Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

1-le Corps Leger d'Intervention,le CLI.

2-Situation en Indochine-la demi-Brigade SAS.

3-la demi-Brigade de Commandos Parachutistes SAS-les CIP

4-La Demi-Brigade de Marche composée des 1°/1RCP ,3°/1°RCP et du 1°BPC.

5-1949/1950-vers le désastre de la RC4.

 

                                                                  ***************************

1-le Corps Leger d'Intervention,le CLI.

 


C'est le 1/11/1943 qu'est créé le CLI,unité d'environ 500 hommes principalement issus de l'Infanterie Coloniale.
Un premier détachement quitte le centre d'entraînement de Djidjelli en juin de l'année suivante,sous les ordres du capitaine Ayrolles,arrivé en Inde,à Poona au Bengale,le détachement continue son instruction,pris en compte par les Britanniques ,le détachement français est aux ordres du lieutenant colonel de Crèvecoeur qui coordonne les actions de renseignement et de guérilla et à partir du 22 décembre1944,grace à l'aide des Britanniques les premiers éléments sont parachutés dans la plaine des Jarres au nord du Laos.Ces parachutages permettent au Groupement des Gaurs de prendre contact avec des éléments de résistance en Indochine.Le 9 mars à lieu le coup de force des Japonais qui élimine en quelques jours la présence française sur le territoire d'Indochine,ce coup de force oblige le capitaine Ayrole à passer à l'action directe le long de la RC7,action qui réussit de nombreuses destructions et inflige des pertes aux Japonais.Sous la pression des Japonais,faisant face à de nombreuses difficultés,le détachement réussit à gagner la Chine où il est mis en "sommeil".
Les Français du CLI et Service Action ont joué un rôle important par le parachutage de vivres et munitions à la colonne Alessandri dans sa pénible retraite vers la frontière chinoise.

Ce lien du blog retrace les événements de cette période    link

Le reste du CLI,qui est devenu 5°RIC le 1° mai 1945 est transféré à Colombo.Deux compagnies y sont qualifiées parachutistes à Trincomalée et constituent,avec le commando Ponchardier un bataillon de type SAS.(intégré au 5°RIC le 1/9/1945,le commando Ponchardier constitue un groupement parachutiste qui comprend 1/3 de marins et 2/3 de coloniaux).


Le CLI et le Groupement Ponchardier


Chef de corps:CC Ponchardier
Adjoint:capitaine Dupuis.   

.
Le CLI-5°RIC est composé au départ des:


-Commando B1 aéronavale aux ordres de LV George
-Commando B2 infanterie coloniale aux ordres du capitainr Rouanet
-Commando B3 infanterie coloniale aux ordres du Capitaine Rouau puis Orsini
-la compagnie B une compagnie de cadre-composée de 60 sous-officiers et officiers aux ordres du lieutenant Le Guillou.Cette Cie est parachutée en septembre à Vientiane pour rétablir la présence française,elle est devancée par les Chinois qui en accord avec les alliés occupent les lieux.La Cie se chargera plus tard de la formation de bataillons laotiens.
-la compagnie A.(qui va intervenir en priorité à Saïgon)Cie incorporée au 5°RIC à la fin du mois de mai.
-CL1 terrestre(commando léger)
-CL2 terrestre.(commando léger)


13 août 1945-ordre d'insurrection générale du Vietminh.


15 août 1945-capitulation japonaise.


L'ordre d'insurrection du Vietminh est un problème pour les Anglais chargés de désarmer les Japonais au sud du 16ème parallèle.Le 25 août une insurrection se déclenche à Saïgon qui les oblige à transporter par     avions une brigade pour créer un cordon de sécurité en vue de protéger les Européens soumis aux agressions.
Le 12 septembre,avec les premiers éléments de la 80° Brigade Group de la 20° Division indienne 120 hommes de la Cie A du CLI arrivent à Saïgon.Ces arrivée ne peuvent cependant pas empêcher le massacre de 200 Français de la cité Héraud.A la fin du mois le reste du CLI débarque à son tour transporté par mer et se lance dans des actions de dégagement autour de la capitale en étendant le périmètre de leurs actions et obligeant les Viets et Japonais à se retirer.


