

En revanche, ils demandent aux autres ministères, notamment non régaliens, aux collectivités territoriales et agences publiques, dont la gabegie est régulièrement dénoncée par la Cour des comptes et certains médias, de fournir les efforts qu’ils n’ont pas encore faits.
Alors que la dépense publique représente 56% du produit intérieur brut (PIB), les Français n’attendent donc plus d’économies sur le 1,5% consacré à la Défense mais sur les 54,5% restant. Ils ont parfaitement compris que réduire la Défense affaiblit la France.

Les armées, un atout contre la crise

Les armées constituent, en fait, un recours contre la grave crise que traverse notre pays.
Les valeurs que les soldats cultivent pour affronter les situations de guerre peuvent inspirer tous les Français qui affrontent la crise : maîtrise de soi, courage et solidarité.

Par ailleurs, les investissements réalisés dans les équipements militaires de haute technologie permettent à notre pays de conserver sa souveraineté, de renforcer son outil industriel, de faire bénéficier l’industrie civile des innovations militaires et d’accroître nos exportations.

Enfin, le maintien des effectifs des armées permet directement de disposer des capacités nécessaires pour remplir avec succès les missions qui leur reviennent et indirectement de participer à l’effort d’éducation, de formation et d’intégration des jeunes Français dans la société française.

« …Être aujourd'hui militaire suppose donc une formation d'excellence. C'est pourquoi je souhaite que beaucoup de jeunes en France s'engagent et qu'ils trouvent à travers cette expérience professionnelle le sens de l'effort, du courage, de la pugnacité, de la persévérance, mais aussi de la formation qui leur permettra plus tard d'exercer des métiers civils. » (François Hollande - vœux aux armées - Olivet le 9 janvier 2013).

Le 28 mars, le chef de l’Etat, chef des armées, s’est engagé à préserver le volume du budget affecté à la Défense. Il importe d’être désormais vigilant sur l’interprétation exacte des termes employés, en particulier dans l’esprit de Bercy! D’ores et déjà, il apparaît que de nouvelles réductions d’effectifs et d’équipements seraient envisagées pour notre armée d’excellence...

 


Repost 0
19 avril 2013 5 19 /04 /avril /2013 21:31

Livres et reportage sur les troupes de marine, pour tous ceux que cela intéresse :

 

Soldats-horizon-copie-1.jpg

En avant!

Le 28 novembre avait lieu l’avant-première du film En Avant! à l’amphithéâtre Foch à l’école, militaire.

Près de 500 militaires et civils avaient répondu présents à l’invitation du père de l’Arme. Après une

heure de projection, le public a applaudi longuement et livré à chaud ses premières impressions.


"Un magnifique film plein d'humanité"

Général Henri BULIT, père de l’Arme de 2002-2005

 

"J’ai trouvé ce film très émouvant avec ses témoignages. On y voit également combien ces

expériences, souvent la première pour des jeunes recrues, les ont marquées pour longtemps".

M. SULFOUR, maire de Bazeilles


                    En-avant-dvd-copie-1.jpg

Film en vente en édition limitée 

 Pour tout renseignement : fedetdm@wanadoo.fr ou ancredor@orange.fr


Repost 0
19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 20:42

Une anonyme a écrit:


Monsieur le Ministre,

Hier est parue dans la presse votre décision de geler un tiers des tableaux d’avancement militaires pour 2013. A cette occasion nous avons appris également le reste de votre planification que je ne vous rappelle pas ici, je suppose que vous êtes parfaitement au courant.

Les militaires ayant un devoir de réserve, aucun syndicat pour se défendre, n’ont qu’une solution, celle de se taire.

Il n’en est pas de même pour leurs épouses, et c’est en tant que femme de militaire que je m’adresse à vous. Une femme de militaire, en épousant un soldat, épouse l’armée, tant ce métier influe aussi sur nos vies d’épouses puisque nous apprenons au fil des années à être
« les bases arrières ».

Vous gelez les carrières de nos maris, vous compromettez les emplois de nos jeunes. Nous pouvons le comprendre puisqu’il faut participer au redressement économique de notre pays ruiné par des années de gabegie et de mauvaise gestion, ruiné par les placements inconsidérés de nos banquiers qui, malgré leur expérience et leurs compétences, les perdent dés qu’on leur annonce un rendement de 10000 pour 1 euro investi…

Nous pouvons le comprendre car de toutes les façons il n’y a pas d’autre choix pour le peuple français que de payer.

Nous ne comprenons pas, par contre, les choses suivantes:

- Vous êtes le Ministre de la Défense, Monsieur Hollande est le Chef des Armées.

Aucun chef dans l’Armée n’aurait pris ses hommes en traitre et ne leur aurait laissé apprendre une si importante nouvelle par la presse. En fait de presse, seul Le Point en a fait état, et ensuite quelques blogs. Le reste des média a-t-il été muselé ?

