Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mars 2010 5 12 /03 /mars /2010 16:49


 Texte émis avec autorisation du 12/03- origine: site Cercle Esprits de Défense  

 http://www.i-defense.org/
           clic sur le lien suivant: link 




Le Chef d'Etat-Major des Armées dans le viseur des syndicats de journalistes


Le Général Jean-Louis Georgelin, Chef d'Etat-major des Armées (CEMA), a fait une déclaration le 21 février dernier sur Europe 1 sur le coût des recherches des deux journalistes retenus en otage en Afghanistan, quelques jours avant son départ de l’Etat-Major des Armées. Une déclaration qui a fait "polémique", comme on pouvait s’y attendre vu qu’elle concerne des journalistes.

Mais de quoi est-il question ?

Le 30 décembre dernier, deux journalistes travaillant pour le magazine «Pièces à conviction» de France 3 ont été enlevés, avec trois accompagnateurs afghans, sur une route entre Surobi et Tagab, dans la province de Kapisa (est), au nord-est de la capitale Kaboul. Arrivés début décembre en Afghanistan, ces deux journalistes avaient passé plusieurs semaines avec les troupes françaises déployées dans la province de Kapisa, où ils étaient revenus par la suite, sans soutien, par leurs propres moyens pour tourner des séquences supplémentaires. Quelle insconscience :  ils ont été enlevés, sans doute, par des Talibans (mais rien n’a été confirmé).

Des recherches sont depuis menées par nos soldats présents en Afghanistan. Ces recherches auraient déjà coûté, selon la déclaration du Général Georgelin, 10 millions d’Euros.  Que n’avait-il pas dit ? Vives protestations de la part des principales organisations syndicales de journalistes : Reporters sans frontières (RSF) jugeant les «propos pour le moins déplacés» du Général. Le Syndicat national des journalistes (SNJ) de la société France Télévisions a pour sa part jugé la déclaration «obscène» et demandé au chef d'état-major des armées «de présenter officiellement ses excuses et de revenir à la discrétion demandée à tous dans cette triste et douloureuse affaire» ! (source le Figaro)

10 millions d’euros qu’est-ce que c'est, surtout libérer pour des journalistes ? Non ?

Deux journalistes qui ont été se mettre tout seuls dans ce bourbier, quel manque de professionnalisme, quelle inconscience ! Ces mêmes syndicats de journalistes qui oublient de dire que des soldats risquent leur vie pour retrouver leur confrères retenus en otage, ces mêmes syndicats qui ne manifestent pas quand certains de leur confrères « oublient » volontairement de parler de nos soldats quand ceux-ci se retrouvent blessés ou pire lorsque certains tombent à l’autre bout du monde. Belle déontologie !

Mettre (en plus du coût pour le contribuable qui paient deux fois car ces journalistes sont du service public) la vie de soldats français en danger pour effectuer les recherches pour retrouver ces deux « zozos », là, point de polémique de la part de ces syndicats de journalisme ! Mais pour la transparence du Général Georgelin (souhaitée, il est vrai par l’Elysée depuis janvier), là tous les syndicats de journalistes s’émeuvent.

Aucun de ces syndicats n'a pensé que ces 10 millions d'Euros auraient pu être dépensés pour améliorer les divers équipements et matériels de nos soldats en Opérations extérieures ou soutenir davantage la CABAT (Cellule d’aide aux blessés de l’Armée de Terre) pour les soldats blessés et soutenir les familles qui ont perdu 40 de leurs membres en Afghanistan depuis 2001, dans une quasi indifférence médiatique du service public !

Ces syndicats ne défendent pas les journalistes, mais simplement l'information et  le corporatisme d’égouts. Ils sont indignes de leur carte de presse, tous comme leurs confrères qui avaient fait, au nom assurément (qui pourrait en douter) de la liberté d’information et de la liberté de la presse, un soit disant scoop en ayant interviewé (Paris Match du 4 septembre 2008) en Afghanistan les assassins de nos soldats d'août 2008 qui avaient sur eux (talibans) des effets personnels de soldats français tués !

Pour ces syndicats de journalistes, il n’y a point de salut ! Le Général de Gaulle disait "Mort aux cons". Sans doute pensait-il à ces syndicats ?

Gregory Dufour
Président du Cercle Esprits de Défense 

Partager cet article

Repost 0
Published by union nationale des parachutistes de thionville - dans Textes-Divers-Armée-Nation
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : blog-UNP.nos Anciens nos Sections
  • blog-UNP.nos Anciens nos Sections
  • : Blog créé initialement pour faire connaitre la section de Thionville,s'est étendu à des sections et amicales de la région et d'ailleurs.
  • Contact

Recherche