Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 février 2011 2 15 /02 /février /2011 16:06

                001-copie-1.jpg

En Indochine,la presence militaire française ne s'est pas terminée avec les accords de Genève de juillet 1954.La France entendait encore jouer un rôle en Extrème-Orient mais la dégradation des relations entre Paris et le gouvernement Sud Vietnamien soutenu par les Américains met fin à ses espérances.C'est en juillet 1956 que le Sud Vietnam fait savoir de façon officielle que la présence militaire française n'est plus souhaitée.Le CEFEO est dissout en avril et la France quitte l'Extrème Orient et laisse la place aux Américains après presque un siècle de présence sur le territoire.
Durant ce deux années  qui ont suivi l'arrêt des hostilité et les accords de Genève l'armée française n'est pas restée inactive.


                                  Liste des événements après Dien Bien Phu


-avril 1954-conférence franco-vietnamienne à Paris suivie de la conférence de Genève.


-7 mai-chute de Dien Bien Phu.


-15mai-mission d'inspection de Ely,Salan,et Pélissier.Le général Salan va s'occuper,après la chute de Dien Bien Phu,du repli des forces de l'Union française vers le delta du Fleuve Rouge,de l'évacuation des populations qui fuyaient le Vietminh ainsi que de la restitution et du transport des prisonniers des camps viets dont nombreux étaient dans un triste état physique.

-21 mai-conférence de Genève.


-4 juin-encerclement du delta par les viets,Ely est nommé commissaire général en Indochine il succède au général Navarre,il est secondé par le général Salan qui assume le commandement des opérations.


-12 juin-chute du cabinet Laniel(16/1/1954 à 12/6/1954)remplacé par le gouvernement Mendes France(18/6/1954 à 23/2/1955)


-15 juin-conférence de Genève est dans l'impasse.Le 16 le catholique Ngo Dinh Dien nommé par l'empereur Bao Dai forme le nouveau gouvernement du Vietnam,après la chute du prince Bun Loc.


-du 23 juin au 14 juillet-à Genève entretien entre Chou En Lai et Mendes France.Mise en place d'un dispositif défensif Hanoï-Haïphong.Evacuation des évêchés de Phuly,Nam Dinh,Phat-Dien dans le sud-delta(opération "Auvergne).A Genève,débat entre Mendes France,Molotov,Pham Van Dong.


-du 24 au 30 juin Replis de la garnison de An Khé ou le GM100 subit de fortes pertes.Malgrès des informations alarmantes concernant la presence de forces ennemies dans la région,estimées à 15.000 combattants,des stratèges décident l'évacuation du camps retranché de An Khé.Le 24 juin,un convoi de 8km de long avance en secteur hostile,l'embuscade du 24 juin a couté près de 1.000 morts ou disparu parmi les forces françaises en trois heures de combat.

 

Ne restait plus à cette époque en troupes aéroportées que le GAP3  du lieutenant colonel Romain Desfosses composé du 7°BPC*** chef de bataillon Balbin et le 3°BPVN chef de bataillon commandant Mollo qui sont allés recueillir et assurer le repli des rescapés du GM 100 qui avait perdu tout son matériel et la moitié de ses effectifs.


***formé en Bretagne à la fin de l'année 1953,le 7°BCCP a été aérotransporté en urgence par l'aviation américaine dans la seconde moitié d' avril 1954 en Indochine.


-27 juillet 1954,signature de l'armistice et fin de la conférence de Genève.
Selon ces accords,le France doit procéder au dégagement du corps expéditionnaire du Nord au sud du 17°parallèle,une partie étant rapatriée en France,le commandement français,au Sud,  doit  d'accueillir les unités mais il doir aussi  des centaines de milliers de réfugiés qui fuient le régime communiste,principalement de nombreux catholiques.

 



En novembre 1954 les troupes vietminh évacuent le Sud-Vietnam,le Laos et le Cambodge.