-le 29 septembre le général Leclerc atterrit à Tan Son Nhut.


du 10 au 12 octobre une partie du CL1 est envoyée à Phnom-Penh.


Le 22/1/1946 constitution du commando B4 avec des éléments du capitaine Trinquier rapatrié de Chine auquels vont venir s'ajouter des hommes venus du Tonkin avec le capitaine Baudenon.


-le 16 février 1946 l'unité se détache du 5°RIC et devient le "Groupement Autonome Ponchardier".


Le 5°RIC-CLI est intervenu en permanence dans des opérations en  d'Indochine du 22/12/1944 (parachutage dans la plaine des Jarres)au 2 juin date à laquelle l'unité rejoint Saïgon.


-30/6/1946 dissolution du 5°RIC. Le 1er février 1947, le 5ème Bataillon Parachutiste d’Infanterie Coloniale reçoit la garde du drapeau du 5ème RIC.

 

-le 28 août 1946,le commando Ponchardier quitte Saïgon pour la France pour être dissous à son arrivée à Toulon.

 

          386px-Insigne du SAS B - Ponchardier                           brevet ponchardier 001-copie-1

                                                Un insigne Ponchardier et une représentation d'un brevet tissu.

 

   

                                             

 

2-Situation en Indochine-la demi-Brigade SAS.
En France,le général de Gaulle et son gouvernement prennent la décision de l'envoi en Indochine d'un corps expéditionnaire(août 1945),afin d'y rétablir la souveraineté française,sous le commandement du général Leclerc.Le 16 août de Gaulle nomme le vice-amiral Georges Thierry d'Argenlieu Haut-commissaire de France et commandant en chef pour l'Indochine avec la mission de rétablir la souveraineté française dans les territoires de l'Union Indochinoise.Un problème se pose,l'acheminement des troupes,il n'est alors pas possible de compter sur les Américains qui épaulent d'ailleur la révolution vietnamienne.Les Anglais font de leur côté preuve de coopération.Ce n'est que début octobre que débarquent les premières troupes françaises. Le général Leclerc ne dispose que du CLI/5émé RIC,1700 hommes,détachement restructuré en trois unités à l'effectif d'un bataillon chacune,en vue d'un débarquement aéronaval.(voir CLI-5°RIC)

En janvier 1946,l'élection d'une assemblée vietnamienne élit Ho Chi Minh président de la république démocratique du Vietnam, une négociation a lieu(le 6 mars) entre lui et  Jean Sainteny,représentant de Thierry d'Argenlieu pour aller vers des accords qui doivent mener à faire du Vietnam un état libre au sein de l'Union française et de la fédération indochinoise et aussi permettre le retour des troupes françaises au Tonkin pour prendre la relève des troupes chinoises.
15.000 hommes sont embarqués sous le commandement du général Leclerc,ils sont accueillis à leur arrivée à Haïphong par des tirs nourris chinois de mitrailleuses de mortiers et artillerie,après riposte au canon lourd les Français débarquent.
Durant cette période,Ho Chi Minh qui a le choix entre Chinois et Français  penche provisoirement pour la France car la Chine est pour les siens un ennemi héréditaire qui avait en plus mis la région en coupe réglée.Une coopération est prévue entre les troupes après le départ des Chinois mais sans cesse des incidents se répètent.Ho Chi Minh venu en France le 27 juin pour participer à la conférence de Fontainebleau,n'y trouve pas d'interlocuteur valable.
Pendant ce temps,en Indochine,l'amiral Thierry d'Argenlieu encourage  la création de la République autonome de Cochinchine,action considérés par Ho Chi Minh comme une violation des accords conclus en mars.
En octobre le Vietminh élimine les autres groupes nationalistes.
En faisant proclamer la république autonome indochinoise,d'Argenlieu,patron du général Leclerc écarte celui ci.Depuis janvier le général de Gaulle a quitté le gouvernement.Le général Leclerc qui avait compris la situation en Indochine était pour les accords de paix,le gouvernement français d'alors n'a sans doute pas souhaité traiter avec des communistes.
Leclerc est rentré en France lors de l'épisode du bombardement de Haïphong.Le 23/11/1946,un incident douanier entre Vietnamiens et Français sert de pretexte à ce bombardement.Trois navires de guerre français participent à cette action,sur un ordre du général Valuy donné au colonel DebésCes bombardements ont fait de nombreuses victimes.

