Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 février 2011 7 06 /02 /février /2011 08:05


affiche infanterie de l'airEn France,est née en 1934 une Armée de l'Air indépendante et c'est en 1935 que la capitaine GEILLE  organise le Centre d'Instruction de Parachutisme à Avignon-Pujaut.Le Ministère de l'air délivre les premiers brevets parachutistes et décide de la création de deux Groupes d'Infanterie de l'Air en 1936 et en octobre 1937 deux groupes sont mis sur pied,les 601 et 602 GIA.


Michel Fries nous a transmis la liste suivante des noms et grades des officiers et sous officiers brevetés instructeurs parachutistes en 1937 au centre d'instruction de parachutisme de l'Armée de l'Air à Avignon-Pujaut.

 

donc,pour les personnes intéressées



Le capitaine Geille,breveté en URSS en 1935,premier parachutiste militaire fraçais.

 
(les brevets sont tous homologués le 1/1/1938).

 

capitaine Sauvagnac H.       brevet nr 1

capitaine Loizeau A.F.          brevet nr 2

lieutenant Fournier P.          brevet nr 3

lieutenant Audebert G.        brevet nr 4

lieutenant Le Mire O.            brevet nr 5

lieutenant Morel J.                brevet nr 6

lieutenant Le Bourhis G.       brevet nr 7

lieutenant Meyer G.              brevet nr 8

lieutenant Le Maitre A.        brevet nr 9

lieutenant Glaizot N.             brevet nr 10

lieutenant Dupouts P.          brevet nr 11

lieutenant Chevalier F.         brevet nr 12

lieutenant Bastouil A.           brevet nr 13

lieutenant Foucault P.M.     brevet nr 14

lieutenant Fleury M.L.          brevet nr 15

lieutenant Cordier L.J.M.     brevet nr 16

lieutenant Lespina A.            brevet nr 17

sergent-chef Fillion I.            brevet nr 18

sergent Gendarme H.            brevet nr 19

sergent Houot J.                     brevet nr 20

sergent Fontaine A.               brevet nr 21

sergent-chef Chaix P.            brevet nr 22

sergent Henocque J.              brevet nr 23

sergent Veras L.                      brevet nr 24

sergent Patingre E.                 brevet nr 25

sergent Barthe M.                   brevet nr 26

sergent Guelaff J.                     brevet nr 27

sergent Marchal P.                  brevet nr 28

sergent Blanchard A.               brevet nr 29

sergent-chef Museau A.         brevet nr 30

sergent Costes P.                      brevet nr 31

sergent-chef Rochelle P.         brevet nr 32

sergent Bruniaux R.                  brevet nr 33

sergent Suzanne N.                  brevet nr 34

sergent Minaud E.                    brevet nr 35

sergent Cournou J.                   brevet nr 36

sergent Die F.                             brevet nr 37

sergent Robe J.                          brevet nr 38

sergent Chadenat A.                brevet nr 39

sergent Escaich F.                     brevet nr 40

sergent Leroux R.                      brevet nr 41

sergent Garamond G.              brevet nr 42

sergent-chef Gruel P.               brevet nr 43

sergent Barriere P.                    brevet nr 44

sergent Lambert R.                   brevet nr 45

sergent Flamant V.                   brevet nr 46

sergent-chef Boillot Y.             brevet nr 47

sergent Bartels P.                      brevet nr 48

sergent Midy P.                         brevet nr 49

sergent Belac P.                         brevet nr 50

sergent Gautheret S.                brevet nr 51

sergent Guillot du Hanel J.      brevet nr 52

 Ces deux copies d'images nous ont été transmises par Michel Fries.

Cie-de-l-Air-3-001.jpg

 

Cie-de-l-Air-4-001.jpg

 

 

Repost 0
Published by union nationale des parachutistes de thionville - dans Nos Unités.
commenter cet article
1 octobre 2010 5 01 /10 /octobre /2010 17:42

Le texte suivant et les images ont leur source dans la revue Debout les Paras nr 167 de l'année 1998.

Les images de la revue ont pour source le SIHLE(Service Information et Histoire de la Légion Etrangère).

 

L'auteur est  le général(CR) Raoul Forcin.

 

 



                                       Cinquantenaire des Légionnaires parachutistes.

Il y a 50 ans,en 1948,étaient créées les premières unités de Légion Parachutiste.En Indochine,ou elles furent engagées jusqu'à la fin des combats ,elles donnèrent la pleine mesure de leur efficacité alliant aux traditionnelles qualités de la Légion Etrangère celles des troupes aéroportées.Au prix d'immenses sacrifices,par le sang versé,elles entraient dans la légende.
Fortes du prestige acquis,riches d'une grande expérience,devenues d'exceptionnelles outils de guerre,elles s'engageaient résolument,dans les combats en Algérie où elles obtinrent d'exceptionnels résultats.
Trés sensibilisées à ce qui touchait à l'avenir de l'Algérie,elles furent profondément marquées par les conséquences du drame algérien.
Seul le 2° Régiment Etranger de Parachutistes survivra à l'épreuve;il est maintenant l'unique héritier de toutes les unités de Légion Parachutiste.Fier de son passé,ayant foi en l'avenir,il maintient ses qualités opérationnelles à un trés haut niveau montrant ainsi qu'il est digne de l'héritage transmis par ses anciens.

                                          Origines et création.

L'idée de parachutistes au sein de la Légion Etrangère remonte à 1945,à TSAO-PA,après la retraite de Chine,lorsque le commandement  décide de confier à la Légion la mise sur pied d'une section de volontaires parachutistes.L'idée de cette création rapidement abandonnée,est reprise en 1948 sur des bases plus solides,en dépit de fortes réticences émanant tant du commandement de la Légion que des milieux TAP.Pour les uns,l'intégration d'unités parachutistes pouvait faire perdre à la Légion de sa rigueur et de sa solidité au combat,pour les autres la Légion était trop lourde et trop structurée pour pouvoir s'adapter au combat des TAP.Ces réticences ne réussirent pas à diminuer l'enthousiasme de jeunes officiers,nouvellement affectés à la Légion,acquis à l'intéret du combat des aéroportés et conscient de la valeur de leur troupe.A cette période,la Légion qui représente 40% des effectifs européens engagés en Extrème Orient,compte dans ses rangs de nombreux anciens de la 2° guerre mondiale,très aguéris et ayant déjà servi dans des unités aéroportées d'un côté ou de l'autre.C'est dans ce contexte qu'en 1948,le commandement décide de créer des unités parachutistes au sein de la Légion Etrangère.

                          La Compagnie parachutiste du 3°REI.
 

 

Capture03La première unité est créée en Indochine le 1° avril 1948,avec des volontaires des  Corps Légion stationnés sur le territoire.
Elle est intégrée au 3° Régiment Etranger d'Infanterie mais subordonnée pour emploi au commandant du 3/1RCP.
Le lieutenant J.Morin prend le commandement de cette unité.Il sera le  1° Cdt d'unité Légion Para.Cette unité sera dissoute avec l'arrivée du 1°BEP.

                                    L'Indochine.
Alors que la Compagnie Parachutiste du 3°REI est engagée,dès sa création dans des combats où elle montre de grandes qualités opérationnelles,les 1° et 2eme Bataillons Etrangers de Parachutistes débarquent en Indochine,le 1°BEP à Haïphong,en juin 1948,le 2emeBEP à Saïgon,en septembre 1949.

                        Legion-1.jpg

 
Au cours de la première année de séjour,le 1°BEP intervient dans le Delta Tonkinois et en Haute Région,prétant main forte à quelques postes menacés,assurant la sécurité des convois,ou encore menant l'attaque contre un ennemi repéré.Au printemps 1949,lors d'uns opération dans le Nord-Ouest,le 1°BEP a le privilège de pénétrer le premier à Tuyen Quang ,garnison de légende pour la Légion Etrangère.En juin 1949,le 1°BEP absorbe les effectifs de la Compagnie Parachutiste du 3°REI dissoute.
Pour le 2emeBEP,le séjour en Indochine débute differemment dans la mesure où,agissant au Sud contre des éléments Viet-Minh moins organisés militairement,il conduit des actions décentralisées où les commandants d'unités peuvent donner libre cours à leur imagination.C'est ainsi que le 1° avril 1950,dans la région de Ba-Cum la 2° Compagnie du 2°BEP commandée par le lieutenant Cabiro met hors de combat 130 Bo-Doi,au cours d'un violent accrochage.
Cetta action est récompensée par l'attribution d'une citation à l'ordre de l'Armée à la 2° Compagnie du 2°BEP.
En septembre 1950,le 2°BEP est transféré au Tonkin.Dès lors,jusqu'à la fin des hostilités,les deux bataillons, réunis sur le même territoirs,seront de tous les coups durs,partageant la gloire mais aussi parfois la destinée tragique des autres unités.La liste des opérations effectuées ou des combats engagés par les Légionnaires parachutistes serait trop longue à présenter mais trois noms,entre tous,méritent d'être soulignés tellement,à eux seuls ils témoignent du sacrifice consenti:
Les combats de la RC4,le combat de Nghia-Lo et la bataille de Dien Bien Phu.

                                            Les combats de la RC4.
 

Capture04Fin 1950,la menace devient de plus en plus pressante sur la frontière de Chine:le post de Dong-Khe est investi par les forces Viet-Minh qui disposent de plus de 30 bataillons puissamment armés dans la région;les postes de la RC4 sont en danger.Le commandement français décide d'évacuer Cao-Bang et,pour faciliter le repli,ordonne une opération dans le secteur That-Khe,Dong-Khe.Le 1°BEP aux ordres du Commandant Segretin est parachuté sur That-Khé les 17 et 18 septembre 1950.Du 1° au 8 octobre 1950,le 1°BEP intégré au Groupement Bayard de la colonne Lepage,ainsi que trois Bataillons Marocains,doit mener seul ou en liaison avec les Marocains,des combats d'une extrème violence,d'abord pour reprendre Dong-Khe,mission qui sera annulée par le Commandement au cours de l'action même,ensuite,dans une deuxième phase pour assurer le recueil des éléments venant de Cao-Bang.Chaque jour le Viet-Minh,regroupant ses forces,resserre l'éteau autour du Groupement Bayard;les combats sont acharnés et les pertes sévères.Le 7 octobre,le Groupement Bayard en entier est pris au piège dans les calcaires de Coc-Xa.Le 1°BEP reçoit l'ordre d'ouvrir une brèche dans le dispositif ennemi:il faut percer coûte que coûte,le sort du Groupement est entre les mains du 1°BEP ordonne le colonel Lepage.