Vous n’avez pas eu le courage d’en informer vos hommes, pourtant adultes responsables et à même de comprendre.

Vous avez tenu secrètes les discussions autour de cette décision et vous avez demandé à l’Etat Major des Armées le silence, le forçant donc à cette infamie manipulatoire. De ce fait, vous avez détruit irrémédiablement la confiance que les militaires avaient en lui et en vous.

L’Etat Major des Armées par cette attitude a fait preuve d’un sens aigu de « courage » et de fidélité envers ses hommes. Ceci est aussi peu rattrapable que le Fouquet’s de Monsieur Sarkozy ou pour Monsieur Hollande le tweet de Madame Trierweiler.

Si vous ne le comprenez pas, changez de métier

- Vous avez été nommé par un élu du peuple français

Je pense qu’il n’est pas utile de vous rappeler que vous avez été nommé par un élu du peuple français et qu’à ce titre, les Français ne sont pas vos sujets, mais au contraire en servant la France, vous les servez. Le respect envers nous est donc plus que de mise, c’est un devoir. Le même que nous devons tous à notre pays, puisque nous, Français, sommes la Nation.

Si vous ne le comprenez pas, changez de métier

- Vous divisez les Français

Vous avez décidé de faire des économies sur le dos de l’Armée car, bien que vous craigniez la réaction de l’Armée, vos cachotteries en sont la preuve, seule celle-ci semble participer à cet effort. Je ne vous rappellerai pas non plus ici la décision du gouvernement d’augmenter le nombre de fonctionnaires dans d’autres branches telles que l’Education Nationale, dont tout le monde sait que les problèmes ne viennent pas du nombre d’enseignants. Je ne vous rappellerai pas non plus que leurs salaires viennent d’augmenter.

Vous ne traitez donc pas tous les Français de la même façon, vous ne faites pas supporter cet effort à tous les fonctionnaires français.

De là à penser que les militaires sont des citoyens de seconde zone, il n’y a qu’un pas que vous nous avez fait franchir.

De là à créer des tensions entre l’Armée et le reste du peuple français, il n’y a qu’un pas et il vient d’être franchi

Si vous ne le comprenez pas, changez de métier

- Vous avez décidé d’un autre Livre Blanc sur la Défense et la Sécurité, qui doit être rendu avant la fin de l’année.
Mais vous n’attendez pas les conclusions pour déjà décider de l’orientation de la Défense. Dans ce cas pourquoi ce Livre Blanc, pourquoi cette fausse concertation? Si ce n’est parce
que sous couvert de politique de Défense, il s’agit plutôt d’une décision économique ?

Par cela, vous montrez plutôt que vous agissez dans l’urgence et l’affolement.

Et s’agissant de décision économique, pourquoi seule l’Armée paie-t-elle les erreurs commises par la droite et la gauche depuis une génération ?

Si vous ne comprenez pas que nous avons compris que vous ménagez ceux qui ont voté pour votre parti , changez de métier

En conclusion, Monsieur le Ministre, vous ne comprenez ni l’Armée, ni votre état de Ministre de la Défense.

Si vous ne comprenez pas que l’Armée réagit, non pas avec des promesses électorales, non pas avec des promesses financières, non pas avec des promesses tout court, mais à des valeurs de rectitude morale, de promesses faites dans le passé que l’on doit tenir (faites par la France, et non un parti), de responsabilité, d’exemplarité et de courage du chef, c’est que vous ne comprenez pas l’Armée que vous avez la prétention de vouloir diriger.

Et si vous ne comprenez pas cela, changez de métier.

D.F.

Epouse de militaire qui ne dira ni son nom ni le grade de son mari pour des raisons évidentes.
Repost 0
19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 20:10

 

 
entete2
 

LETTRE MENSUELLE de L'ASAF 12/09

« Ne pas subir » (Maréchal Jean de Lattre de Tassigny)


Madame, Monsieur,

1/ L'ASAF vous adresse ci-dessous sa lettre électronique mensuelle 12/09 : "Cri de détresse ou signal d’alarme.

Elle alerte les autorités sur les graves conséquences que pourraient entraîner des réductions budgétaires dans les armées,
Comme l'ont rappelé les chefs d'état-major en juillet devant les membres de la Commission de la Défense, nos forces sont en limite de rupture tant sur le plan du moral que sur celui de la cohérence de nos capacités.
A l'heure où le pays est appelé à réduire son train de vie, l'ASAF rappelle que la Défense a déjà largement contribué à cet effort puisqu'elle a vu son budget divisé par 2 en 30 ans. Le seuil critique est aujourd'hui atteint. C'est un devoir de le dire aux Français.