C'est le début de la guerre du Vietnam.Le 19/12,commandé par Vo Nguyen Giap,le Vietminh attaque Hanoï par surprise,massacrant les civils français isolés et assiégeant de nombreuse garnisons.Ho Chi Minh lance un appel général à l'insurrection,des actions s'effectuent sur tout le territoire.

Janvier 1947-une demi brigade de marche parachutiste composée des 1er et 3éme bataillons du 1er RCP arrive en Indochine.Aussitôt elle intervient à Haïphong pour dégager et protéger la voie ferrée Haïphong-Hanoï,son chef de brigade est le lieutenant colonel Sauvagnac.


1er bataillon-commandant Vismes
3éme bataillon-commandant Fossey François.

 

Hanoï-la centrale électrique est détruite,les Tu-vé encadrés par le vietminh et des Japonais par milliers se jettent à l'assaut des édifices militaires,massacrant les populations civiles.Lors de leur retrait,ils emmenent avec eux 300 otages dont personne n'entendra plus parler.
Ces scènes se multiplient partout,à Vinh,les Français qui vont être fusillés sont sauvés par l'intervention de l'administrateut René Moreau,ils sont gardés en otage huit ans.
Nam Dinh,le siège dure 82 jours,cette ville,l'une des plus belle et riche d'Indochine est transformé en champ de ruine ou rien n'est épargné par les révoltés.Là le bataillon du commandant Daboval est encerclé au plus près,certains de ses points d'appuis ressemblent à des ilots perdus au milieu de l'ennemi,même le PC est investi plusieurs fois de suite.
Le 4 janvier,la compagnie de paras du capitaine Ducasse(bataillon du lieutenant colonel de Bollardière) est larguée sur la ville.Est tentée aussi une opération amphibie qui débarque des légionnaires,paras et légionnaires restent sur place et le siège continue.

 

La Demi-Brigade SAS

 

Cette Demi-Brigade s'installe en Cochinchine.

 

En novembre 1945,à la demande du général Leclerc,la formation d'un Groupement de bataillons de type SAS est décidé,ce groupement sera sous les ordres du lieutenant-colonel de Bollardière,qui commandait le 2°RCP.Des volontaires sont demandés au 2°RCP pour former un Cie qui aura à charge de former le noyau d'un bataillon léger,hors régiment.
Le 1° Bataillon SAS est formé de la première compagnie issue du 1°RCP et d'une seconde compagnie provenant du 2°RCP.Ce bataillon embarque à Toulon en février 1946 sous le commandement du chef d'escadron Mollat.Le bataillon est engagé dés son arrivée à Saïgon fin février,en Cochinchine,au Laos,au Cambodge.
Le second bataillon est formé à Mont de Marsan avec des éléments et matériels du RICAP et du 1°RCP sous le commandement du chef de bataillon de Maurepas.Il débarque à Hanoï le 19 juin ou il retrouve le 1° Bataillon.


(Ces deux bataillons,arrivés en Indochine,sont complétés avec des volontaires recrutés sur place pour former une demi-brigade de parachutistes SAS).500 brevets sont décernés d'avril 1946 à Juillet 1947 pour tous ceux qui ont quitté la métropole sans avoir terminé leur instruction,grace à une Section Technique des Unités Parachutistes créée de toute pièce.


En juillet 1946,la Demi-Brigade SAS est constituée avec
-un état-major
-une Section Technique des Unités Parachutistes(la STUP)
-deux bataillons avec chacun deux compagnies de combat,une compagnie de pelotons de jeeps
et une section de commandement.

La demi-brigade de parachutistes SAS participe au dégagement des garnisons d'Annam,où celles-ci sont isolées et encerclées par les forces rebelles,mène des actions de contre guerilla en Cochinchine,au Cambodge  au Laos,au Tonkin et  recrute des partisans locaux inaugurant ainsi le jaunissement de l'Armée afin de combler les problème d'effectifs sans lesquels les actions ne sont pas réalisables.

Un premier commando de guérilla anti-viet est formé par le capitaine Charvet et une vingtaine de parachutistes,avec 600 hommes de la secte Hoa Hao,qui installé dans un poste près de Cantho et nettoie la région en deux mois.Devant le résultat obtenu d'autres commandos sont créés.