                                 Legion-2.jpg
Le 1erBEP Bataillon Segretin a rempli sa mission au prix du sacrifice total et s'est montré digne de la tradition légionnaire


Dans un terrain chaotique,couvert d'une épaisse végétation,commence un combat d'une violence inouïe.En quelques heures,le 1°BEP perd plus de 200 hommes mais la mission est remplie:le Groupement peut s'engager dans le passage ouvert par le 1°BEP.Très rapidement les Viets se ressaisissent;il faudra une nouvelle intervention héroïque,cette fois menée par le 1°TABOR Marocain,pour éviter que le piège se referme à nouveau.
Le 8 octobre,le 1°BEP tombe dans une forte embuscade tendue par les forces Viet-Minh.Au cours de l'action,le Chef de Bataillon Segretin,commandant le 1°BEP est mortellement blessé.De combat en combat,jour après jour,le 1°BEP est anéanti.Du Bataillon il ne reste plus que 3 officiers,3 sous-officiers et 17 Légionnaires,commandés par le Capitaine Jeanpierre,qui réussissent à rejoindre les lignes amies .Pour aggraver le désastre,120 légionnaires prévus en renfort pour le 1°BEP et parachutés avec le 3°BCCP dans le secteur de That-Khe seront anéantis les jours suivants avec leur Bataillon de rattachement.
En ce mois d'octobre 1950,le 1°BEP a cessé d'exister.Il sera recréé le 15 mars 1951 avec des effectifs provenant d'Afrique du Nord.Comme l'indique la citation attribuée au 1°BEP à cette occasion:Le 1°BEP,Bataillon Segretin,a rempli sa mission au prix du sacrifice total et s'est montré digne de la tradition légionnaire.

                     Legion-3.jpg



                                        Les combats de Nghia-Lo.
Fin septembre 1951,le Commandement français,face à la menace que constitue la présence de plusieurs divisions Viet-Minh en pays Thaï décide de lancer une opération dans le secteur de Nghia-Lo avec les 8°BPC,10°BPCP et le 2°BEP composant le Groupement commandé par le Lieutenant-Colonel de Rocquigny.Le 8°BPC est parachuté le 1°octobre,le 2°BEP aux ordres du Commandant Raffalli,le 4 octobre au nord de Nghia-Lo.Le 6 octobre ,le 2°BEP prend le contact avec l'ennemi.Les Légionnaires Parachutistes et leurs camarades de la 2°CIPLE doivent mener toute la journée de durs combats.A la nuit,le 2°BEP s'installe au point d'appui.A partir de 21 heures les viets qui espèrent renouveler le coup de la RC4,se ruent à l'assaut des positions du BEP,vague après vague.A 3h30 les combats se poursuivent de toute part,la défense est héroïque mais les pertes sont sévères et les munitions commencent à manquer.Pour éviter l'encerclement total,profitant de l'obscurité,le Commandant Raffalli décide de décrocher pour rejoindre le 8°BPC.Après avoir enterré les morts,transportant les blessés sur brancards,progressant hors piste sur un terrain difficile pour éviter le Viet omniprésent mais obligé parfois d'engager le combat pour s'ouvrir queleques points de passage,le 2°BEP met 48 heures pour rejoindre les éléments avancés du Bataillon ami.Les pertes du 2°BEP sont importantes:7 tués,19 disparus,27 blessés mais le 2°BEP a permis par son action,ajoutée à celle des autres Bataillons,de débloquer Nghia-Lo avant que le Viet-Minh procède par la suite au retrait complet de ses forces.

                               La mort du Commandant Raffalli.
 

 

Capture01Le commandant Raffalli qui a fait preuve de grandes qualités de chef,à la tête du 2°BEP pendant les combats de Nghia-Lo trouvera la mort un an après au cours d'un accrochage le long du Cho-Chai.
Il avait pris le commandement du 2°BEP le 1°novembre 1950 et avait mené le Bataillon pendant prèd de deux ans,de succès en succès.

La bataille de Dien-Bien-Phu.
Il est difficile de distinguer les BEP des autres unités au cours de la bataille de Dien-Bien-Phu,tellement les actions ont été imbriquées et le courage ainsi que le sacrifice communs.
Le 1°BEP renforcé de la Compagnie Etrangère Parachutiste de Mortiers Lourds est parachuté sur la cuvette de Dien-Bien-Phu le 21 novembre 1953.Avec les autres Bataillons de Parachtistes présents,le 1°BEP participe ,avant l'encerclement ,à de nombreuses reconnaissances et à des opérations de type particulier comme celle engagée pour le recueil de la garnison de Lai-Chau.A partir de mars 1954,le Viet-Minh devenant de plus en plus pressant,les combats redoublent en violence.De son côté,la Compagnie Etrangère Parachutiste de Mortiers Lourds tient d'une façon magnifique son rôle du début à la fin de la bataille.Le trbut payé par cette unité est lourd puisque pour un effectif total jamais supérieur à 80,ses pertes seront de 21 tués et de 36 blessés.
De la même manière,il convient de rendre hommage aux Légionnaires de la Compagnie de Ravitallement par Air qui avec leurs camarades du Train,en dépit du danger,n'ont jamais cessé d'assurer les largages au-dessus du camp retranché.
Le 10 avril 1954,le 2°BEP est parachuté sur Dien-Bien-Phu.Le Bataillon est rapidement mis dans le bain avec une mission de ravitaillement sur Hguette où il subit de lourdes pertes.
Le 23 avril,le 2°BEP reçoit la mission de contre-attaquer sur un point d'Appui.Au déboucher  les Légionnaires Parachutistes sont fauchés par les mitrailleuses ennemies.Les pertes sont extrémement sévères :les effectifs du 2°BEP sont laminés.
Le 24 avril ce qui reste des 1° et 2ème BEP  forme un bataillon de marche aux ordres du Commandant Guiraud.Le 8 mai 1954 tout est fini.
Après la chute du camp retranché.
-le 1°BEP meurt pour la deuxième fois;il sera recréé le 19 mai 1954 avec des volontaires provenant des corps Légion stationnés en Indochine.
-le 2emeBEP est également anéanti et dissous.Il sera recréé le 25 mai 1954 avec le 3èmeBEP,bataillon homogène qui,venant de débarquer en Extrème Orient,prendra,à la demande de son chef de corps,le Commandant Masselot,l'appellation du 2èmeBEP.
La campagne d'Indochine,de 1948 à 1954,a coûté cher aux unités de Légion Parachutiste qui ont perdu au total:84 officiers,195 sous-officiers,1584 hommes du Rang morts pour la France,soit la valeur de plus de 3 bataillons.
Le 1°BEP a été cité 4 fois à l'ordre de l'Armée et décoré de la Médaille Militaire.
Le 2èmeBEP a été cité 6 fois à l'ordre de l'Armée et décoré de la Légion d'Honneur.
C'est la seule Unité ayant reçu cette décoration pour faits de guerre se rapportant uniquement à la campagne d'Indochine.

                                                      L'Algérie.
Le Légionnaire Parachutiste quitte le Vietnam en emportant avec lui,le souvenir de populations auxquelles il s'est attaché et de jeunes Vietnamiens engagés dans les combats à ses côtés.Ceux des CIPLE notamment-qu'il a le sentiment d'abandonner.Il garde aussi le souvenir de nomreux camarades tombés au cion d'une rizière,le long d'une piste ou dans la brousse.Il a un peu de vague à l'âme mais,soldat,il est prêt à s'engager en Algérie dans un nouvau combat qu'on lui prdit plus facile,parce que plus proche de la Métropole,avec des moyens supérieurs à ceux qu'il a précédemment connus.


Sitôt débarqués en Afrique du Nord,les deux Bataillons Etrangers de Parachutistes deviennent Régiments et s'installent,le 1erREP à Zéralda près d'Alger,le 2ème REP à Philippeville dans le Constantinois.Le 3ème BEP est également transformé en Régiment ,le 3èmeREP ,mais presque aussitôt dissous,il permettra,par la ventilation de ses personnels,la mise sur pied du 2èmeREP.La formation des deux REP est au plan des personnels,le fruit d'une sélection de haut niveau.En effet le prestige des unités de légionnaires parachutistes est tel qu'il n'est pas un jeune officier sorti des Ecoles dans les majors,un sous-officier issus des Pelotons de Sidi Bel Abbes dans un trés bon rang ,ou encore un jeune légionnaire classé parmi les meilleurs en fin d'instruction qui ne souhaite obtenir une affectation dans un REP.
Avec des personnels d'une telle qualité,commandés par des chefs prestigieux,les 1er et 2ème REP deviennent de remarquables outils de combat.La généralisation de l'emploi des hélicoptères apporte,dans les opérations,une nouvelle donne,exploitée au maximum par chacun des Régiments.L'esprit de choc qui a muri en Indochine,va trouver son plein épanouissement en Algérie.
En six ans,les résultats obtenus par les deux Régiments sont excepptionnels;à titre d'exemple pour le seul 2èmeREP dont la présence sur le Djebel a été quasi permanente.Le bilan s'élève à:3665 rebelles tués dénombrés,autant d'armes saisies parmi lesquelles plus de 200 armes collectives.
Mais aussi,le sacrifice est grand comme en témoigne le nombre des Légionnaires Parachutistes,de tous grades,morts pour la France pendant la campagne d'Algérie:
1erREP: 7 officiers ,44 sous-officiers, 247MDR.
2èmeREP: 9 officiers, 24 sous-officiers, 200MDR.