 

2/ Si vous estimez que cette lettre est susceptible d'intéresser des personnes de votre entourage, nous vous proposons de la diffuser largement afin de participer à l'information de nos concitoyens au moment où la situation internationale montre des signes croissants d'instabilité et de dangerosité.

3/ Si vous partagez nos préoccupations sur les questions militaires et de Défense de notre pays, vous pouvez rejoindre l'ASAF, association indépendante, composée de bénévoles dont le but exclusif est de servir les intérêts supérieurs du pays et soutenir son armée, qui doit rester "au cœur de la Nation".

4/ Le dernier numéro de la publication de l'ASAF "Engagement" vient de paraître. Il a été tirée à 10 000 exemplaires "Cliquez ici".

Très cordialement.

 

Henri Pinard Legry
Président de l’ASAF


 

Cri de détresse ou signal d'alarme

 Le texte d'une lettre écrite par une épouse de militaire circule depuis 48h sur internet. 
L'ASAF, ne pouvant identifier l'auteur - qui déclare vouloir rester anonyme, ne publiera donc pas sur son site ce document appliquant ainsi rigoureusement la règle d'édition qu'elle s'est fixée.

Cependant, l'ASAF estime que les termes employés dans ce document révèlent, sous une forme inhabituelle mais directe et vraie, le malaise profond et général des armées qui pourrait rapidement atteindre un point de rupture et se traduire brutalement par des comportements aussi graves que ceux qu'ont déjà connus les forces de sécurité intérieure. 
La « coupe est pleine ». Il y a un vrai sentiment de « ras le bol ».

La méfiance

Ceux qui servent en silence les armes de la France mesurent le fossé considérable entre d'une part les déclarations élogieuses sur leurs succès opérationnels et les discours de compassion sur les sacrifices consentis et d'autre part les efforts et sacrifices budgétaires supplémentaires qu'ils doivent encore subir. 
Ils ont oublié leurs illusions ; ils perdent confiance ; ils subodorent la tromperie. 
Eux qui ne cessent de se réorganiser et de réduire leurs effectifs depuis 30 ans sans rechigner, en remplissant malgré tout les missions demandées parfois avec « des bouts de ficelle » et en prenant des risques personnels considérables, ne comprennent pas et n'acceptent plus de payer pour ceux qui, en France, refusent toute réorganisation ou réforme à coup de manifestations et de grèves et obtiennent ainsi gain de cause.

Ne plus se taire

Il faut comprendre que les soldats, marins et aviateurs qui ont vu leurs camarades tués ou blessés dans les conflits récents ne se tairont probablement plus s'ils constatent que les moyens juste suffisants qui leur ont été octroyés pour remplir leur mission, sont encore réduits. 
Ils savent que ce sont leurs jeunes camarades qui paieront demain au prix du sang les lâchetés et mensonges d'aujourd'hui. 
Mieux que quiconque ils savent que les mesures d'économie proposées par les technocrates de Bercy et du ministère de la Défense se traduiront demain par des morts et des blessés.

Invoquer la situation financière très grave

Dans laquelle se débat notre pays pour justifier de nouvelles coupes dans le budget de la Défense, c'est mentir par omission. C'est oublier de dire que la part du budget de l'Etat consacré à la Défense a été divisée par deux en 30 ans ; c'est oublier de rappeler que pendant cette même période la dette n'a cessé de croître !

S'opposer aux coupes sur le budget de la Défense

Est aujourd'hui le devoir des responsables militaires et civils, qui sont conscients de l'état réel de notre armée. Il leur faut éviter, par un silence complice, la dislocation irresponsable de notre outil militaire ; il leur faut se souvenir que le même silence des dirigeants politiques français pendant 30 ans a conduit à une dette abyssale de 1800 milliards d'euros.
Qu'ont fait ces responsables politiques des dizaines de milliards récupérés ainsi sur le budget de la Défense ? 

Aujourd'hui, plutôt que de sacrifier de manière quasi irréversible les moyens indispensables à l'Etat pour remplir son premier devoir, la classe politique dans son ensemble doit s'accorder à préserver les ressources consacrées à la Défense et proposer de réorganiser en profondeur des organismes budgétivores et souvent peu efficaces qui se sont fossilisés depuis plus d'une génération. 
Il y a encore dans leurs budgets des marges de productivité que les armées n'ont plus.

Rédaction de l’ASAF - (www.asafrance.fr)

Repost 0
28 mai 2012 1 28 /05 /mai /2012 20:06

entete2
 
LETTRE MENSUELLE de L'ASAF 12/05
« Ne pas subir » (Maréchal Jean de Lattre de Tassigny)

Madame, Monsieur,

1/ Veuillez trouver ci-dessous le texte de la lettre de l'ASAF du mois de mai 2012.
Elle reprend certains propos tenus le 11 mars par le candidat François Hollande, aujourd'hui chef des armées françaises.