 

 

3-la demi-Brigade de Commandos Parachutistes SAS -les CIP.

Cependant  en France.
Le général Landouzy,  directeur des troupes coloniales, se préoccupe de la relève de la la demi-brigade en Indochine et crée ,au sein du GAP de métropole,le  1er février 1947,  le 5e bataillon parachutiste de l'infanterie coloniale (5°BPIC)qui sera formé à Tarbes et placé sous le commandement du capitaine Dupuis,ancien du commando Ponchardier.Ce bataillon reprend les tradition du 5°RIC et en garde le drapeau qui lui est remis en octobre.Les effectifs proviennent des unités de la coloniale et de cadres  rapatriés d'Indochine.Ce bataillon devient l'élément de base de la relève des unités parachutistes coloniales en Extrème-Orient. 


Mars 1947-des incidents sanglants ont lieu à Madagascar ou d'avril à octobre des bataillons nord-africains interviennet.Deux cent paras étaient présents lors de ces opérations.


En juin,un détachement de 700 hommes est mis sur pied au 5°BPIC pour renforcer la Demi-Brigade SAS en Indochine.L'unité,embarquée  en octobre sous le commandement du capitaine Dupuis  devient le 2e bataillon de la demi-brigade à son arrivée en Indochine le 15 novembre 1947.Le colonel Grall prend alors  le commandement  du 5°BPIC .
A compter du  1° octobre une Demi-Brigade de Commandos Parachutistes se forme en Bretagne (1°DBCCP qui détient le drapeau du 2°RCP SAS)avec un état-major,un bataillon de commandement et le 5°BPIC sous les ordres du colonel Massu dont le PC se trouve à Meucon ,alors que des rapatriés d'Indochine,(fin 1947)cadres et sous-officiers de la Demi-Brigade SAS arrivent pour étoffer les éléments chargés de la mise sur pied de la DB.L'entrainement au sol se fait à Meucon,puis les volontaires sont envoyés à Idron pour y exécuter leurs six sauts pour l'obstention de leur brevet parachutiste.Le stage commando dure deux mois.

 

Octobre 1947,le chef de bataillon Chateau-Jobert remplace le lieutenant colonel de Bollardière à la tête de la demi-brigade SAS en Indochine.

 

001--3-.jpgLes deux bataillons, emputés de leurs effectifs partis au profit de la Demi-Brigade créée en France, se regroupent en un nouveau premier bataillon SAS sous le commandement du capitaine Ducasse.Ce 1°SAS se renforce d'une Compagnie Indochinoise Parachutiste(CIP),commandée par le lieutenant Grillet-Paysan.(1/1/1948).

 

Novembre 1947,le 2°BCCP issu du 5°BPIC débarque à Saïgon.

 

Le 22/12/1947 création en Indochine de la Demi-Brigade Coloniale de Commandos Parachutistes SAS avec le drapeau du 5°RIC.

 

 

 

Deux demi-Brigades sont alors présentes en Indochine:


-Au sud-la Demi-Brigade SAS(coloniale) dont la relève est assurée par la Demi-Brigade Coloniale en Bretagne.

 

Au Nord-la Demi-Brigade de Marche(métropolitaine) dont la relève est faite par les unités métropolitaine et les BEP.

 

A noter l'existence de l'Escadron Parachutiste de la Garde Républicaine Cochinchinoise,

 

 

Les Compagnies Indochinoises Parachutistes.

 

Les CIP-(Compagnies Indochinoises Parachutistes).

in000335.jpgLa première a été créée le 01/01/1948,sous les ordres des lieutenants Merchadier et Grillet-Paysan.La création de cette unité est due au lieutenant Grillet-Paysan qui a su,malgrès des oppositions,faire valoir son idée de créer une unité entièrement composée de parachutistes vietnamiens.Il recrute lui même des volontaires cochinchinois,les fait breveter et installe ses 200 hommes avec leurs familles au camp de Dian près de Saïgon.L'unité obtient rapidement 'exellents résultats et d'autres CIP voient le jour.
Chaque Bataillon parachutiste qui arrivait de métropole recevait une CIP en renfort.