Après une période de "mise en jambes",en 1956,période déjà marquée de quelques succès et,pour le 1erREP,de sa participation à l'expédition de Suez,les deux Régiments,dès 1957,s'engagent à fond dans la lutte contre la rebellion.
Le 1erREP,par son appartenance à la 10ème DP,participe en début 1957 à la bataille d'Alger où,avec les autres Régiments Parachutistes de la division,il traque les chefs de la rebellion et anéantit  leurs réseaux de terroristes.Après quelques semaines de lutte,le calme revient à Alger et mission accomplie,les unités peuvent repartir dans les djebels.
Pendant cinq ans,les deux REP ne cessent de pourchasser le "fell" djebel après djebel,combat après combat,dont les plus violent se déroulent en 1958 avec l'interception de fortes bandes rebelles ayant franchi le barrage électrifié de la frontière algéro-tunisienne.
Cette" bataille des frontières",le 1erREP la vit dans la région de Guelma où il obtient des résultats exceptionnels.Le 26 février 1958,dans le secteur de Duvivier,le 1erREP accroche deux Katibas,toutes fraîches et dotées d'un important armement.Après plusieurs heures de combat,les Katibas sont anéanties laissant 197 des leurs sur le terrain ainsi que l'armement  correspondant.
Pendant plusieurs mois les combats se poursuivent à un rythme vertigineux.
Legion-4.jpgLe 29 mai 1958,le 1erREP est profondément meurtri par la mort au combat ,sur le Djebel Tahia,de son chef de corps ,le Lieutenant-Colonel Jeanpierre;l'hélicoptère à bord duquel il se trouve pour commander ses unités au contact ,s'écrase au sol après avoir été atteint par le tir d'une mitrailleuse ennemie.Le Lieutenant-Colonel Jeanpierre,chef charismatique,au long passé glorieux,rejoint dans la mort les 118 légionnaires parachutistes de tous grades,du 1erREP,tués au combat pendant les cinq premiers mois de l'année.
Pour le 2èmeREP,ce sont,dans les six premiers mois de l'année 1958 une suite ininterrompue d'opérations marquées,pour la plupart,d'accrochages sévères avec les HLL,d'abord dans la région d'El Milia,puis à hauteur de Soukarhas et Guelma pendant la bataille des frontières.
Le 28 avril 1958,le 2èmeREP est héliporté sur les Beni-Sbihi où il mène le combat pendant 10 heures ,jusqu'à la nuit,contre une forte bande rebelle.L'engagement,d'une extrème violence,permet d'anéantir la bande qui laisse sur le terrain,199 tués et un armement très important.Quelques jours après,le 2èmeREP,toujours sur la brèche,accroche à nouveau ,cette fois sur le djebel Muadjene:54 rebelles sont tués et leur armement récupéré.
Ces actions du 1er et 2èmeREP ne sont que des exemples  pris parmi les nombreux engagements des deux régiments de Légion Parachutiste.Les interventions se poursuivent en 1959,1960,avec notamment l'application du plan Challe qui conduit les régiments d'intervention dans toute l'Algérie,région après région.La participation de sREP est quasi permanente mais,au fur et à mesure,les accrochages sont moins fréquents et moins violents:
La rebellion est à bout de souffle.

                                                        1961.
1961 est pour tous,l'année du drame algérien,l'année où les deux régiments étrangers de parachutistes adhèrent au "Putsch"d'Alger.Le 1erREP,considéré par son intervention à Alger comme le fer de lance du mouvement,en supporte toutes les conséquences:Le Régiment est dissous le 30 avril 1961.La plupart des officiers sont traduits en justice ou punis disciplinairement,tous les sous-officiers et militaires du rang sont mutés au 1erRE de Sidi Bel Abbes,pour être affectés aussitôt,dans un régiment Légion de leur choix,excepté le 2èmeREP.
Le 2èmeREP évite de justesse la dissolution.Le Colonel Chenel en prend le commandement;presque tous les officiers sont mutés hors Légion.Les remplçants sont pour quelques uns  des anciens des BEP ou REP,pour les plus jeunes,des officiers provenant d'autres corps Légion,ou TAP extérieurs.

Commence alors une période trés difficile por le 2èmeREP qui,sorti trés vite de sa garnison de prédilection et regroupé,à l'écart,à Telergma,doit subir presque simultanément l'arrêt des opérations et un grand chambardement au niveau de l'encadrement .Implanté à Mers El Kebir,dès l'automne 1962 ,le 2èmeREP poursuit imperturbable sa route grâce à la personnalité de son chef,à la connaissance du milieu Légion-Para qu'en ont les anciens ,ainsi qu'à la solidité inébranlable du corps des sous-officiers qui n'a jamais cessé de servir avec Honneur et Fidélité.

 

                                                                      *************************************

 

Source de l'article :Revue DLP nr 167.

Repost 0
Published by union nationale des parachutistes de thionville - dans Nos Unités.
commenter cet article
6 août 2010 5 06 /08 /août /2010 09:33

Chaque année,au mois de juillet,des représentant de la section de Thionville se rendent en Italie pour commémorer l'anniversaire de la bataille de Filottrano.

Afin de mieux connaître nos amis italiens,un petit historique de leurs unités parachutistes semble nécessaire.Bien sur,cet article n'entre pas dans les détails et reste dans les grandes lignes.

                                                                ***************************************

Italian1.jpg

 

                        Les unités parachutistes italiennes.



Première école,premières unités.La Libye,Castel Benito.


Les premières unités parachutistes italiennes ont été formées en Libye ,à Castel Benito,en 1938.L'Italie avait déjà utilisé le parachute comme moyen de ravitaillement des troupes en 1935 pendant la campagne d'Éthiopie et en 1938, le maréchal de l'Air Italo Balbo créa un premier bataillon de 300 parachutistes composé  de supplétifs libyens en mars 1938. Un second bataillon vit le jour  en mai 1940 composé de paras nationaux.. Un régiment a été constitué à partir de ces deux bataillons,le 1er régiment libyen,qui assemblé à d'autres unité a servi à créer la "Mobile Task Force",qui a eu pour tâche de s'opposer à la progression britannique.Les survivants sont renvoyés en Italie,à Tarquinia.

 



Les Divisions parachutistes italiennes durant la dernière guerre mondiale.


1-la Division 185- Folgore Division.
2-la Division 184- Nembo /Nimbus Division.
3-la Division 183-Cyclone division(restée en projet ou arrêtée pour cause d'armistice)

 

                                                                 ************************************

1-La Folgore Division.(1940-Tarquinia,l'école  pionnière des parachutiste italiens).
Entre temps,des  personnel de Castel Benito sont transférés en Italie à Tarquinia où s'ouvre la Royal School Parachute,école de Castel Tarquinia, qui donne  naissance à ce qui allait devenir le Folgore Division.
Selon les sources,au départ trois bataillons para ont été créés:
-1° bataillon de carabiniers parachutistes.
-Deux bataillons d'infanterie parachutiste.
Un seul largage opérationnel a été effectué par l'une de ces unités sur l'île grecques de Céphalonie,une compagnie ,qui n'a pas rencontré de résistance en avril 1941.


Constitution du 1er bataillon de carabiniers parachutistes à partir de juillet 1940,ce bataillon est dirigé sur l'Afrique du Nord(Tripoli) en juillet 1941,ou il est engagé dans des actions contre les britanniques.Rapatrié en mars 1942 il est dissous.


Autres unités existantes
-le Bataillon de nageurs parachutistes créé en 1940 avec des fusiliers marins provenant du Régiment San Marco.L'unité a combattu les alliés jusqu'en 1945.
-Arditi Distruttori une unité d'élite de l'armée de l'air mise sur pied à la fin de l'année 1941.Elle a combattu jusque septembre 1943 en Tunisie,Cyrénaïque.




Afin de créer une première division parachutiste italienne,qui devra intervenir à Malte,des régiment sont créés,les 1er et 2ème régiment d'infanterie parachutiste et le 1er regiment d'artillerie parachutiste.


Dans la seconde partie de l'année 1941,afin de contrer la menace britannique en Méditerrannée,une occupation de l'île de Malte est décidée par les haut commandements allemand et italien,opération qui  nécessitait l'emploi de troupes aéroportées italiennes et allemandes,l'opération Hercules.Les  unités para italiennes ne sont pas allées à Malte mais sont dirigées ensuite sur l'Afrique du Nord en juillet 1942 au sein d'une division constituée des .1er 2ème 3ème régiments d'infanterie para,du 1er régiment d'artillerie para,d'un bataillon d'assaut lesGuastatoris,d'une batterie de mortiers...(voir plus bas)


En Afrique du Nord,les paras sont utilisés comme unités d'infanterie légère.
L'unité prend pour nom" division d'infanterie,Cacciatori d'Afrique" dans un premier temps puis division d'infanterie Folgore 185 .En juillet 1942 ses unités prennent les appellations 185°,186°,187° régiments d'infanterie"Thunderbolt"et 185° régiment d'artillerie "Thunderbolt".Si les 186°,187° d'infanterie et 185 d'artillerie sont dirigés vers l'Afrique du Nord,le 185° d'infanterie reste en Italie en vue de la création d'une autre division parachutiste.


La Folgore division s'est battue héroïquement en Afrique du Nord au sein des unités allemandes et italiennes,principalement à la seconde bataille d'El Alamein où les  3500 Folgores et personnels des autres unités ont résisté à l'attaque de trois divisions britanniques,la 7ème division blindée(les Rats du désert), et deux divisions d'infanterie avec la première brigade française libre.


Les survivants ont été regroupés  en un bataillon parachutiste Folgore (capitaine Lombardini) ,en Lybie la même année, 1942 , le bataillon s'est battu en Tunisie en 1943 mais devant les écrasantes forces alliées,en novembre,et le manque de munitions,le reste de la division s'est finalement rendu aux britanniques.


La bataille d'El Alamein , qui a duré de Juillet à Novembre 1942, a été le point tournant de la guerre pour l'italie et l'armée britannique. Churchill  a écrit dans ses Mémoires"... devant El Alamein, nous n'avons  fait que échouer, après  nous n'avons eu que des victoires ...".L'Armée royale italienne a combattu  d'une manière qui peut être résumée par le sacrifice de la Folgore Division: l'historien Renzo De Felice a écrit que «... sur les 5.000" Folgore "parachutistes envoyés en Afrique 4 mois avant, les survivants ont été seulement 32 officiers et 262 soldats, la plupart d'entre eux blessés. Avant de céder, ils ont tiré jusqu'à la dernière munitions et la dernière  grenade à main..."


 Après cette défaite , l'Armée royale a perdu la Libye en quelques mois. La Tunisie ,  occupés par l'armée allemande en Novembre 1942, a été perdu en mai 1943. En Juillet 1943 la Sicile est envahie par les Alliés et le 8 Septembre 1943, l'Italie signe l' armistice avec les Alliés.La Folgore Division n'existe plus.

La Folgore division à El Alamein.(pour info)186° Régiment parachutiste, 187° Régiment parachutiste,  Ruspoli groupe régimentaire,  Ingénieur BattailIon para d'assaut (Guastatori), 185° Parachutistes Anti-Tank Regiment-Ainsi que les troupes rattachées.