 

2/ Par ailleurs, les adhérents de l'ASAF recevront par courrier pour le 15 juin, le prochain bulletin trimestriel de l'ASAF "Engagement" (N° 95 été 2012 - 68 pages).

Ce bulletin sera exceptionnellement accompagné du numéro spécial "Armée et Algérie 1830-1962" (116 pages) que l'ASAF a réalisé dans le cadre de sa série "Mémoire et vérité".

 

N.B:
Ce numéro spécial "Armée et Algérie" peut également être commandé par les personnes et organismes non adhérents à l'ASAF, au prix unitaire de 7,50 € port compris. 

Bien cordialement.

 

Henri Pinard Legry
Président de l’ASAF


 
Armées : le changement maintenant ?

Bilan

L’armée française a changé de chef. Celui qui la quitte était indiscutablement courageux et énergique. Il savait décider. Il avait découvert, honoré puis sans doute aimé cette institution qui sert la patrie avec abnégation.

Il avait affirmé : « l’armée française est l’expression la plus achevée de la continuité de la Nation française dans l’Histoire ».
Il a porté pendant cinq ans la responsabilité de nos engagements sur tous les théâtres d’opérations et assumé les sacrifices consentis. Sa politique a reçu l’onction de la guerre.

Notre armée, malgré certaines insuffisances, a rempli avec succès toutes les missions qui lui ont été confiées. Elle a montré une remarquable valeur opérationnelle que peu de nations dans le monde peuvent afficher. La France y a gagné en crédibilité.

Préparer la guerre

Dans son discours du 11 mars, le candidat François Hollande citait en introduction François Mitterrand : « la guerre, ce n’est pas le passé, cela peut être l’avenir ». Quinze siècles d’histoire de France ont gravé cette réalité dans notre mémoire collective. La guerre se prépare en temps de paix et nul ne sait jamais quel visage elle prendra. On affronte toujours l’adversaire avec les armes que l’on a forgées avant la bataille.

Nous sommes allés en Irak avec le président Mitterrand en 1991, et en Afghanistan avec le président Chirac en 2001. Moins d’un an avant, personne ne l’aurait imaginé ! Et ces deux conflits ont pris des aspects radicalement différents ! Qui peut dire où le président Hollande engagera nos soldats demain et quels seront leurs adversaires ? Il faudra pourtant que la France ait une armée capable de vaincre et de « préserver notre bien commun qui s’appelle l’indépendance nationale ».

Une Nation crédible et fiable

La France est l’un des cinq membres permanents du conseil de sécurité de l’ONU. Elle doit pouvoir contribuer à la mise sur pied de forces multinationales, faute de quoi, son rang de grande puissance et son influence internationale seraient immédiatement contestés.

« Je veux redonner à notre pays sa place et son rang ». Encore faut-il déjà l’y maintenir, en y consacrant les moyens suffisants.
Alors, quels moyens consacrer à la Défense ? « La tentation peut être forte de faire de la Défense une variable d’ajustement. Il y aura des économies à faire ». 
Cela fait pourtant 30 ans que les armées font des économies. La part de la richesse nationale consacrée à la Défense est passée de près de 4% à 1,6% du PIB.

Aucune autre institution ne s’est réformée aussi profondément et aussi fréquemment. Poursuivre sur cette voie c’est aller à une rupture capacitaire dans des domaines essentiels ; c’est donner un signal négatif aux autres pays européens avec lesquels la France souhaite avancer dans la construction d’une défense commune ; c’est enfin accélérer le désarmement de l’Europe alors que les Etats-Unis se redéploient vers le Pacifique et que le reste du monde réarme !

Seuils critiques

En fait, il y a un seuil d’effectifs en dessous duquel une armée n’a plus la possibilité d’avoir en permanence des unités et équipages à la fois entraînés, disponibles et en nombre suffisant.
« Nos armées sont les premiers recruteurs de jeunes de 18 à 25 ans : 25 à 30 000 jeunes embauchés par an ». Elles sont aussi un formidable outil d’éducation et de formation, un des seuls lieux véritables d’intégration et de promotion sociale. 
Dans ces conditions est-il cohérent de continuer à tailler dans des effectifs déjà squelettiques?

Il y a également un seuil en dessous duquel une armée sous équipée est incapable de mener une action dans la durée ou d’agir de façon autonome. Or la France possède une industrie capable de fabriquer l’ensemble de ses armements et matériels. 4 000 entreprises de haute technologie, dont notre pays peut s’enorgueillir, exportent annuellement pour 6 Mds d’euros.
Réduire notre budget de défense affaiblirait leurs capacités de recherche et développement, et handicaperait un de nos rares secteurs d’activités capable de gagner des parts de marché dans le monde. De surcroît, comment convaincre de l’excellence de nos matériels si nos forces n’en sont pas équipées ?