La première CIP de Grillet-Paysan est d'abord entrée dans la composition du 1eBCCP-SAS(3eCie) puis elle est affectée:

en 7/1948 au 5BCCP(GC4)
en 10/1948 au bataillon de commandement de la 2eDBCCP
en 11/1949 au 2BCCP  l'appellation 2émeCIP
en 12/1949 au 1BCCP appellation 1eCIP
en 10/1950 elle devient 1eGCIP
en 3/1951   elle redevient CIP et est affectée au 1eBPVN(bataillon de parachutistes vietnamiens)
on en parle sur ce lien: 8-de l'Indochine à Dien Bien Phu-(évolution des troupes parachutistes )

 

En France
En Bretagne,compter de 1948 les recrues sont brevetées directement sur place  ou est créé un centre officiel.
Constitution du 3° Bataillon Colonial de Commandos Parachutistes à Saint-Brieuc le 1/2/1948 sous les ordres du commandant Ayrolles.


Le 16/2/1948 le 5° BPIC devient le 5°BCCP (commandant Grall) l'unité fait mouvement vers l'Indochine en juin

 

Le jaunissement du Corps Expéditionnaire Français d'Extrème-Orient.

 

La participation des autochtones a commencé avec le retour des forces françaises est est allée en augmentant tout au long de la guerre.
Les raisons:
-compenser le manque d'effectif des unités venant de métropole.
-sur le plan politique,démontrer que de nombreux Indochinois refusaient l'emprise Viêt-minh,
-mettre sur pied,à terme,une armée nationale qui prendra de plus en plus de responsabilité dans la bataille contre le communisme.
La participation autochtone a revêtus des formes diverses,incorporation de "réguliers"en unités ou au titre individuel ,la mise en place de forces supplétives ,la constitution d'armées nationales.
Dés septembre 1946,la relève des grandes unité du CEFEO pose de sérieux problèmes d'effectifs,d'autant plus que pour des raisons politiques,les unité africaines et nord-africaines n'avaient pas été utilisées.Il fut alors décidé d'utiliser une partie de ces unités nord-africaines et sénégalaises et de recruter des autochtones.En 1948 la pénurie d'effectifs en  augmentation amène l'accroissement du jaunissement des unités.


4-La Demi-Brigade de Marche composée des 1°/1RCP ,3°/1°RCP et du 1°BPC.

 

Cette Demi-Brigade s'installe au Tonkin et sa relève est assurée par les unités métropolitaines et les BEP jusque l'automne 1948.A compter de cette date,la Demi-Brigade est remplacée par le GLAP(groupement léger aéroporté) qui contrôle le Tonkin,l'Annam,le Nord du Laos et le Pays Thaï.


Cette demi-brigade,formée dans le cadre de la 25°DAP arrive en Indochine au début de l'année 1947 aux ordres du lieutenant-colonel Sauvagnac.Elle est composée de trois Bataillons,les 1° et 3°/1RCP et le 1° Bataillon de Choc.Le 3° Bataillon du 1RCP a été reconstitué en Algerie,Sétif, en octobre 1946 et le 1° Bataillon  en janvier 1947 au même endroit.


Le 3/1RCP débarque en Indochine le 17 janvier 1947
Le 1/1RCP et le 1°BPC débarquent en Indochine  le 13 février 1947


La DBMP s'installe à Hanoï,où un centre école est ouvert au sein de l'unité les sauts sont  effectués à Bach Mai,est créé aussi une section technique des unités paras.

 

A noter-la première Antenne Chirurgicale Parachutiste d'indochine est formée cette même année en Indochine avec des hommes du 1°RCP.


Après une succession d'opérations, 3/1RCP est rapatrié en juin 1948,le 1/1RCP est rapatrié en février 1949.


A noter que le 1° avril 1948 la Compagnie Parachutiste du 3°REI a été rattachée au 3/1RCP,et que celle-ci est affectée au 1°BEP en  juin au départ du 3/1RCP.


Les pertes des deux bataillons  du 1°RCP-385 parachutises,120 sous-officiers,29 officiers(tués ou blessés).


Les citations,7 à l'Ordre de l'Armée avec Croix de Guerre TOE.