Le général Salan  intervient  pour faire liberer tous les prisonniers du Vietminh et pour faire évacuer les populations  au sud du 17eme parallèle.L'article 14 des accords d'Evian autorisait les civils à choisir librement la zone où ils voulaient vivre.
Les déplacements de populations du Nord au Sud du 17° parallèle dépassaient  les prévisions.Dès le cessez le feu,le corps expéditionnaire a transporté par voies aériennes et maritimes 220.000 personnes,le Viet-minh s'opposait à l'utilisation des voies terrestres.La marine des Etats-Unis a transporté de son côté 110.000 personnes.Au total 330.000 personnes,ceci dans un premier temps.Les déplacements de populations vers le Sud ont continué d'octobre 1954 à mai 1955 et le nombre estimé de réfugiés ayant quitté le Nord-Vietnam est situé entre 800.000  et un million.Le Viet-Minh s'opposait alors par tous les moyens aux départs des réfugiés,blocages de routes,propagande,etc....La presence et tenue de l'Armée française a permis durant cette periode à des centaines de milliers de Vietnamiens de choisir leur destin.
Au Sud,les forces terrestres assuraient de leur côté les rapatriements et hébergement des civils et militaires dans des conditions souvent pénibles.Rien n'ayant été prévu pour une telle masse de population,les réfugiés sont entassés dans des camps sans hygiène,et au plan politique,les catholiques venus du Nord étaient mal accueillis en raison des différences religieuses et culturelles. La France a répondu à la demande d'aide des autorités vietnamiennes et le  CEFEO a participé,la encore, au recasement des populations.

004.jpgLe Vietnam est partagé  temporairement en deux Etats,séparés par le 17eme parallèle avec une zone démilitarisée.Le Nord devient une République démocratique sous gouvernement communiste,le Sud avec pour chef d'Etat l'ex empereur du Annam Bao Dai, un régime pro-occidental.Bao Dai a rappelé des Etats-Unis en juin 1954 Ngo Dinh Diem et en a fait son premier ministre.
Diêm avait déclaré à l'époque  que le Viêt Nam n'était  pas concerné par les Accords de Genève entre la France et les communistes, pour lui l'État vietnamien n'en était pas partie prenante et il se sentait  dispensé d'organiser des élections en vue de la réunification du Viêt Nam (les Vietnamiens devant choisir leur régime politique)qui étaient prévues pour 1956. Après un coup d'Etat, Diêm va  prendre le pouvoir et forcer Bao Dai à abdiquer.

Les Etats-Unis qui se sont désolidarisés de la décision finale des accords de Genève (comme le premier ministre Diem),avaient accepté de ne pas entraver ces accords en se réservant le droit d'intervenir contre une éventuelle agression communiste tandis que le Vietminh est démobilisé sur place,restant une menace pour le gouvernement de Saïgon.


-11 août -fin officielle des hostilités .


-9 octobre,les Français quittent Hanoï,Ho Chi Minh prend le contrôle du Nord-Vietnam,le 24 Eisehower informe Diem de son intention de l'aider dans la lutte contre l'agresseur communiste.
Une page se tourne avec l’évacuation du  Tonkin qui avait été le théâtre des luttes  sanglantes, où le CEFEO avait perdu tant des siens, tombés dans les rizières ou les  régions montagneuses couvertes de jungle de la haute région tonkinoise.

Le 1er novembre 1954 commence la guerre d'Algerie.(Le 1er novembre 1954, en Algérie, des indépendantistes commettent plusieurs dizaines d'attentats, dont certains meurtriers. Ce jour a pris le nom de Toussaint rouge).


                                                    1955

 

En janvier les bataillons parachutistes sont regroupés au sein de la BAPEO(Brigade aéroportée d'Extrème-Orient) commandée par le colonel Sauvagnac qui remplace les TAPI. 

-le récent GAP3 (1°BEP et 7°BPC) disparait et le Groupe de marche du 35°RALP rééquipé rejoint rejoint la BAPS avant de quitter l'Indochine le 17/7 pour l'Algérie en unité constituée.

Le 30 juin,la 17° CGP(compagnie de génie parachutiste) est dissoute.