Lors des inspections et visites officielles, l’armée a toujours cherché à montrer qu’elle pouvait remplir les missions qui pourraient lui être confiées, et à présenter son meilleur visage quitte à masquer ses lacunes. Le système « D » est érigé en principe, la fierté est une attitude et l’entraînement rigoureux n’habitue pas le soldat à se plaindre. La « grande muette » doit-elle continuer à se taire ?

Nullement ignorante de la situation financière difficile dans laquelle se trouve la France avec une dette creusée depuis 30 ans et dont les intérêts versés annuellement représentent 1,5 fois le budget actuel de notre Défense, l’ASAF estimerait incohérent et dangereux de réduire encore le budget consacré aux armées.

Elle souhaite donc que le nouveau chef des armées et son ministre de la Défense mesurent la situation réelle dans laquelle se trouvent nos forces et se rappellent que l’intérêt supérieur du pays ne se confond pas nécessairement avec l’intérêt immédiat des Français.

Rédaction de l’ASAF

Repost 0
19 avril 2012 4 19 /04 /avril /2012 18:56
entete2
 

LETTRE MENSUELLE de L'ASAF 12/04

« Ne pas subir » (Maréchal Jean de Lattre de Tassigny)


Madame, Monsieur ;

Voici la quatrième lettre mensuelle de l'ASAF de l'année 2012.
L'ASAF souhaite que, comme la précédente, les éléments qu'elle contient contribuent au débat sur les questions militaires et de défense lors de la campagne pour l'élection du président de la République.
Bonne lecture.

Bien cordialement.

Henri Pinard Legry
Président de l’ASAF


 

Elections et Défense : au-delà des déclarations !

Seuls deux candidats ont prononcé à ce jour un discours sur la Défense. Ce thème, très peu médiatisé, ne fait pas vraiment recette et suscite peu de questions de la part des journalistes.

Les candidats, à la pêche aux voix, ne souhaitent pas évoquer et défendre des dépenses dont la plupart des Français ne veulent pas entendre parler; tous se gardent bien de justifier la raison d’être d’une armée.

Les principaux candidats ont tout de même fait connaître, souvent de manière évasive et succincte, leurs options dans quelques revues spécialisées. L’essentiel de ces textes a d’ailleurs été mis en ligne sur le site de l’ASAF (www.asafrance.fr) qui a ouvert une rubrique spéciale « élections ».

Eléments de synthèse

Unanimité sur la force de dissuasion nucléaire

Ce point est d’autant plus intéressant quand on se souvient de la vive opposition suscitée par la décision de créer cette force dans les années 60 et alors qu’aujourd’hui certains prônent une sortie plus ou moins rapide du nucléaire civil.

Consensus apparent sur l’effort de défense

 

Tous affirment que la France « ne doit pas baisser la garde », que la Défense ne doit pas être une « variable d’ajustement » et que les armées doivent disposer des « capacités à la hauteur des ambitions de la France ».
Mais Messieurs Hollande et Bayrou annoncent une réduction du budget de la Défense en proportion des autres postes du budget de l’Etat (sauf celui de l’éducation nationale…) ;
Monsieur Mélenchon proclame qu’il faut le stabiliser sans en préciser le niveau, tandis que Madame Le Pen prévoit de le remonter à 2% du PIB (hors pensions) en 5 ans ; il est aujourd’hui à 1,6%.

Clivage sur l’OTAN et la Défense européenne

Messieurs Bayrou, Hollande et Sarkozy sont, à quelques nuances près, pour le maintien de la France dans l’OTAN et affirment leur volonté de bâtir une Europe de la Défense, alors que Madame Le Pen s’engage à quitter le commandement intégré de l’OTAN et à privilégier un axe Paris- Berlin- Moscou et que Monsieur Mélenchon a décidé de sortir de l’Alliance atlantique et de privilégier l’ONU.


Interrogations

S’agissant du Livre blanc, faudra-il en rédiger un nouveau pour connaître le cadre stratégique dans lequel le candidat élu va conduire sa politique de défense ?

Comment croire que des responsables politiques dans l’opposition depuis des années n’aient pas encore analysé la situation mondiale pour définir ce cadre stratégique qui conditionne en fait l’ensemble de la politique de la France dans laquelle se place sa défense ?

ainsi, sur le territoire national, une catastrophe naturelle ou technologique de grande ampleur nécessiterait des capacités de renforcement dont seule une armée moderne est dotée avec des unités disponibles, entraînées et équipées de matériels puissants.

Au Japon,Fukushima a mobilisé 100 000 militaires soit l’équivalent de la totalité de l’armée de terre française.