Le 1°BPC après une succession d'opérations quitte l'Indochine en septembre 1948.
ses pertes 42 parachutistes,14 sous-officiers,3 officiers.
Les citations,2 à l'Ordre de l'Armée ,Croix de Guerre des TOE avec palme.

 

 

  La relève de la Demi-Brigade de marche est faite par un Groupemant Leger Aéroporté composé des :


-1°BEP-(En mai 1948, près  de Sidi-Bel-Abbès un groupement d'instruction de la Légion Etrangère prend l'appellation de" Groupement d'instruction parachutiste",dans le cadre de la 25°DAP.Le 1° juillet,ce Groupement devient le 1° Bataillon Etranger de Parachutistes sous les ordres du capitaine Segrétain.En octobre le bataillon embarque sur le Pasteur à Mers-El-Kébir pour l'Indochine).


-2/1°RCP(composé en partie d'un escadron du 1°Régiment de Hussars)


-3°BCCP

 

 

  Premières unités parachutistes de la Légion-la Cie para du 3°REI.


La Cie para du 3°REI-La première unité est créée en Indochine le 1° avril 1948,avec des volontaires des Corps Légion stationnés sur le territoire.
Elle est intégrée au 3° Régiment Etranger d'Infanterie mais subordonnée pour emploi au commandant du 3/1RCP.
Le lieutenant J.Morin prend le commandement de cette unité.Il sera le 1° Cdt d'unité Légion Para.Alors que la Compagnie Parachutiste du 3°REI est engagée,dès sa création dans des combats où elle montre de grandes qualités opérationnelles,les 1° et 2eme Bataillons Etrangers de Parachutistes débarquent en Indochine,le 1°BEP à Haïphong,en juin 1948,le 2emeBEP à Saïgon,en septembre 1949.La 3°Cie est dissoute avec l'arrivée du 1°BEP et affectée à ce même bataillon.

 

 

2°BEP-C'est à compter de mars 1948 qu'a commencé la formation du 2° Bataillon Etranger Parachutiste,au Maroc d'abord,puis en Algerie à Sétif.Les stages de sauts sont effectués à Philippeville et le 2° Bataillon Etranger de Parachutistes embarque à Oran en janvier 1949 pour l'indochine.

3°BEP-formé en Algérie il est mis sur pied en novembre 1949.Son rôle sera d'assurer les relèves de type individuelles ou collectives des 1° et 2° BEP en Indochine.

 

 

 

La 1°DBCCP de Bretagne.

 

La Demie-Brigade stationnée en Bretagne s'est organisé,une Compagnie d'instruction fin 1947,un centre d'entainement aux sauts et une compagnie de jeeps armées au printemps 1948, elle assure la relève des Bataillons au Moyen-Orient et l'envoi d'unités en AOF,AEF et Madagascar.
la Demie-Brigade a donné naissance aux:

-1° BCCP (Indochine)
- 2° BCCP (Indochine)
- 3° BCCP (Indochine)
- 4° BCCP (Indochine)
- 5° BCCP (Indochine)
- 6° BCCP (Indochine)

- Groupe Colonial de Commandos Parachutistes en AEF.L'unité rejoint Brazzaville pour y relever une compagnie du 18°BIP.
- Bataillon Colonial de Commandos Parachutistes en AOF,le 4°BCCP constitué en avril 1949, le Bataillon s'installe à Dakar sous les ordres du chef de bataillon Ducasse.
- Groupe Colonial de Commandos Parachutistes à Madagascar.Né en mai 1948,à Meucon,le bataillon s'installe à Tananarive en octobre.


5-1949/1950-vers le désastre de la RC4.

 

Réorganisation des TAP en France.

 

 

Le début de l'année 1949 voit,en Métropole, la réorganisation des troupes aéroportées en raison de problèmes de relèves  d'effectifs et  budgétaires.La plus grande partie des unités sont regroupées dans le Sud-Ouest(GAP3), et c'est ce dernier qui décide des départs des unités,métropolitaines comme coloniales vers l'Indochine. Le Groupement d'Algérie est dissous et le GAP3 récupère ou prend en compte les unités de la 10°Region qui repassent la Méditerrannée.

-le 20°RALP prend quartier à Tarbes où il s'intégre au 35°RA

-la Cie de QG et la Cie de Transmission s'installent à Bayonne.