 


La France continue son action humanitaire au profit des réfugiés du Nord Vietnam,et espère encore par sa présence defendre ses intérêts en Extrème-Orient.le CEFEO(quatre divisions) est fort d'environ 60.000 hommes et l'implantation de bases externes au corps expéditionnaire est envisagée.La base du Cap Saint Jacques est choisie pour y accueillir la nouvelle et future garnison.Mais la situation se dégrade entre Paris et le gouvernement de Diem.Dès mars,la situation est explosive à Saïgon,des incidents ont lieu,les hommes du corps expéditionnaire interviennent pour calmer le jeu entre les différents partis et Diem soutenu par les conseillers Américains organise une campagne anti-française durant laquelle des soldats et officiers français sont tués.
Pour Diem comme pour les Américains les Français doivent partir.
En janvier -première aide à Saïgon,les Américains proposent de participer à la formation de l'armée sud-vietnamienne.
En février-le 6,chute du gouvernement de Mendès France.(une constante durant toute la guerre d'Indochine,la successions de gouvernements.)
4 mai-les dernières troupes françaises du nord-Vietnam évacuent Haïphong.
Juillet- Ho Chi Minh se rend à Moscou pour obtenir l'aide des soviétique.
Octobre- Bao Dai est chassé du pouvoir(coup d'état),remplacé par Ngo Dinh Diem,proche de Eisenhower.Le 26 proclamation de la République du Sud-Vietnam.
Decembre-la réforme agraire des communistes au Nord apporte une période de nettoyage idéologique,se traduisant pas des exécutions,envois en camps de travail forcé,et dans le Sud Diem récompense ses partisans en leur donnant des terres saisies aux paysans suscitant leur colère et la baisse de son soutien populaire.Décevant l'espoir des paysans,les gros propriétaires fonciers conservent leurs exploitations.


                                                       1956
En juin 1956 le gouvernement vietamien demande officielement à la France de quitter le Vietnam.

le1er janvier,il reste 30.000 soldats français au Vietnam.Le 28 avril dissoloution du haut commandement français en Indochine.


Septembre et octobre-les derniers éléments du corps expéditionnaire quittent Saïgon.

                             Après de départ des Français.(pour info)


Ngo Dinh Diem a régné durant 8 ans,il a gouverné le pays avec ses frères placés à des postes importants et si des Vietnamiens lui étaient reconnaissants de les avoir protégés du communisme,d'autres l'on détesté à cause de son régime autoritaire et familial.La situation devient alors tendue entre le gouvernement du Sud Vietnam et Washington,et le 2 novembre 1963 Diem et son frère Ngô Dinh Nhu sont exécutés après un coup d'état dirigé par ses généraux conduits par le général Duong Van Minh qui devient le nouveau chef de gouvernement.Duong Van Minh est renversé le 30 juin 1964 par le général Nguyên Khanh, qui aussi détesté que Diem est écarté au profit d'un gouvernement non militaire,remplacé par deux généraux,Nguyen Cao Ky et Nguyen Chanh Thi.


Pendant tout ce temps,le Viêtcong intensifie son emprise dans les campagnes et c'est dès l'année 1964 que les effectifs américains prennent de plus en plus d'importance.On pense qu'à ce moment,le gouvernement de Saïgon ne controlait plus que 34% de la population.


1965 nombre de GI-184.300
1966 nombre de GI-385.000


(source Wiki:En 1967, une certaine stabilité revient à Saigon : le tandem Nguyen Cao Ky et Nguyen Van Thieu est en possession du pouvoir depuis 1965. La CIA propose une action profonde pour rallier les campagnes au pouvoir, mais elle est très peu écoutée (elle préconise la transformation du système gouvernemental, fondé sur des élites citadines coupées de la réalité des campagnes et corrompues, ainsi qu'une nouvelle Réforme agraire).)


1968 nombre de GI-536.000,ensuite le chiffre passe à la baisse
1969 -475.000
1970-235.000
1971-157.000
1972-24.000
le retrait des Américains étant compensé par de nombreuses fournitures d'armes.