                                 ***************************************


2-Division Nembo.(nouvelle école des parachutistes à Viterbe)
Côté Italie,une seconde école est créée à Viterbe ainsi qu'une nouvelle division,la 184 Airborne Division Nembo "Nimbus" à partir du 185°régiment de la 185 Division Folgore.Le projet d'une troisième division a été interrompu (la 183,division Cyclone) à cause de l'armistice de Cassibile de septembre 1943,un armistice entre les alliés qui occupaient la moitié méridionale du pays et l'Italie.
Lorsqu'à eu lieu l'armistice,les Allemands ont vite réagi pour prendre le relais du gouvernement et,paras Membo et Folgores ont continué de se battre pour la "République sociale italienne( etat fantoche de Mussolini et de son parti fasciste ).Les unités Nembo se sont battues en Italie du Nord et Yougoslavie(printemps 1943) contre des partisans,en Calabre,en Sardaigne(183 et 184° Regiments,juin 1943),en Sicile(juillet 1943),un régiment envoyé en Afrique du Nord a été détruit.
 La division  a été envoyée en Sardaigne où elle a subi une épidemie de paludisme  à  Anzio où les deux tiers des Membos ont disparu au cours de la bataille en janvier 44 et ce qui a suivi.Le reste est allé renforcer la 4ème division de paras allemands(4Fallschimjäger)

Constitution de la division Nembo.
-183° Parachute Régiment,3 bataillons.
-184° Parachute Régiment,3 bataillons.
-185° Parachute Régiment,3 bataillons.
-184° Régiment d'artillerie Nembo.
-184° Bataillon du Génie Guastatori.


La chute du Fascisme en Italie.
En juin 1943 ,avec la chute du fascisme et l'armistice de septembre le choix est difficile pour les soldats italiens répartis dans toute l'Europe.Certains choisissent de rester dans l'alliance avec les Allemands,d'autres se tournent du côté du roi et du maréchal Badoglio qui ont choisi le camps des alliés.Les paras de la Nembo,comme les autres sont confrontés au même problème,être prisonnier en Afrique du Nord où rejoindre le roi Vittorio Emanuelle III dans le sud de l'Italie.
Des unités choisissent de continuer la lutte avec les Allemands(bataillon  12 du 184°et la majorité du bataillon 3 du 185°),d'autres rejoignent l'autre camp.

 
Avril 1944 le "Corps italien de Libération" est créé,20.000 soldats intégré à la 8ème armée britannique.La division Nembo,la moitié en effectifs d'une division normale en fait partie.Ils subissent la méfiance des  unités britanniques qui voient en elle une unité fasciste,des problèmes d'équipements,d'armement,ils sont,dans un premier temps , désarmés.
Eté 1944 les paras participent,dans la zone de front de l'Adriatique, à des combats continus durant une période de 56 jours contre des troupes allemandes qui,bien que en retraite,résistent,remportent des succès et sont bien équipées y compris en artillerie lourde et chars de combat.
C'est au cours de cette période  qu'a eu lieu la bataille de Filottrano,au sud d'Ancône,la où les Canadiens et les Polonais avaient échoué,la Nembo réussit,cette bataille  coûta la vie à 580 paras et prouva la loyauté de ces hommes envers les alliés.


Le Corps italien de Libération est dissous en semptembre 1944 et est réorganisé en six groupes de combat dont l'un qui portera,en souvenir de l'ancienne division,le nom de "groupe de combat Folgore".


"L'escadron F" où" escadron de reconnaissance de la foudre" est mis en place par le commandement anglo-canadien,il est composé d'un groupe para de l'ancien 185° Régiment Nembo qui se trouvait lors de l'armistice dans le sud de l'Italie et avait décidé volontairement de combattre les Allemands.Durant la nuit du 20 avril 1945,255 hommes appartenant à l'escadronF et au Régiment de Nimbus Groupe Lighting Combat prennent part à l'operation Herring,ils sont parachutés derrière les lignes allemandes avec mission de détruire leurs moyens de communication et gêner leur retraite.

A la fin de la Seconde Guerre mondiale l'appellation " Nembo"  a été donné à une unité d'infanterie mécanisée  jusqu'en 1991, date à laquelle  a été reconstituée  le 183° bataillon parachutiste Nembo, dans la brigade de parachutistes Folgore . La brigade parachutiste Folgore avait été,elle, reconstituée en 1960. Le bataillon Nembo en 1993 est devenu un régiment , et à partir de 1991 il a participé à de nombreuses missions internationales .

                                                           ***************************************


La Brigade parachutiste "Folgore"(surnom"Foudre") actuellement.

 
elle est composée des:
-9° Régiment de parachutistes d'assaut.(forces spéciales)
-183° Régiment de parachutistes "Nimbus".héritier du 183° de la division 2 Nembo Nimbus,il a rejoint celle-ci en janvier 1943, le bataillon a été reconstitué en 1991 dans la brigade Folgore,elle même reconstituée en 1960.Ce bataillon est devenu régiment en 1993.
-185° Régiment de parachutistes d'acquisition de reconnaissance des cibles"Folgore"héritier du 185° Regiment d'artillerie parachutiste Folgore qui s'est battu à El Alamein,il disparait en decembre 1942.Il est reconstitué en juillet 58 en une batterie parachutiste,en 1975 il redevient régiment,prend plusieurs appellations pour devenir finalement en 2004 le "185° Régiment de parachutistes d'acquisition de reconnaissance des cibles-Folgore".
-186° Régiment de parachutistes"Folgore" héritier du Régiment 186 Folgore qui a combattu à la bataille de El Alamein.Il en a repris le drapeau orné de la médaille d'or pour sa conduite à cette bataille.
-187° Régiment de parachutistes "Folgore"héritier du 187° Régiment de parachutistes Folgore qui s'est battu à El Alamein,un bataillon nr2 est recréé en 1963,nommé Tarquina,en 1976 ce bataillon reçoit le drapeau du 187° et devient régiment en 1992.

Autre unité connues:
-1er Régiment de Carabiniers "Tuscania" dissoute en mars 1942,l'unité est réapparue en 1951.
-4° Régiment de chasseurs alpins(forces spéciales)

 

                                                                *******************************************

 

Liens vers les commémoration de la bataille de Filottrano.

 

2010-le 10 juillet,66ème anniversaire de la bataille de Filottrano.

 

2009-UNP Thionville chez les associés.

 

Lien vers le site para italien: Associazone Nationale Paracadustisti d'Italia Sezione di Ancona.

Repost 0
Published by union nationale des parachutistes de thionville - dans Nos Unités.
commenter cet article
5 juin 2010 6 05 /06 /juin /2010 13:06

De temps en temps,nous faisons ressortir,sur notre blog,des textes passés,de provenances diverses mais principalement de notre revue "Debout Les Paras".Notre intention n'est pas de "copier ces textes",mais de les porter à la connaissance de ceux qui n'ont pas eu la possibilité de les lire.

 

Le texte qui suit a été écrit dans le DLP nr 168,année 1999,par Jean-Claude SANCHEZ.(texte et images).

 

 


                                  Les convoyeuses de l'air

De tous temps,les femmes ont été aux côtés de  l' homme dans les bons et les mauvais moments pour l'assister et le seconder.Certains poètes disent même que la femme est l'avenir de l'homme.Présente dans tous les conflits de l'antiquité à nos jours,son image a tenté d'apporter un peu de douceur  et de chaleur à la violence environnante.Il faudrait un ouvrage de plusieurs tomes pour narrer l'aventure des femmes dans l'armée.Nous nous attacherons dans un premier temps à raconter l'épopée des convoyeuses de l'air à qui de nombreux paras doivent la vie,peu connues du grand public dans leur ensemble,mais dont l'une d'elles,Geneviève de Galard,a fait bien malgrè elle la une de la presse internationale.
La genèse.
On peut dire que tout a commencé grâce à trois femmes,Françoise Schneider,la Marquise de Noailles et Lilia de Vendeuvre qui créent en 1934,au sein de la Croix-Rouge,une section d'infirmières de l'air.Trois ans plus tard celles-ci prennent le nom d'IPSA-Infirmières Pilotes Secouristes de l'Air.
Dès 1936 déjà,elles participent bénévolement à des manoeuvres d'évacuations sanitaires avec l'armée de l'air.La défaite et l'armistice de 1940 qui mettent fin à leurs activités,ce qui ne les empêche pas d'animer durant toute la deuxième guerre mondiale l'Entraide Aviation,association créée en 1939 pour aider et soutenir les mobilisés de l'armée de l'air et leurs familles.
En mai 1945,pour faire face aux demandes de transport de passagers et de frêt,l'armée de l'air crée son propre groupement de transport,appelé Groupement des Moyens Militaires de Transport Aérien (GMMTA),chargé de l'évacuation vers la France de 16.000 prisonniers,10.000 déportés et 3.500 jeunes du STO.L'armée de l'air n'ayant pas suffisamment de personnel spécialisé fait appel aux IPSA de la Croix-Rouge.
De mai à décembre 1945,32 jeunes femmes,toutes volontaires et bénévoles,assurent,à bord des marauders,dakotas et junkers,tous sans confort et sans commodités,avec une chaleur étouffante,des turbulances folles,l'assistance médicale des rapatriés dont la plupart sont dans un état physique proche du délabrement.En octobre de la même année,le Ministre des Colonies fait appel aux IPSA de la Croix-Rouge pour assurer le rapatriement et le convoyage des fonctionnaires et leurs familles,bloqués la guerre durant en AOF,en AEF et à Madagascar et pour assurer les relèves.
Le 1er novembre 1945,le colonel Alias,commandant le GMMTA, obtient du général Valin la création d'une équipe professionnelle d'infirmières de l'air.Dans cette équipe de jeunes filles,dont beaucoup sont de famillis aisées,on compte Michaëla de Clermont-Tonnerre,Valérie de la Renaudie,Geneviève Roure,Marie-Thérèse Palu et Margueurite de Guyencourt.L'une d'elles,Berthe Finat,a déjà payé de sa vie le tribut au courage et au dévouement,le 27 septembre ,dans un JU52,au sud d'Agadir,dirigeant les secours avant de s'éteindre en cours d'évacuation.

Le 1er avril 1946,la situation se clarifie un peu avec la prise en charge par le Ministère de l'Air des frais de déplacement ,sans autre rétribution,des convoyeuses qu'il emploie à  titre de personnel civil  et par la création d'un concours ouvert aux assistantes de bord,aux assistantes sociales et aux infirmières de l'air.Les convoyeuses de l'air,nom qu'elles mettront du temps à accepter,sont nées et elles sont au nombre de 35.Marie-Thérèse Palu en prend le commandement pour un mois,devenant ainsi,selon le jargon adopté,la première"reine mère".Elle céde la place en mai à Marguerite de Guyencourt qui sera reine mère jusqu'en 1961.