-le 1°RH s'installe à Auch

-le Groupement de Génie nr 17 rejoint Castelnaudary

-une partie du Centre des Spécialistes Aéroporté rejoint le Sud -Ouest,l'autre va servir à compléter les effectifs de la Compagnie de l'Air nr2 à Hussein Dey.

A noter aussi-la dissolution du 5°RACAP.

Avec la nouvelle réorganisation des TAP en septembre 1949,le GAP3 disparait à son tour,le commandement des TAP s'installe à Bayonne.La première Demi-Brigade(1DBCCP) qui a failli disparaitre passe sous le commandement du colonel Gilles.

En Indochine,les bases aéroportées                                                                   

Au  début de l'année 1949 en Indochine trois bases aéroportées sont crées,deux principales,au Nord à Hanoï et au Sud à Saïgon,une annexe en Annam à Tourane.En 1950 existeront deux bases annexes, Tourane et Vientiane.

 

Chaque base principale dispose:

-une Cie de commandement et une Cie de garde.

-un centre d'entrainement aux sauts

-une unité de ravitaillement par air.

-une section pour l'entretien des parachutes.


L'aide de la Chine communiste,la montée en puissance des troupes vietminhs.

 

En octobre 1949 c'est la victoire des communistes en Chine,leur armée s'installe à la frontière du Tonkin.L'aide chinoise apportée au Vietminh, permet alors à celui ci de s'équiper et s'organiser,le Yunnan lui sert de camp d'entrainement,lui permettant de mettre sur pied  des unités régulières fortement armées,artillerie comprise,cette aide apporte le nécessaire qui va leui permettre d'effectuer des opérations de grande envergure.La guerre change de dimension.


Tout début 1950,proche de la frontière chinoise,les soldats de Giap montent alors à l'assaut de postes fortifiés,imprenables jusqu'alors.


Le poste de Pho Lu,défendu par Marsoins et tirailleurs indochinois est attaqué,les Viets se retirent pour cette fois.Ils reviennent début février,mieux équipés y compris en artillerie,engagent une bataille de plusieurs jours.Des secours envoyés depuis Lao Kay à une trentaine de km ne peuvent passer.On fait appel aux paras,comme à chaque fois qu'un poste est menacé.


Des éléments du 3°BCCP (Groupe Commando nr1 du capitaine Dubois tué au cours des combats)sont largés le 11 février à Lang Yen,à une vingtaine de km du poste alors que les viets sont partout,y compris dans le poste à la fin des combats.La lutte est inégale,le viet trop nombreux.Après une marche forcée de 30 km à travers la brousse,les rescapés du postes et les paras rejoignent Lao Kay.


C'est épuisés,que les paras, qui ont ramené leurs blessés, se voient accueillis par un général,Carpentier,qui n'a pas un mot de félicitation mais leur reproche d'avoir abandonné leurs morts.Plus tard,ces hommes se feront tous tuer jusqu'au dernier.


Puis le poste de ,Nghia Lo défendu par une compagnie Thaï,des partisans et 25 Européens,la encore un bataillon para(commandant Romain Desfosses) est largué,formé d'éléments du 5°BCCP et du GC2 du 3°BCCP,alors que le poste est pratiquement détruit par l'artillerie viet,il ne reste qu'un tiers de survivants.Après la bataille et le nettoyage des environs,le poste est évacué le 10 mars.
En avril l'infirmière parachutiste Geneviève Grall qui a donné les premiers soins aux blessés aux côtés du medecin-lieutenant Mirtin reçoit la Médaille Militaire.

Bien que des combats aient lieu partout,personne n'aurait pu penser au désastre annoncé sur la RC4.

 

sur le lien du blog suivant,vous pouvez lire un récapitulatif et l'histoire du désastre de la RC4,de même qu'un récit de la bataille de Nghia Lo par le commandant Romain Desfossés.

 

4-de l'Indochine à Dien Bien Phu-(1950 Cao Bang)

 

à suivre



Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : blog-UNP.nos Anciens nos Sections
  • blog-UNP.nos Anciens nos Sections
  • : Blog créé initialement pour faire connaitre la section de Thionville,s'est étendu à des sections et amicales de la région et d'ailleurs.
  • Contact

Recherche