 1975-les  négociations pour le traité de Paris(signé le 23/1/1975) sont bâclées par le  négociateur américain, Henri Kissinger, pour assurer la réélection de Nixon. Cette paix s'est révélée une illusion,les communistes ,en violation des accords de Paris ont lancé leur offensive du printemps,en mars le Sud Vietnam est submergé par les divisions du Nord,le21 avril le président Thieu démissionne et laisse le soin à son vice président Tran Van Huong de trouver une solution pacifique.Le 30 avril la République Démocatique du Viet Nam absorbe la Républque du Viet Nam.

                                   Cambodge-le conflit indochinois.


En 1978 les forces vietnamiennes envahissent le Cambodge.
De le fin des années 50 aux années 80,les relations entre la Chine et l'URSS se sont dégradées et en 1969 des incidents frontaliers graves ont amené les deux pays au bord de la guerre.Cette rupture fut évidente dès 1965 au moment de la révolution culturelle de Mao Tsé Tung.L'URSS devint aux yeux de Mao une plus grande menace que les Américains et c'est en juillet 1971 que Henry Kissinger se rendit à Pekin pour préparer une entrevue avec le Président américain Nixon l'année suivante.Cette situation amena les Sovietique à rencontrer aussi,de leur côté le Président américain.Cette nouvelle donne diplomatique eut un  effet calmant sur les belligérents.
Les causes de l'invasion du Cambodge:
-la rupture sino-soviétique,les incidents de frontière avec les khères rouges dont le gouvernement intallé à Phnom Penh était soutenu par la Chine.Les khmers rouges avait vidé les villes de leurs habitants qu'ils avaient obligé à des travaux forcés,ces travaux forcés et exécutions de masse ont fait disparaitre 1,7 millions de Cambodgiens et les résident vietnamiens établis au Cambodge de longue date étaient livrés à des exactions.
L'attaque des troupes vietnamiennes a commencé début janvier 1979,elle a eu pour cause la guerre sino-vietnamienne****,(17/2 au 16/3/1979),les Vietnamiens se sont retirées définitivement en 1989 ,leur intervention a été suivie d' une guerre civile entre l'armée cambodgienne et les khmers rouges,qui se prolongea jusque 1999.
****Le 17 février les troupes chinoises pénètrent sur le territoire vietnamien,120.000 hommes,qui se retirent  le 16 mars de la même année sous la pression des unités du Vietnam.


1992-1994-Retour des Paras français en Indochine,dans le cadre de l'Autorité de transition des Nations Unies au Cambodge (APRONUC)
Pour sa part,le 6ème RPIMa basé à Mont de Marsan a envoyé successivement 4 compagnies en deux missions au Cambodge en 1992 et 1994.Les hommes avaient alors pour tâche de soigner les populations,désarmer les milices et préparer le retour vers une vie politique normale.

                                     Morts  et blessés en Indochine.
Près de 1000.000 soldats sous-officiers et officiers sont morts  en Indochine entre 1945 et 1954 ,ils étaient   Parachutistes, légionnaires, coloniaux, tirailleurs, métropolitains, gendarmes, aviateurs, médecins marins,  infirmières : ils venaient de France, d'Europe, d'Afrique  noire  ou d'Afrique,du Nord,leurs frères d'armes Vietnamiens se battaient avec eux pour  leur liberté,et  par fidélité.   
45.000 Indochinois,Vietnamiens Cambodgiens Laotiens,  -15.200 Africains et Nord-Africains- 11.600 Légionnaires- 29.000 Français y ont été tués.
Sur les 40.000 prisonniers du Vietminh 30.000 ne sont jamais revenus.
Le chiffre des blessés est évalué à 76.000.

 

                                  Le Souvenir Français,en Indochine.