Imaginons aussi que ce qui s’est produit à Toulouse par l’action d’un seul soit multiplié par dix. Qui peut ignorer alors l’impérieuse nécessité de pouvoir déployer très rapidement des unités militaires en renfort des forces de sécurité intérieures dans les zones concernées partout en France ?

Plus près de nous, la Méditerranée constitue aujourd’hui la frontière la plus sensible du continent. La France une fois encore est en première ligne. Si l’Europe peut s’appuyer sur un chapelet de bases situées à moins de 500 km des côtes sud, personne ne peut nier que, dans cette zone peuplée de 250 millions d’habitants, toute crise aura un impact immédiat en Europe. A cet égard le conflit israélo palestinien qui dure depuis plus de 60 ans concerne directement la sécurité intérieure de la France dans la mesure où notre pays accueille les deux communautés religieuses concernées les plus nombreuses d’Europe et dont les membres possèdent en outre très souvent la double nationalité.

Plus largement, l’Afrique - sahélienne et subsaharienne - revient au cœur de nos préoccupations en raison de son instabilité et de son trop faible développement économique pour une démographie galopante.
Là encore, la France, et avec elle l’Europe, sera contrainte d’aider ces Etats fragiles, dont les frontières sont remises en question, à assurer leur sécurité intérieure et extérieure. Il y va de la vie de nos ressortissants mais également des risques de flux migratoires considérables susceptibles de se déverser sur une Europe opulente et vieillissante. Notre destin est lié à celui de l’Afrique ; la géographie commande. Nos forces y seront inévitablement engagées.

Dans ce contexte, il appartient aux candidats de s’exprimer clairement sur leurs intentions concernant notre défense et les moyens qui y seront affectés, sans masquer les réalités.

L’ASAF, pour sa part, poursuivra son action dans l’ensemble du pays auprès de tous les Français pour expliquer le rôle et la place centrale de l’armée dans la Nation.

Elle rappellera sans relâche aux responsables politiques leurs obligations en matière de défense car les lâchetés d’aujourd’hui se paieront demain par le sang des Français.

Rédaction de l’ASAF

 

Accéder aux articles de l'ASAF

www.asafrance.fr


 

 

 

Pour recevoir le bulletin ASAF qui vient de paraître (64 pages), les trois autres bulletins trimestriels ainsi que le bulletin spécial "Armée-Algérie, 1830-1962" (96 pages) qui sera diffusé le 15 juin.

Adhérez dés maintenant à l'ASAF (année 2012) au prix de 25€

CLIQUEZ ICI pour vous enregistrer

et adressez un chèque de 25€ par courrier !

à l'ordre de : ASAF, 18 rue de Vézelay , 75008 Paris.

     

18, rue de Vézelay

75008 Paris

Tél/Fax : 01 42 25 48 43

Repost 0
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 10:30

 

 

INFO SITE ASAF


L'ASAF vous propose tous les mois, une sélection des articles de son site www.asafrance.fr mis à jour quotidiennement.


1 - Libre opinion : le coût humain des opération

                   !cid 6dad569919cac42e17e0b1c215a846d6


 

 

 

Par le Général Elrick IRASTORZA, ancien chef

d’état major de l’armée de terre.

 

LIRE

             2 - Libre opinion : Les enseignements

             stratégiques du conflit afghan

                             !cid 23a9ef217fbff3b9fb7546c24e2f5cf7


 

 

 

Par le Général Vincent DESPORTES, ancien

commandant de l’Ecole de guerre.


LIRE


3 - Libre opinion : Dissuasion nucléaire

                       européenne

                   

                  !cid bbb5024a4814a5ef70d66f90c18b817b

 

 

 

 

 

 

Par le général François TORRES, ancien

 attaché de Défense à Pékin.,Offcier général (2S).


LIRE

4 - Officiel : Français par le sang versé

                          !cid 48c9d1f7a229ac2c21a29f7bdd5800f2 (2)


 

 

 

 

 

 

Par le général Jean-Claude COULLON

ancien Commandant de la Légion Etrangère.

 

LIRE

                5 - ASAF Bulletin trimestriel N° 93

                        (Hiver 2011-2012)

                            

                                              !cid a0ed462f2bb9b3a47c30c9af0b58e75a


 

 

 

 

 

 

Ce bulletin de 64 pages à feuilleter est mis

en ligne alors que le prochain bulletin

(printemps 2012) sera adressé par courrier

à tous les adhérents le 15 mars

(adhésion et abonnement :25 €).

 

LIRE

 

             6 - Vidéo : Aux commandes du Rafale

  

!cid 28d27ce5685ba667d501539a84c3af40

 

 

 

 

 

 

 

>

Un capitaine de l’armée de l’air vous fait

découvrir les capacités extraordinaires de

cet appareil polyvalent.