L'Indochine.
La guerre d'Indochine succède immédiatement au conflit mondial et dès janvier 1947,six" miss",comme on les appelle affectueusement,forment un détachement pour Saïgon.Elles seront trente trois en 1954;C'est en Indochine que naît le concept des évacuations sanitaires(EVASAN) auxquelles elles participent activement.Le 1er juillet 1952,les convoyeusent obtiennent le statut de personnel féminin de l'armée de l'air,sans pour autant pouvoir porter de grade.Durant cette guerre,de That-Ke à Dien-Bien-Phu,en passant par Cao Bang,Hoa Bin et autres lieux de détresse,les miss participent à l'évacuation de 46.700 blessés,dont 23.000 pour la seule année 1954.Cette année,marquée par la période de Dien-Bien-Phu,a été si intense qu'elle mérite qu'on s'y attarde.

Thérèse de Lioncourt,qui fut convoyeuse de 1947 à 1965,reine mère de 1963 à 1965,avant d'embrasser une carrière diplomatique,a raconté:
"Le dakota descendait dans la cuvette de Dien-Bien-Phu et se posait tout feu éteint sur 800 mètres.Dans le noir on chargeait les blessés.On les tirait,plutôt,avant de les jetter dans l'appareil.Le temps était compté,moins de deux minutes.Les viets tiraient .Le pilote ne coupait pas les moteurs,gardait l'oeil sur sa montre,prêt à actionner la sonnerie prévenant qu'il fallait décoller.Le dak repartait en effectuant une serie de spirales.L'opération prenait dix bonnes minutes.Une fois pris le cap,le pilote rallumait la lumière".

Dans la cuvette la situation se dégrade de jour en jour.Dès le 18 mars,les atterissages de jour deviennent trop dangereux,car les tirs des viets sont tyrop violents.Comme il reste environ 400 blessés à évacuer,le lieutenant-colonel Descaves,commandant de la base de Gia Lam,met au point les posés de nuit.Dans la nuit du 19 mars,six dakotas peuvent ainsi évacuer plus de cent blessés."Chaque avion doit charger 19 blessés:6 couchés et 13 assis.D'un côté de l'avion on a laissé les siège pour les blessés assis.Les six brancards seront placés à même le sol pour ne pas perdre une seconde et hissés à leur place lorsque l'avion aura atteint sa ligne de vol."
"Geneviève de Galard",que le monde entier va appeler"l'ange de Dien-Bien-Phu",se trouve bloquée dans la cuvette le 28 mars,le dakota de secour médical ayant eu à l'atterissage le réservoir d'huile creuvé par un piquet de barbellés.Elle se met aussitôt à la disposition du docteur Grauwin qui écrivit par la suite:
"Je me rendis compte qu'elle pouvait entrer dans la grande lignée des filles merveilleuses qui se sont succédées en Indochine depuis huit ans".
Le colonel Langlais obteint par radio de l'Etat-Major de lui remettre la Croix de Guerre des TOE et la Légion d'Honneur.Au soir de Camerone,le 30 avril,les légionnaires de la 13èmeDBLE la nomment légionnaire de première classe d'honneur.Prisonnière avec ses camarades d'infortune le 7 mai,elle est libérée le 24.Ramenée à Hanoï en tenue para,elle est rapatriée en France quatre jours plus tard après avoir effectué en Indochine 149 missions d'évacuation sanitaire,dont 40 à Dien-Bien-Phu.En juin 1954,elle se voit

DLP 168-1999-Dattribuer la Médaille de l'Aéronautique.Elle retournera en 1955 dans le sud indochinois pour une période de trois mois.Au cours de ce conflit indochinois,de nouvelles convoyeuses ont été recrutées,mais le concours est dorénavant réservé aux infirmières diplômées d'Etat.Deux convoyeuses,Michaëla de Clermont-Tonnerre et Christiane de Contenson,qui se sont illustrées à Ngia-Lo en 1951,ont été,fait exceptionnel pour des convoyeuses,décorées sur le front des troupes.Monique Gilles,elle,fut décorée par le général De Lattre en personne.Plusieurs d'entre elles furent blessées,mais Lucienne Just à Dallat,le 13 juin 1947,Béatrix de l'Epine  à Pnom Penh,le 2 novembre 1948 et Gisèle Pons à Saïgon,le 2 août 1951 y laissèrent la vie.Dans d'autres circonstance et en d'autres lieux,mais à la même époque disparaissaient Cécile Idrac à bord d'un halifax,à Pointe-Noire,le 19 septembre 1949 et Geneviève Roure,le 12 juillet 1951 dans un DC2 à Gao.

De la guerre d'Algérie à la guerre du Golf.
En Algérie,au nombre de huit,puis de neuf,les miss participeront à l'évacuation des blessés entre 1956 et 1964 y perdant Jaïc Domergue à Arba,le 29 novembre 1957 et Chantal Jourdy à Tizi-Ouzou,le 8 décembre 1959,toutes deux à bord d'hélicos H34.Dans les années 60,elles participent aussi aux secours portés aux victimes des catastrophes naturelles,tremblement de terre d'Agadir(1960),de Sicile (1968),inondations en Tunisie(1969).La fin de la guerre d'Algérie sonne la mise en sommeil  de leur rôle de soignante.
Le COTAM qui remplace le GMMTA leur fait assurer la fonction de personnel de cabine à bord des DC6 et DC8.
Dans les années 70,certaines sont détachées au Tchad,à Hao,à Mururoa,en Polynésie.Elles assurent le transport des passagers vers la Réunion,les Antilles et la Polynésie.Dès le 13 juillet 1972 les convoyeuses peuvent porter les grades et appellations de la hierarchie générale.Marie-Thérèse Palu avait écrit:
"C'est nous qui avons décrété que nous serions veuves,célibataires ou divorcées et sans charge familliale parce que nous avons compris que pour créer notre service et lui permettre de durer ,nous devions nous y consacrer entièrement".Cette règle ne sera levée qu'en 1972 également,même s'il est fortement conseillé de la respecter.Dès 1973,le port des galons leur est autorisé;la hiérarchie étant cependant limitée au grade de commandant.Les convoyeuse participent aux opérations TACAUD,MANTA,EPERVIER.Elles sont à Kolwezi en 1978.Elles participent aux opérations en Mauritanie et au Ténéré lors de l'attentat du DC10 d'UTA,en 1989.
DLP-168-1999-E.jpgLe 17 août 1977 est une date importante pour elles,un arrêté leur permet d'opter pour le statut d'officier de réserve  en situation d'activité(ORSA) et de faire une carrière courte de quinze ans.Les premières ORSA arrivent en 1981 au sein de la Division des Convoyeuses de l'Air.
Avec la guerre du Golf et la multiplication des missions humanitaires de l'ONU(Bosnie,Cambodge,Rwanda),elles sont,depuis 1990,revenues aux origines du métier dont la mission principale est de chercher les blessés et les ramener.

Actuellement.
Une jeune fille infirmière diplômée d'Etat qui désire entrer dans l'Ordre des Convoyeuses de l'Air doit présenter un concours d'entrée,puis suivre une formatuion militaire de dix semaines à Salon de Provence,dont trois semaines en formation militaire initiale et sept en formation militaire officier.Elle suivra ensuite des stages sur chaque appareil de la Française de Projection pour recevoir une formation de sécutité cabine afin d'assurer toute évacuation en cas de problème et une formation d'action sanitaire de ces appareils.Elle suivra à Toulouse un stage au Centre d'Instruction des Avions de Transport pour avoir des bases d'aéronautique,un stage de perfectionnement chez les grands brûlés,un stage d'urgence à la Brigade des Pompiers de Paris,un stage de pédiatrie car elle pourra être appelée à convoyer des familles avec enfants.Si elle a des notes supérieures à 12,elle sera brevetée convoyeuse de l'air.Elle doit savoir que les convoyeuses forment un corps très spécialisé dont le symbolisme est représenté par la Croix de Malte,en référence à l'ordre militaire qui se dévouait aux blessés,posée sur deux ailes qui la portent,dominée par l'étoile qui guide et entourée par une couronne de lauriers.


                                   

                                                    Capture03-copie-2 

Leur rôle,en fonction du degrè de la pathologie des évacués,va du conseil pour le chargement de l'avion et la répartition des cas pour le vol,aux soins prodigués durant le convoyage.Elles sont d'alerte 365 jours par an .Chaque convoyeuse est à tour de rôle d'alerte sanitaire pour 24 heures.Aux heure ouvrables,elle est en combinaison de vol,prête à partir.La nuit ou le week-end elle est d'alerte à trois heures chez elle,bip en poche.Si elle décole,une autre est immédiatement désignée pour la relever.
Tous les ans,pour renouveler leurs qualifications,elles font deux stages,l'un chez les piompiers deParis et l'autre en réanimation.Elles totalisent environ 8000 heures de vol par an,convoyant des blessés,des malades,des colonies de vacance,des groupes handisport,de téléthon et jusqu'au Président de la République.En 1995,elles ont réalisé 520 évacuations sanitaires,dont 155 pour la FORPRONU.En 1996,année de leur cinquantième anniversaire,564 évacués dont 267 en ex-Yougoslavie.En 1997,369 évasans au Tchad et en ex-Yougoslavie.La dernière opération ,en juin 1997,a été l'évacuation des ressortissants français à Brazzaville.En 1998,elles sont au nombre de 19,plus trois élèves.La nouvelle restructuration de l'armée ne semble pas les toucher ;leur rôle devrait rester inchangé à l'avenir.

Chef de Division depuis 1997,le commandant Brigitte Membrive,entrée chez les convoyeuses en 1981,est la plus jeune reine mère de leur histoire,car auparavant il fallait faire une longue carrière de convoyeuse avant d'accéder à ce titre.
Après avoir fait quatre mois d'Etat-Major au Bureau Transport par Voie Maritime Aérienne et Sol,des éjours au Tchad,à Mururoa,en Polynésie,à Papetee,au Cambodge,des missions au Liban,elle effectua huit mois aux opérations aériennes à Zagreb où il lui fallut s'imposer et faire ses preuves.
Sa fonction de dirigeante ne l'empêche pas,en plus de son travail administratif,de partir régulièrement en mission.Elle totalise actuellement le plus grans nombre d'heures de vol de nuit.Depuis sa prise de fonction,elle cherche à recontacter les anciennes pour renouer avec le passé et retracer l'historique précis du corps.
Son souvenir le plus marquant:
"C'était au Cambodge,je convoyais un blessé qui avait pris une rafale au niveau de l'abdomen.Nous n'avons hélas pas pu le sauver.Il avait pris ma main en vol et il est mort en la tenant.C'était une extraordinaire relation avec la vie,avec la mère;la femme symbolisant la vie".

Jean-Claude SANCHEZ.

 

Un petit plus.

 

Madame Geneviève de Galard:Paris,Saint Michel 2008.

07.jpg

 

2003 en Lorraine(voir l'historique de la section sous la présidence de Philippe Weber).