Mars 1992-Rolf Rodel ,ex sergent ancien de la 10e compagnie du 3e bataillon du 3eREI, revient pour la première fois en Indochine pour retrouver les lieux des combats qu'il avait connu.Il avait emporté une plaque gravée "A la mémoire de tous les légionnaires tombés au champ d'Honneur au cours des combats de Diên Biên Phû",qu'il a déposé au Musée militaire de Diên Biên Phû.
Grace à Rolf Rodel,il existe à Dien Bien Phu,sur l'ancien champ de bataille,un véritable Monument aux Morts,le seul au Vietnam, dédié à tous ceux qui sont tombés au champ d'Honneur,"Morts pour le France",c'est à dire de l'Armée française,y compris les tirailleurs,paras,commandos et supplétifs vietnamiens,les montagnards et les civils vietnamiens ou des autres ethnies fidèles à la France,pendant toute la guerre d'Indochine.
Rolf Rodel a mené cette action jusque sa mort en janvier 1999;il a été aidé par l'ANAPI et ensuite par le Président de la République Jacques Chirac.Une convention d'entretien a été signée en 1998 avec la province de Lai Chau.

                                        Le Souvenir Français,en France.

Les morts pour la France en Indochine étaient rapatriés dans l'année suivant le décès ou après l'armistice,ceux ci étaient inhumés dans le caveau familial,certaine familles ont souhaité que leur disparu devaient être enterré sur place.D'autres ne sont jamais revenus,disparus à jamais,enlevés par les Japonais ou Vietminhs,ou d'autres raisons(tombes devenues introuvables pour des raisons diverses).Les accords de Genève avaient prévu le regroupement des morts pour la France dans quelques cimetères du Vietnam.Si cela se fait sans difficulté au Sud du 17ème parallèle,ce ne fut pas la même chose côté Nord,ou les autorités vietnamiennes ne supportaient  pas la présence de tombes françaises.Des dépouilles(retrouvables) furent donc tranférrées par l'armée populaire à Ba Huyên.
Informés de la situation certaines familles qui avaient fait le choix de laisser les corps des leurs en Indochine ont souhaité que les restes soient rapatriés en France.

Les corps des soldats de l'Union Française ont été regroupés dans des cimetières,qui étaient  promis à la destruction après que les autorités communistes vietnamiennes aient exprimé leur volonté d'enlever toute présence française de leur sol aux environs de 1980 alors que certains cimetières étaient abandonnés et voués à la destruction.


(C'est le  8 juin 1980 que le corps du Soldat Inconnu de la guerre en Indochine est déposé au Mémorial de Notre-Dame de Lorette(62) sur décision du Président de la République Valery Giscard d'Estaing.)


En 1983 le gouvernement français a pris la décision de rapatrier les corps et au final, après négociations,en août 1986(voir plus haut) les deux partis ont abouti à un accord qui s'est traduit par les transferts des années 1986 et 1987 sous le gouvernement de Jacques Chirac.


Entre octobre 1986 et novembre 1987 ,27.239 corps furent rapatriés y compris ceux de 3630 civils qui avaient été inhumés avec les militaires à Ba Huyen au Nord du Viernam.


En 1986 la signature du protocole franco-vietnamien  nécessitait la recherche d'un site pour la construction, en France, d'une nécropole.La ville de Fréjus fut choisie,à un endroit ou existait  initialement un monument élévé par une souscription nationale près de la "pagode indochinoise" en 1983.
La première pierre a été posée le 19 janvier 1988 et le monument a été inauguré par le Président François Mitterand en  février 1993 après que celui-ci se fut rendu à Bien Bien Phu une semaine avant.

 

sur ce lien,une vidéo du passage du Président Mitterand à Dien Bien Phu:     link


L'endroit est maintenant devenu un ensemble architectural qui comprend quatre édifices.


-Le Musée du Mémorial( salle d'information).


-une Nécropole Militaire où sont inhumés 17188 corps de militaires identifiés en provenance des cimetières vietnamiens ainsi que 62 corps de militaires antérieurement inhumés à la nécropole nationale de Luynes et 3152 inconnus, tous « Morts pour la France » ainsi qu'une nécropole Civile où reposent 3515 victimes civiles décédées en Indochine.


-Le  mur du Souvenir  ou sont gravés les noms des 34.000   des combattants morts pour la France en Indochine, dont les corps ne reposent pas à Fréjus (disparus ou rendus aux familles)


-le monument d'origine qui domine la porte d'entrée et qui date de 1983.