>

.VOIR

 

                     7 - Photo du jour en Afghanistan

              !cid 228c43519618cb72c5bc19568f85d5d1


 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour rappeler l’importance des tireurs d’élite

camouflés: capacités de renseignement et de

tir précis à longue distance.

 

 

VOIR

 

 

 

 


De nombreux autres documents sont à lire et à voir sur le

site www.asafrance.fr


Pour recevoir par la poste chaque trimestre la publication de

l'ASAF (64 pages) dont le prochain numéro, comprenant plus

de 30 articles paraîtra le 15 décembre.

 

 

Adhérez dés maintenant à l'ASAF (année 2012) au prix de 25 €

CLIQUEZ ICI pour vous enregistrer et adressez un chèque de

25 € par courrier !

à l'ordre de : ASAF, 18 rue de Vézelay , 75008 Paris.

 

 

 

> Site : :www.asafrance.fr

> Courriel : secretariat@asafrance.fr

 

> 18, rue de Vézelay

> 75008 Paris

Tél/Fax : 01 42 25 48 43

Cette lettre peut être diffusée sans réserve vers les autorités et élus

de vos connaissances, les médias et relais d'opinion, dans votre

entourage familial, professionnel et associatif.
Très cordialement.
Henri PINARD LEGRY.
Président de l'ASAF
.

Se désabonner
Repost 0
27 février 2012 1 27 /02 /février /2012 07:53



                                                                                                    MOTION

Le Conseil d’administration de l’ADOR (Association Des Officiers de Réserve et Officiers Anciens Combattants du Gard) s’est réuni en séance plénière le mardi 21 février 2012 ayant appris que les 10 et 11 mars 2012 se tiendra à Nîmes un colloque "Destiné à faire connaître au grand public l’organisation clandestine du FLN algérien, notamment par des débats anticolonialistes", organisé par la « Fédération de France du FLN » et un collectif d’associations algériennes.

Ce colloque est subventionné par le Conseil Général du Gard, la Région Languedoc-Roussillon et le Ministère de la Culture et de la Communication. Générateur de graves troubles à l’ordre public, un tel rassemblement/ colloque qui se déroule sur le territoire national est organisé par une communauté étrangère qui fait l’apologie de crimes commis à l’encontre de citoyens français (forces de l’ordre, militaires d’active et militaires appelés, harkis fidèles à la France et civils habitant l’Algérie alors département français, etc.) et va provoquer de nombreuses manifestations à laquelle l’ADOR du Gard s’associera.

A quelques semaines des commémorations du Cinquantenaire du début de l’exode tragique dont ont été victimes les communautés Pied-noir et Harkis, les administrateurs de l’ADOR du Gard (1) demandent unanimement à Monsieur le Préfet du Gard - représentant de Monsieur le Président de la République, de Monsieur le Ministre de l’Intérieur, de Monsieur le Secrétaire d’État en charge des Rapatriés - ainsi qu’aux élus locaux - Députés, Sénateurs, Conseillers Régionaux, Maires et Présidents d’Associations Patriotiques - d’intervenir pour que ce colloque soit interdit.
           
 

(1) Parmi lesquels certains ont eux-mêmes combattus pour la France contre le FLN, l’un d’entre eux y ayant   perdu son frère « Mort pour la France »


                                                                            ********************************
                                                                    
 
Lien vers:                                          
Livre-Harkis soldats abandonnés-Témoignage-préface de Pierre Schoendoerffer.

Repost 0
19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 09:37

entete2
 
LETTRE MENSUELLE de L'ASAF 12/02
« Ne pas subir » (Maréchal Jean de Lattre de Tassigny)

Madame, Monsieur ;

Voici la deuxième lettre mensuelle de l'ASAF de l'année 2012.
L'ASAF souhaite que les éléments qu'elle contient contribuent au débat sur les questions militaire et de défense lors de la campagne pour l'élection du président de la République.
Bonne lecture.

Bien cordialement.

Henri Pinard Legry
Président de l’ASAF


La Défense, un atout majeur pour la France
La Défense est un sujet dont parlent peu les candidats à la présidentielle au point que l’un d’entre eux, et non des moindres, n’en fait que la dernière de ses 60 propositions. Est-ce une marque de désintérêt ou d’ignorance de ce qui est pourtant le premier devoir d’un chef d’Etat ?
Si d’aventure ce sujet est abordé, c’est généralement pour laisser entendre que le budget des armées participera aux efforts visant à rétablir l’équilibre budgétaire.
Ces coupes budgétaires réduiraient dangereusement nos capacités opérationnelles mais elles affaibliraient également une industrie performante et un système de formation remarquable.
Un outil industriel de grande valeur

La France dispose encore d’une industrie d’armement complète et de grande qualité comprenant des entreprises de niveau mondial et une multitude de PME performantes qui ont le grand mérite, en ces temps de délocalisation, d’avoir leurs usines et centres de recherche implantés pratiquement tous sur le territoire national.