Copie-de-l-ange-de-Dien-bien-Phu-dans-la-section.jpg

 

Lors de la dernière Assemblée Générale de Aubagne.

2010--Congres-UNP-de-Aubagne. 0209

 

2010--Congres-UNP-de-Aubagne. 0215

 

2010--Congres-UNP-de-Aubagne. 0226

 


 

Si vous avez des informations à communiquer sur ce sujet,vous pouvez nous les faire parvenir pour les faire connaître.

Repost 0
Published by union nationale des parachutistes de thionville - dans Nos Unités.
commenter cet article
22 décembre 2009 2 22 /12 /décembre /2009 11:35

Cet article n'a aucune prétention,quelques explications et images d'une époque ou les appareils photo se faisaient rares.


A leur retour d'Algerie,la plus grande partie des régiments parachutistes de la 11emeDLI se sont installés dans l'Est de la France entre 1961 et 1962,pour ensuite descendre dans le sud.Peu de souvenirs de cette époque,quelques photos tout de même,alors sortons les des tiroirs poussiereux.


Le 30 avril 1961 les 10eme et 25 eme DP sont dissoutes en Algerie et donnent naissance à la 11emeDLI(1/5/1961à 1/12/1963).Regroupant toutes les unité parachutistes non dissoutes et la 9eme Brigade d'Infanterie de Marine,elle rentre en France et son PC s'installe à Nancy.

Le 1er RCP quitte l'Algérie en juillet 1961 et prend quartier à Moulin-les-Metz.
La 61emeCT ou CPT quitte Philippeville et s'installe à Nancy.
La 61emeCQG de retour d'Algérie s'installe à Nancy
Le 2emeRPIMa rentre en France en juin 1962 et s'installe à Saint-Avold pour y être dissous en juillet.
Le 6emeRPIMa rentre en France en juillet 1961et s'installe à Verdun caserne Miribelle.
Le 13emeRDP rentre en France et s'installe à Castres, puis à  Dieuze en juillet 1963
Le 1erRHP rentre en France en juillet 1961 et s'installe à Sedan.
Le 35emeRAP(RALP) rentre en France en 1961 une de ses unité s'intalle à Verdun,presque en face du 6emeRPIMa.
Le 8emeRPIMa rentre en France en juillet 1961 et prend quartier à Nancy.

Le GLA1(1erGroupe de Livraison par Air) était installé à Montigny les Metz au quartier Raffenel.

                                                              *****************************************

le 6emeRPIMa à Verdun (juillet 1961 à décembre 1962) en juillet le régiment débarque avec ses mascottes,trois sangliers.

les photos qui suivent sont offertes par Michel Deloffre,section UNP Thionville,ce sont des photos régimentaires et personnelles sur la vie de la CP (Compagnie Portée), du 6RPIMa au cours de l'année 1962.
CP9.jpg
Printemps 1962,premier rang en bas, au centre capitaine Duraud, le 5eme en partant de la droite S/C ou adjudant Lubian(adj de Cie),le second en partant de la gauche S/C Delfrat.
Second rang en partant du haut à gauche Deloffre Michel UNP Thionville.
CP1
CP3
peut être lors de la Saint-Michel

CP5
un copain jamais revu,Pierre Desmis.

Manoeuvres dans le secteur Verdun Mourmelon.
CP4
CP7
CP6
S/C Delfrat à l'avant M Deloffre à l'arrière.

Manoeuvre secteur Hagueneau avec le 8emeRPIMa.
CP2
Debout à gauche Michel Deloffre UNP Thionville.

En 1962 le commandement de la 11emeDLI décide de créer au fort de Charlemeont de Givet dans les Ardennes un centre école commando.Dès 1962 le centre est en activité et reçoit les éléments de la division.Le 1/1/1963 l'école devient le premier centre d'entrainement commando de France avec pour devise"Croire et Vaincre".

photos régimentaires et persos de la CP au fort de Charlemont.mois de juillet/août.
CP10
A la barre au centre Daniel Lefort UNP Nancy,à gauche devant Michel Deloffre UNP Thionville,derrière lui Gérard Lapersonne,à droite devant Pierre Desmis.
CP11
CP12
CP13
CP14
CP15
CP16
CP17
CP18
CP19
CP20

Vers l'automne 1962 le capitaine Duraud a passé le commandement de la CP au capitaine De Tonquédec.


Si vous possédez des infos ou photos de vos régiments sur cette période vous pouvez nous contacterpour diffusion.



Repost 0
Published by union nationale des parachutistes de thionville - dans Nos Unités.
commenter cet article
16 décembre 2009 3 16 /12 /décembre /2009 15:59
La Lorraine est concernée par les Unités de Livraison par Air-un retour en arrière.
Si vous possédez des informations sérieuses voir des photos vous pouvez nous contacter en cliquant en haut et à droite de la première page du blog sur "Contact"


1947-création de la 1ere Compagnie de Ravitaillement par Air.(CRA1).Stationnée à Offenbourg.
1953-La CRA1 devient 1ere Compagnie de Livraison par Air(CLA1)
       -la CLA1 forme le personnel envoyé en Indochine au sein des CRA3 ainsi que les CRA4,5 et 6 qui auront une vie éphémère.
                   -
-Indochine.
CRA3
-la CRA-TFIN le 16 octobre 1948.
-dissoute en janvier 1949 elle est remplacée par la CRA-BAPN;
-dissoute en décembre 1950 elle est remplacée la CERA.
-dissoute en août 1951 elle est remplacée par la CRA.
-dissoute en novembre 1953 elle devient la 3emeCRA.
-dissoute en juin 1954 elle devient la 3emeCLA.La 3emeCLA quitte l'Indochine en septembre 1955,débarque à Alger le 23 octobre.Elle est dissoute le 1er décembre.

CRA4-créée le 1/10/1953 à Tourane,est rattachée à la Base Aéroportée Sud.(BAPS).En juin 1954 elle devient la 4CLA,pour être dissoute en janvier 1955.
Une Compagnie de Livraison par Air est recréée à Thiès(AOF)en octobre 1957 ,la 4eCLA/AOF, Base Aéroportée 161,rattachée administrativement au 10eRIOM ensuite au 7eRPC elle ravitaille les unités en manoeuvre et opération comme le 7eRPC qui opère en Mauritanie et Casamance.Après avoir pris l'appellation 4e Compagnie de Livraison par Air d'Outre-Mer en décembre 1958,puis 4eCompagnie de Livraison par Air des Troupes de Marine le 1e juillet 1961,la compagnie est dissoute le 31 décembre 1964.

CRA5-Compagnie de Ravitaillement par Air créée le 1/1/1954,au Tonkin,à Cat-Bi près d'Haïphong.Cette compagnie a participé au ravitaillement par air de Diên Biên Phû,en juillet de la même année elle devient 5eCLA,qui est dissoute le 16 janvier 1955,une partie de ses effectifs reforment la 3eCLA.

6eCRA-créée  le 1/2/1954,rattachée à la Base Aéroportée Sud(BAPS) la compagnie participe aussi au ravitaillement par air de Diên Biên Phû.La compagnie est dissoute le 30 juin 1954.

Algérie.
-la 3eme CLA est reconstituée en juillet à Blida.
-dissoute en novembre 1960 l'unité devient 3emeGLA en le 1er décembre.

-La 2emeCRA est créée en août 1948,mise sur pied elle stationne à Hussein-Dey.
-en octobre 1953 elle devient la 2emeCLA.(articulée en diverses unités).
-en novembre 1960 la 2ele CLA devient 2emeGLA avec sa base centrale à Blida.
-en avril 1963 le 2emeGLA est dissous.Ses effectifs entrent dans la composition du détachement aéroporté d'Algérie.



1960-la CLA1 devient le 1erGLA(Groupe de Livraison par Air) qui stationne à Montigny-les-Metz au quartier Raffenel.

Un peu d'explications.

Les unités de Livraison par Air ont vu le jour au lendemain de le seconde guerre mondiale

La 1ere Compagnie de Ravitaillement par Air(la CRA1)-la décision de créer une Compagnie de Ravitaillement par Air au sein de la Base d'opération 901 des Forces Française en Allemagne date de 1946.Par décision ministérielle ,la 1ere Compagnie du Groupe de Transport 504 devient dés le 1juillet 1947 la 1erer CRA du Groupe de Transport 504 basé à Offenbourg.Les premiers sauts sont effectués à Strasbourg-Entzeim a partir de deux JU 52.Ses effectifs sont alors de 121 hommes,et l'unité est constituée,d'une section de commandement,une section de pliage de parachutes,une section d'emballage,une section de ravitaillement par air.

A compter de décembre 1947 et après dissolution du Groupe de Transport 504,la 1ereCRA devient une unité formant corps,sans cesser d'appartenir à son arme d'origine,le Train.La 1CRA est alors chargée du conditionnement,du chargement dans l'avion,du largage du matériel et approvisionnements divers à acheminer par voies aériennes.Les personnels sont initiés au ravitaillement par air par la 55th.Quarter Master Aerial Supply Compagny,ils utilisent des avions américains(Fairchild Packett,Dakota C47,et aussi le Junker 52 français.)

Durant l'été 1948 la 1CRA participe au pont aérien de Berlin,en septembre 1953,l'opération Vittless,après que les Américains aient mis à leur disposition 12 Dakotas C47.

L'unité change de dénomination pour devenir la 1ere Compagnie de Livraison par Air(CLA1).en septembre 1953.

La 1ere Compagnie de Livraison par Air(CLA1). Dès de 1953 la 1ereCLA forme de nombreux personnels envoyés en Indochine au sein des CRA3,4,5 et 6.Durant toutes les opérations d'Algérie la compagnie est un centre d'instruction pour les personnels de la CLA2 et de la CLA3,qui opèrent en Afrique du Nord.

La 1CLA était ainsi articulée.-effectifs 172 hommes,un état-major,un peloton d'arrimage-largage,un peloton brélage-manipulation,un peloton de pliage des parachutes.

Du 14/8/1956 au 23/1/1957 la 1ereCLA participe à l'opération "Amilcar".Pendant 6 mois,aérotransportée à Chypre elle constitue la base aéroportée des unités qui doivent sauter sur l'Egypte.Elle largue les matériels lourds,jeeps,canons,mortiers et munitions,et le ravitaillement.

En 1958,l'unité est articulée en -un échelon de commandement,deux pelotons de livraison par air,un peloton de pliage parachutes,un peloton auto.En 1959 un détachement participe à l'expédition glacio-logique international du Gröenland.

Le 1ere CLA devient en novembre 1960 le 1er Groupe de Livraison par Air.(1erGLA).Il stationne à partir de juillet 1960 à Montigny-les-Metz au quartier Raffenel.ses effectifs sont de 320 hommes.Un état-major,une compagnie technique et de Services,une compagnie de largage,une compagnie d'instruction.