-un "jardin du souvenir" représenté par une plaque sur laquelle est gravé"Ici ont été dispersées les cendre d'anciens combattants d'Indochine qui ont souhaité reposer près de leurs camarades Morts pour la France au cours des guerres d'Indochine".


En 2004,le 7 mai,le Président de la République Jacques Chirac a présidé la cérémonie de commémoration du 50ème anniversaire de Dien Bien Phu.


Le 26 mai 2005 le même Président institue une "Journée nationale d'hommage aux morts pour la France en Indochine,le 8 juin est choisi,qui correspond au jour anniversaire de l'inhumation du soldat inconnu d'Indochine.

 

Mémorial des Guerres d'Indochine 2011(Pit) (3)

                         


Ci dessous deux articles de journeaux de l'époque ,non daté pour le moment.
La copie de ces informations nous a été transmise par Michel Fries,adhérent UNP Thionville et ancien du 2ème BPC en Indochine.

 

                             D'une guerre à l'autre(par René CADOL)
La défaite de Dien Bien Phu,le drame du Corps  Expéditionnaire en Indochine et le supplice des prisonniers du Vietminh!
Nous croyions et souhaitions avoir digéré l'horreur vécue dans un pays rebaptisé Vietnam.
Aujourd'hui,cette nation nous tend les bras;elle nous accueille en tirant un trait sur le passé....soit!
La sagesse,la diplomarie et les raisons économiques émoussent la haine des peuples et c'est bien là,la vocation essentielle de l'humanité.
Mais il convient toutefois de penser aux familles françaises dont le corps de leur fils est resté là-bas,à Na San,Shoa Binh,Lang Son,Cao Bang,Dien Bien Phu et Hué notamment.
Le Mémorial des guerres d'Indochine,inauguré dans la ferveur et la solennité à Fréjus en février 1993,rappelle,gravé dans le marbre,le nom de milliers de camarades tués et disparus en TOE.
La nécropole regroupe un certain nombre de corps rapatriés.Mais que deviennent les sépultures de ceux restés sur place dans les plaines et les rizières?
A l'image des cérémonies vécues en France à l'occasion du 50ème anniversaire du débarquement et diffusées sur les cinq continents,on serait tentés de penser que les cimetières militaires en terre étrangère,inspirent généralement le respect et la décense envers le pays que ces hommes ont servi.
Hélàs,le document de presse ci-joint reflète l'indignation ;Il contraste amèrement avec les honneurs rendus dans la reconnaissance et dignité par une quinzaine de chefs d'Etatet de Gouvernement sur les plage de Normandie.
Chacun de nous a le devoir de méditer ce contraste saisissant d'une guerre à l'autre.

       Le scandale du cimetière de Phu Cam,de Hué.(non daté pour le moment)
                                         par François Régis HUTIN,
                            Président Directeur Général d'Ouest France.