Ces entreprises fournissent à la France non seulement des équipements parmi les meilleurs mais elles représentent chaque année 6 milliards € d’exportations soit l’équivalent de 12% du déficit commercial. Cette industrie de défense largement exportatrice rapporte dans les caisses de l’Etat, sous forme d’impôts, taxes et cotisations diverses, sensiblement la somme que celui-ci dépense pour équiper notre armée.

Mais ces exportations ne sont possibles à ce niveau que parce que l’armée française jouit aujourd’hui d’une réputation d’excellence qu’elle doit autant à ses matériels qu’aux hommes et aux femmes qui les servent.

L’industrie d’armement est un secteur où la France est encore très bien placée. Dans la compétition économique actuelle elle doit non seulement le conserver mais le développer tant il est vrai qu’il est très difficile et coûteux de reprendre un créneau à des concurrents.

Ajoutons que ces emplois industriels restent en France et que les technologies sophistiquées développées dans les armements et équipements bénéficient souvent à l’ensemble de l’industrie civile.
A ce point, on pourrait même se demander si la contraction régulière du budget de la Défense depuis plus de 30 ans n’a pas contribué à notre déclin industriel.

Inversement, et pour ne citer que quelques exemples, à qui devons- nous notre position de leader dans les industries nucléaire, aéronautique et spatiale, si ce n’est , pour une part importante, à l’effort militaire fait dans ces domaines dans les années 60 et 70.

Une référence dans le domaine de la formation

Peu de gens savent que l’armée incorpore chaque année 30 000 jeunes Français, en majorité sous contrat à durée déterminée, et en remet autant sur le marché du travail.

Combien savent que l’armée consacre une partie importante de ses ressources à la formation initiale et continue de son personnel dont la carrière dure en moyenne 10 ans.

Ceci est d’autant plus nécessaire que les cadres comme les militaires du rang, aujourd’hui professionnels, peuvent être engagés dans tout type de conflit et doivent donc être capables de mettre en œuvre différents types d’ armes et d’équipements souvent complexes.

A la formation initiale qui dure entre 4 ans pour les officiers et 6 mois pour les engagés, s’ajoutent des stages de formation spécialisée et complémentaire, tout au long de la carrière. C’est une véritable formation en alternance.

Cette formation comprend toujours un volet éducation visant à inculquer le respect de la mission, le culte du travail bien fait et les valeurs fondamentales de la vie en société.

C’est donc du personnel formé qui, a son retour à la vie civile, constitue un atout pour les entreprises dans la compétition économique mondiale.
Cet aspect méconnu du rôle éducatif de l’armée est d’autant plus exemplaire qu’il permet une véritable promotion au mérite qui contribue à l’intégration des Français de toutes origines.

Cet ascenseur social, mis à mal dans la société civile, est toujours en vigueur au sein des armées. A cet égard, il faut rappeler que l’éventail des rémunérations va de 1 à 8 entre le jeune engagé sans diplôme et l’officier général chef d’état-major qui est responsable de l’ensemble des armées.

Au moment où les candidats à la présidence de la République dévoilent leurs projets concernant la désindustrialisation, la délocalisation, la formation professionnelle et l’éducation civique, il serait temps que le budget de la Défense ne soit plus perçu comme une variable d’ajustement mais comme un levier très efficace pour aider à relever les défis qui se posent aujourd’hui à notre pays.

Rédaction de l’ASAF


Accéder aux articles d'actualités sur le site ASAF
www.asafrance.fr

Pour recevoir par la poste chaque trimestre la publication de l'ASAF (64 pages) dont le dernier numéro, comprenant plus de 30 articles est paru le 15 décembre.

Adhérez dés maintenant à l'ASAF (année 2012) au prix de 25€

CLIQUEZ ICI pour vous enregistrer et adressez

un chèque de 25€ par courrier !

à l'ordre de : ASAF, 18 rue de Vézelay , 75008 Paris.

18, rue de Vézelay
75008 Paris

Tél/Fax : 01 42 25 48 43

Cette lettre peut être diffusée sans réserve vers les autorités et élus de vos connaissances, les médias et relais d'opinion, dans votre entourage familial, professionnel et associatif.
Très cordialement.
Henri PINARD LEGRY.
Président de l'ASAF
.
Repost 0

Présentation

  • : blog-UNP.nos Anciens nos Sections
  • blog-UNP.nos Anciens nos Sections
  • : Blog créé initialement pour faire connaitre la section de Thionville,s'est étendu à des sections et amicales de la région et d'ailleurs.
  • Contact

Recherche