Aprés 1968,le GLA ,Unite de Réserve Générale duTrain Aéroporté a pour mission  de ravitailler par air les forces du théâtre centre-Europe.Il est chargé de,l'instruction technique,l'entretien, pliage, des fournitures de parachutes pour le 13eme Dragons Parachutistes.Il a en charge aussi la Préparation parachutiste en 6eme Région Militaire,de la formation de l'Aviation Légère de l'Armée de Terre des 2eme et 6eme Régions Militaires.

En 1972,la Base Operationelle 901 devient le 1er Commandement Logistique Opérationnel auquel reste subordonné le 1erGLA.En juillet 1975 les Compagnies deviennent Escadrons.
RLA
30 juin 1981 l'unité est dissoute et devient Régiment de Livraison par Air le 1e juillet.
En juillet 1982,l'étendard du RLA décoré de la Croix de guerre des TOE avec trois citations à l'ordre du Corps d'Armée,est remis au lieutenant colonel Boisel,le chef de corps.Le régiment garde la même structure que le 1e GLA jusqu'en juin 1985
Articulation à compter de avril 1985.
-un Escadron de Commandement et de Service qui devient ECL le 1/1/1994.
-un Escadron de Soutien de Livraison par Air qui devient le 28/12/1993 le 3e Escadron de Livraison par Air.
-un 1e Escadron de Livraison par Air.
-un 2e Escadron de Livraison par Air(groupement d'instruction)
-le 47e Escadron de Quartier Général .
-un Centre de Transit des Personnels et Matérielsn°1 à Strasbourg.

30 juin 1994 le Centre de Transit des Personnels et Matériels n°2 implanté à Metz est dissous et le 1e juillet le Centre de Transit de Personnels et Matériels n°1 de Strasbourg est rattaché à la Brigade d'Alsace.(ces deux unités étaient rattachées au RLA depuis le 1er juillet 1985.

Le Régiment assurait quatre types de missions:
-ravitaillement par aérolargage et aéroportage
-le soutien d'opérations aéroportées
-le renforcement d'escales aériennes
-le transit air sur une base interarmées de théâtre ou sur terrains secondaires.

Le RLA a été fortement représenté depuis les années 90 sur tous les théâtres d'opération.Opérations Oryx et Turquoise en Afrique,il a assuré régulièrement les transits aériens au Tchad,Centre-afrique,Gabon,dès le début de la crise yougoslave les RLA était présent en ex Yougoslavie sur les plates-formes de Mostar,Dubrovnik,Sarajevo.Le RLA a envoyé ses détachements dans le cadre de l'ONU au Liban,au Cambodge,en Somalis,en ex Yougoslavie tout en assurant tout au long de l'année des largages de matériels  et de produits au profit des unités qui en faisaient la demande.

Le 30 juin 1997 le RLA est dissous.

et  juillet de la même année voit la création d'une nouvelle unité de livraison par air à Toulouse à partir du RLA et de la BOMAP qui marque une nouvelle étape dans l'histoire de la livraison par air,cette nouvelle unité constitue alors le descendant unique de toutes les formations de livraison par air qui ont éxisté depuis la seconde guerre mondiale.



La 2eme Compagnie de Ravitaillement par Air.(Algérie)
Créée en août 1948,elle n'est mise sur pieds qu'en 1949,stationnée à Hussein-Dey dans la caserne Lemercier occupée par le 19emeRG,appartenant aux forces permanentes d'Afrique du Nord,la compagnie est chargée du conditionnement,du chargement dans les avions,du largage du matériel et des approvisionnements à acheminer par voie aérienne au profit des forces stationnées en Afrique du Nord.En 1949 la Cie participe aux manoeuvres de Tunisie,en mars 1950 elle s'installe à Sétif au quartier Champanet.En 1952 un détachement aéroporté est créé en Tunisie comprenant une équipe de largage et de pliage.
En octobre 1953 la 2eme CRA devient 2eme CLA.et comprend alors 4 détachements de livraison par air(DLA),et 2 antennes de récupération de parachutes.En 1954 ses DLA sont dispersées,le DLA1 est à Bône puis à Tunis,deux autres sont mises à la disposition de la Division de Constantine en soutien logistique des unités engagées sur le terrain.On retrouve aussi les DLA à Meknes,Marrakech,Philippeville.
En 1956 le DLA1 est à Télergma dans le Constantinois,le DLA2 Meknès et Marrakech au Maroc,le DLA3 à Alger puis à Blida,le DLA4 à El-Aouina en Tunisie.Les détachement d'entretien et de récupération de parachutes installés à Tébessa et Biskra.
Mi 1956 la Cie s'installe à Blida.En octobre un DLA est mis en place à Colomb-Béchar et le DLA2 quitte l'unité.Dés janvier 1957 la Cie constitue des éléments de combat qui interviennent dans l'Atlas Blidéen
Articulation de l'unité en avril 1957-1 peloton de livraison par air à Blida(PLA),3 DLA ,(Télérgma,Oran,Colom-Béchar)En mai 1958 s'ajoute une nouvelle section d'entretien et de pliage de parachutes et le PLA du Maroc rattaché à la Cie rejoint le DLA de Colom Béchar.

Novembre 1960 la 2eme CLA devient le 2emeGLA.il se compose d'un état-major,d'une compagnie technique et des services,d'une compagnie de largage,sa base centrale est à Blida,trois des DLA à  Telergma,Oran,Colomb-Béchar.Après plusieurs changement intervenus dans son articulation,le Groupe est dissous en avril 1963 et ses effectifs entrent dans la composition du détachement aéroporté d'Algérie,unité de Reserve Générale stationnée au camp Michel Legrand à Blida.


Les Unités d'Indochine.(suite)
Les formations de ravitaillement par air créées en Indochine reçoivent pour mission-
-de réaliser le stockage l'entretien et la gestion des matériels  de largages
-de stocker gérer conditionner les matériels susceptibles d'être larguées pour les unités opérationnelles.
-assurer le ravitaillement des postes isolés

La CRA-TFIN. ou Compagnie de Ravitaillement par Air des troupes françaises d'Indochine de Nord.l'unité est créée le 16 octobre 1948 et trouve son origine dans le peloton de ravitaillement par air de la Compagnie de Commandement de Base et des Services du II/1erRCP.La CRA s'installe sur le terrain d'aviation de Bach-Mai dans les locaux occupés précédemment par le Service Technique des Unités Parachutistes et la Section de Parachutage d'Indochine du Nord(STUP et SPI).
L'unité est composée de,1 section de commandement,1 section d'entretien et de pliage de parachutes à matériels(la SEPPM),1section de reception et emballage(la SRE),1 section de largage,elle travaille avec les groupes de transport aérien "Béarn et Franche-Comté(JU52)"basées à Hanoï-Bach-Mai ensuite le groupe Anjou avec ses Dakotas basés à Saïgon.
A partir de fin 1948,la Cie participe aux opérations "Ondine"(II/1RCP et 3eme Cie 1/1RCP),"Pégasse"(1/1RCP),l'unité totalise 235 sorties de JU52 et largue plus de 210 tonnes de vivres et munitions.Du 16 octobre 1948 au 31 janvier 1949 l'unité a aété classée unité combattante

La CRA-BAPN.
La CRA-TFIN est dissoute, le 31 janvier 1949  et la CRA-BAPN est créée,unité formant corps avec l'administration autonome,elle est rattachée à la Base Aéroportée Nord le 1/4/1950. Durant l'année 1949,plus de 10.000 tonnes de matériels divers ainsi que des munitions sont larguées ou posées.La CRA assure le ravitaillement des postes encerclés par l'ennemi de Phulo et Nghia-Lo.Six appareils sont touchés et la 1ere citation collective à l'ordre du Corps d'Armée est attribuée à la CRA le 3/11/1950.La CRA-BAPN est classée unité combattante du 1/2/1949 au 31/12/1950.

La CERA.-Compagnie Etrangére de Ravitaillement par Air.
La CRA-BAPN est dissoute le 31/12/1950 et devient la Compagnie Etrangère de Ravitaillement par Air (CERA,.mise sur pied le 1er janvier 1951 elle est composée d'une partie de personnel de la Légion,de personnels du Train et d'autochtones.(141 légionnaires sur 253).Son existence n'est que de huit mois,et la CREA qui s'est montrée digne de ses ainés reçoit une lettre de félicitations et de remerciement des chefs de bataillon commandant les bataillons Thaï 1 et 3.La CERA est classée unité combattante du 1er janvier au 31 août 1951 date à laquelle elle est dissoute pour former la Compagnie de Ravitaillement par Air(CRA) le 1er septembre 1951.

La CRA.-Compagnie de Ravitaillement par Air.
La Cie est créée suite à une décision d'encadrer l'unité par des personnels français,structure et effectifs globaux ne sont pas modifiés,les personnels de la Légion rejoignent leurs unités d'origine.
Parmi ses interventions on note
-grâce à une puissante intervention aérienne,la ville de Nghia-Lo est sauvée lors de l'offensive  menée du 30/9/1951 au 8/10/1951 pour couper les communications vers le pays Thaï.
-début 1952,Giap conduit l'offensive en pays Thaï pour tourner le verrou tonkinois et étendre la partie de la guerre à toute la péninsule,suite à la coupure de la route d'Hoa-Binh,les garnisons isolées sont ravitaillées par parachutage(2500 tonnes) malgrés la DCA ennemie et les conditions météorologiques défavorables.

Le 30/9/1953 le général commandant en chef en Indochine accorde une seconde citation collective à l'ordre du Corps d'Armée à la CRA.

1953-la CRA intervient en soutien de la bataille du camp retranché de NaSan et à Samneua au Laos.Elle intervient lors de situations gravement compromises comme pendant l'offensive viet-minh sur le Laos au printemps.La CRA est dissoute le 20 novembre 1953.