Un mur à demi-effondré entoure ce qui fut un cimetière.Ce n'est plus qu'un hallier sinistre et sale.Il sert de dépotoir et de latrines tout à la fois aux gens du quartier.Des chiens y errent.On a planté un poteau électrique entre deux tombes..Les croix brisées gisent,nombreuses,au sol.Les plaques de marbre identifiant certaines sépultures ont été descellées par des voleurs qui en ont un autre usage....La tombe du résident en Annam,Maurice Fernand GRAFEUIL,décédé en 1941,est à l'abandon.La France n'honore même plus ses anciens représentants,eux qui reçurent tous les honneurs!
Mais le pire,c'est l'ossuaire censé abriter les restes de soldats morts pour la France dans cette région.Ils ont été transférés là à partir d'un cimetière militaire proche.Les portes de fer ont été forcées.Les petites boîtes de ciment qui tiennent lieu de cercueils,portant les noms de ces disparus,sont empilées les unes sur les autres.Leurs couvercles ont été descellés.A l'intérieur,il ne reste plus que quelques débris d'os,ici ou là.Le reste a disparu.Pourquoi?Comment ? Quand? Enlevés par qui? Mystère,mais on murmure que ces ossements ont été volés pour être revendus aux Américains qui recherchent avec passion ,encore aujourd'hui,les corps de leurs soldats non retrouvés.Cela ne les a pas trompés longtemps,la datation étant aisée.Mais la France a laissé faire cela au grand scandale de ses amis vietnamiens.C'est un professeur vietnamien bouddhiste,indigné,qui m'a conduit là.On frémit de honte et d'indignation.D'abord,parce que c'est inacceptable en soi.Ensuite,parce que c'est jugé sévèrement par les Vietnamiens qui ont,eux,le respect des ancêtres et qui voient avec dégoût et déception que les Français paraissent insensibles à ce qui leur apparait comme un devoir fondamental.
Que faire?Peu de moyens suffiraient pour nettoyer le cimetière et relever le mur aux endroits effondrés,redresser les croix,redonner des noms aux tombes.Peu de moyens permettraient d'en confier la garde à un Vietnamien dont le salaire serait aisément réglé et qui maintiendrait la propreté et la dignité nécessaire.Justement,le petit fils de l'ancien gardien,M.Nguyen Dang Phuc,est prêt à reprendre la tâche de son ancêtre.Il l'a,parait-il,déjà fait savoir aux autorités françaises.Qu'a-t-on répondu?Rien encore.Et le cimetière continue à être profané.Oh!non par méchanceté,mais à cause du laisser-aller des autorités françaises.
Pourquoi les Français ne sont-ils pas en ce domaine aussi exigent que les Américains?s'insurge notre ami vietnamien.
Nous aurions cru le contraire,étant donné l'idée que nous nous faisons de ces deux pays.
Il ajoute:<<Il faut que la France restaure et sauve ce cimetière qui reste le rare témoin de la rencontre de nos deux pays,rencontre qui ne fut pas seulement  source de malheurs.Loin de là.J'en sais quelque chose,dit-il,car je suis le produit de deux civilisations.Je sais que sous des aspects différents,nous avons toujours quelque chose en commun.Que la différence n'empêche pas l'équivalence et que l'équivalence n'exige pas l'uniformité.

 

 
Memorial d'Indochine 2005 (1)                     image offerte par René Schuller,adhérent UNP Thionville.

Partager cet article

Repost 0
Published by union nationale des parachutistes de thionville - dans Indochine
commenter cet article

commentaires

genevieve 11/04/2011 14:50


Bonjour, Je débute sur Internet, veuillez m'excuser, je me nomme: Geneviève SANCHEZ, domiciliée à Narbonne (aude). Prénom de mon père : Joseph. J'ai un cliché du Monument mais il est de mauvaise
qualité.A bientôt, j'espère. Merci. ou si vous le permettez également: Amicalement. GS


union nationale des parachutistes de thionville 11/04/2011 15:44



L' article est sur le blog,il reste maintenant à faire preuve de patience.



michel.deloffre 09/04/2011 12:23


Cela dit,un nom serait souhaitable.Amicalement.


genevieve 09/04/2011 12:07


Je constate que le Souvenir perdure, la guerre d'Indochine marquera les hommes et les femmes pour des générations tant que perdurera le Devoir de Mémoire. Je recherche des témoignages, des photos
du Monument aux Morts érigé à Nam-Dinh en l947 (siège 82 jours à la Cotonnière avec le Commandant DABOVAL) promu Général. Ce monument a été érigé par mon père Soldat 39/45 9ème D.I.C 2/6 R.I.C..
Merci si j'arrive à avoir un résultat positif, je cherche depuis tant d'années !.


union nationale des parachutistes de thionville 09/04/2011 12:16



Bonjour-Nous allons faire un article la dessus,notre blog n'est pas bien important mais qui sait,qui ne risque rien n'obtient rien.Amicalement.



Présentation

  • : blog-UNP.nos Anciens nos Sections
  • blog-UNP.nos Anciens nos Sections
  • : Blog créé initialement pour faire connaitre la section de Thionville,s'est étendu à des sections et amicales de la région et d'ailleurs.
  • Contact

Recherche