3emeCRA-3eme Compagnie de Ravitaillement par Air.
Créée le 30/9/1953 l'unité se compose de,un peloton de commandement,d'un nombre variable de pelotons d'arrimeurs-largueurs,d'un peloton technique comportant un bureau "Opérations",une section chargée de la gestion et de l'entretien de tous les matériels et d'un peloton de pliage et d'entretien des parachutes à matériels.
En novembre 1953 la CRA assure le ravitaillement par air de Dien Bien Phu,opération"Castor",soixante-dix C47 participent à l'opération du 20 au 22 novembre,4500 parachutistes et 200 tonnes de matériel sont largués en 750 heures de vol.Le 25 au soir un premier C47 se pose sur la nouvelle piste aménagée par le Génie.Au rythme de 165 tonnes par jour,le ravitaillement de Dien Bien Phu se poursuit,avec l'aide de moyens civils(DC3,DC4,C46,Bristol170).Les Viet-minh progressent de leur côté et le 21 janvier 1954 des avions sont touchés par leur DCA.A compter du 13 mars,la piste trop exposée est pratiquement inutilisable.
Malgrés la réaction vietminh,Dien Bien Phu a reçu plus de 21.000 tonnes de ravitaillement par voie aérienne entre le 20 novembre 1953 et le 7 mai 1954.
Le 15 mai 1954 une troisième citation collective à l'ordre du Corps d'Armée est accordée à la 3emeCRA.L'unité est classée "unité combattante"du 30/9/1953 au 30/6/1954,elle est dissoute le 30/6/1954,pour devenir la 3emeCLA.

La 3emeCLA d'Indochine.
Mise sur pied le 1/7/1954 a partir des effectifs de la 3CRA elle forme corps et relève du commandant des troupes aéroportées d'Indochine.L'unité assure l'évacuation de 176.000 réfugiés du Nord-Vietnam vers le Sud,du 24 juillet 1954 au 31 janvier 1955 et reçoit une ultime récompense en témoignage de satisfaction à l'ordre du Corps d'Armée.Elle est classée "unité combattante"depuis sa création,est dissoute le 31 janvier 1955,recréée le 16 février de la même année,lors du retrait des troupes du Tonkin,la 3CLA est transférée à Saïgon,elle quitte l'Indochine le 28 septembre 1955 pour débarquer à Alger le 23 octobre,ou elle est dissoute le 1er décembre.

La 3eme CLA d'Algérie.
Reconstituée le 1 juillet 1957 à Blida,la 3emeCLA appartient à la 10eme RM et est rattachée à l'antenne de commandement des troupes aéroportées à Alger et constitue l'élément de ravitaillement par air entrant dans la composition d'une force d'intervention.L'unité est constituée de cinq pelotons,1 de commandement,2 de livraison par air,1 de pliage,1 d'auto-manutention.Sa mission est de soutenir par voie aérienne la force d'intervention et de participer à l'effort commun de pacification en Algérie en fournissant,comme la 2emeCLA des sections de combat pour la sécurité de l'agglomération blidéenne.L'unité est dissoute le 30 novembre 1960,elle devient le 3emeGLA.
Le 3e GLA est rapatrié et s'installe à Toulouse dès mars 1963,pour y être dissous le 31 décembre 1964.



La BOMAP.(base opérationnelle mobile aéroportée).

Par décision ministérielle,la BOMAP est créée le 1er octobre 1963,unité toutes Armes formant corps,elle entre dans le cadre de la 11eDI(1/12/1963-1/4/1971)
La BOMAP dispose pour emploi d'effectifs du détachement léger de la Base Aéroportée de la 11eDLI(dissoute le 1/12/1963),d'effectifs en surnombre du 9eRCP et autres effectifs complémentaires.
son effectif est alors de 190 hommes dont:
-un état-major
-une compagnie administrative(avec un centre d'entrainement au saut et les services communs du corps)
-deux sections de pliage des parachutes personnel et matériel,ces deux sections constituées à partir des effectifs du détachement de la BA de la 11eDLI.

Avec l'intégration le 1/5/1964 du Détachement Aéroporté d'Algerie dissous le 30 avril 1964,la BOMAP est restructurée:
-un état-major
-une compagnie des services -une compagnie technique.

Le 1/1/1965 une Compagnie de Livraison par Air est intégrée à la BOMAP,celle-ci est mise sur pied par regroupement en son sein des pelotons Auto,Pliage,et Arrimage- Largage de la Compagnie Technique et des Services et de la Compagnie Largage de l'ex 3eGLA (fusion de la BOMAP avec le 3eGLA).La BOMAP comprend alors:
-la Compagnie des Services(dont l'E.M.)
-la Compagnie Technique
-la Compagnie de Livraison par Air qui devient ensuite par changement d'appellation l'Escadron de Livraison par Air.
-un peloton de commandement et des services)
-un peloton Auto Manutention.
-un peloton Pliage et Entretien.
-deux pelotons d'arrimeurs-largueurs.

Lors de la création de la BOMAP il n'existait aucune infrastructure pour l'accueillir  et les personnels étaient logés à la caserne Niel la zone d'activité étant à Francazal.Ce n'est qu'en 1966 que les premiers hangards sont construits.(pour le centre de pliage et d'entretien  des parachutes,l'Escadron de Livraison par Air,le hangar de stockage des matériels)
Les travaux pour les casernements de la BOMAP ont commencé en mars 1978.

Juillet 1997- dissolution de l'Escadron de Livraison par Air(ELA) et création des 1er et 2e ELA,le Peloton de Pliage et Entretien est rattaché à la Compagnie Technique avec appellation SPE(section de pliage et d'entretien) qui assure les missions de pliage et entretien au profit des deux ELA.


1eRTP

1999,le 1eRTP est créé par fusion de la BOMAP déja sur la base de Francazal et du Régiment de Livraison par Air(RLA) de Montigny-les-Metz,fusion qui a aussi absorbé de nombreux éléments et services du 14eRPCS****(Régiment Parachutiste de Commandement et de Soutien).voir détail de l'unité plus bas.****

Régiment spécialisé dépendant de la 11e Brigade Parachutiste,il perpétue les traditions des Unités de Livraison par Air,articulé en plusieurs Bases d'Opérations Aéroportées(BOAP)

Organisation en 1999-six unités élémentaires.
-L'Escadron de Commandement  et de Logistique.
-La Compagnie Technique.
-Deux Escadrons de Livraison par Air.
-L'Escadron de Base d'Instruction.
-L'Escadron de Défense et d'Intervention.

-juillet 2004 création du 3e ELA.


****Le 14eRCTP/RCPS
Le 14eRCTP-(Régiment de Commandement et de Transmissions Parachutiste) est créé à Toulouse le 31 juillet 1977,et a pour mission de soutenir l'état-major de la 11eDivision Parachutiste et de lui fournir les moyens de transmissions nécessaires.


Le 14eRPCS-(de la 11eDP/1eBrigade Toulouse).
Le 1er juillet 1979 le 14eRCTP prend l'appellation de 14e Régiment Parachutiste de Commandement et de soutien(14eRPCS).Ce régiment est interarmes et interservices(armes du Train,des Transmissions,du Matériel,Service de Santé et service du Commissariat)et ses structures et effectifs correspondent à la diversité de sa mission de commandement et de soutien dans le cadre de la 11eDP dont les régiments sont engagés en permanence sur les théâtres d'opération extérieurs.

A sa création,le régiment reçoit dans ses rangs des personnels du 425e Bataillons Parachutistes  de Commandement et de Soutien***** (les 420 et 425 BPCS respectivement stationnés à Auch et à Pau  sont dissous,à ce moment,le régiment est encore éclaté et l'on trouve,dans le Sud-Ouest de la France:

-à Toulouse-le 14e Escadron de Commandement et de Quartier-Général (ECQG)avec des détachements à Pau et à Bayonne-Le 14e Escadron de Circulation et de Transport(ECT)-La 14e Compagnie de Transmissions Parachutiste(CTP)-un groupe d'intendance avec une section de santé-La musique de la division.

-à Tarbes-le 14e Groupement Léger de Réparation du Matériel (GLRM).

-à Bayonne-le Groupement d'Instruction (GI)qui fait mouvement sur Pau été 1980,pour être ensuite dissous.

La structure du régiment évolue et le 1 juillet 1980 la section santé disparait et laisse la place à la 14e antenne chirurgicale parachutiste et à la 14e antenne médicale parachutiste dont les personnels servent dans les hopitaux des armées lorsqu'ils ne sont pas engagés dans des opérations.
Le régiment,en cours de professionnalisation se regroupe progressivement à Toulouse(quartier Balma-Ballon pour le PC,ECQG ,ECT et  GI, ,caserne Niel pour la CTP,quartier Pradère pour le GLRM).

En 1991 le 7eRPCS****(de la 11eDP/2eBrigade  Albi) est dissous et ses unités élémentaires rejoignent le" 14"-qui assure alors seul toutes les missions de commandement  et de soutien au profit de la Division,ses effectifs sont proches de 1300 personnes.
-la 14eECT devient le 1er Escadron de Circulation et de Transport-1eECT.
-le 7e ECT d'Albi devient devient le 2e Escadron de Circulation et de Transport-(2eECT).il prend quartier à Balma-Ballon avec la 7e Antenne Chirurgicale Parachutiste-(7eACP).
-le GLRM renforcé  d'une Cie devient 14e Bataillon du Matériel de Division Parachutiste(14eBMDP) soit deux compagnies du matériel parachutiste(CMP) qui s'installent au quartier Pradère.

Le 14 juillet 1998 le Régiment défile à Paris,et dans le cadre d'une nouvelle réorganisation de l'Armée il disparait en juin 1999.Il conservait la garde du drapeau du 14e Régiment d'Infanterie,et en portait l'insigne.


*****Les Bataillons de Commandement et de Soutien 420 et 425e BPCS.
A la création de la 11eDivision Parachutiste(11eDP) en 1971 ,celle-ci s'est dotée de deux nouvelles Brigades,une à Toulouse,l'autre à Tarbes,chaque brigade disposait pour assurer son commandement d'un Bataillon de Commandement et de Soutien,le 420e BCS pour la 1ere BP de Toulouse,le 425eBCSpour la seconde BP de Tarbes.Leur mission était d'assurer le commandement et l'administration de leur brigade et le soutien logistique de leurs régiments.
En 1979  les deux bataillons sont dissous dans le cadre de la restructuration de la 11eDP ,et sont absorbés dans la création du 14e Régiment de Commandement et de Soutien.

****7eBPCS -le 1e juillet 1979 le 425eBPCS change d'appellation pour devenir le 1eBPCS ,il assurer le soutien du Groupement Aéroporté ( GAP)de la 11eDivision Parachutiste/2eBrigade  Albi,il  devient le 7eRPCS le 1/8/1983, il est dissous en juin 1991 dans le cadre de la dissolution du GAP,ses unités élémentaires rejoignent le "14".
Repost 0
Published by union nationale des parachutistes de thionville - dans Nos Unités.
commenter cet article

Présentation

  • : blog-UNP.nos Anciens nos Sections
  • blog-UNP.nos Anciens nos Sections
  • : Blog créé initialement pour faire connaitre la section de Thionville,s'est étendu à des sections et amicales de la région et d'ailleurs.
  • Contact

Recherche