Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 août 2010 4 19 /08 /août /2010 14:15


Trinquier-1.jpgLe colonel Trinquier.

Né en 1908, Roger TRINQUIER devient sous-lieutenant en 1933 de l'école des officiers  de Saint-Maixent. Il participe à la deuxième guerre mondiale ainsi qu'à la guerre d'Indochine. En 1956, il rejoint l'Algérie et participe à la bataille d'Alger en tant qu'adjoint du général Massu. Il combat à la tête de son régiment dans le Sud et en Kabilie puis prend part aux opérations du Plan Challe en Oranie avant de prendre le commandement du secteur d'El Milia dans le Constantinois. Rappelé en métropole en 1960, il décède en de façon accidentelle  le 11 janvier 1986.

 


 

 

 

Deux textes provenant de DLP

DLP nr 103-1986- écrit par le colonel Darchy,ancien compagnon du colonel Trinquier en Chine et aux Commandos Ponchardier.


Au lendemain de Pearl Harbour(8/11/1941),la fermeté de l'amiral Decoux,Haut commissaire dans le Pacifique,avait permis qu'en Chine,la mainmise des autorités japonaises sur la Concession internationale de Shanghaï ne s'étende pas à la concession française.
La sécurité des personnes et des biens -français notamment-dans cette grande ville,elle même englobée dans l'immense cité chinoise,constituait la mission primordiale du détachement militaire français de Shanghaï (DFC).Le noyau du DFC était une unité formant corps,le Bataillon mixte d'Infanterie Coloniale de Chine.Le BMICC était à quatre compagnies avec 25% d'effectifs français,75% de tirailleurs indochinois.
La mission fut remplie sans difficultés notables jusqu'au 9 mars 1945.Elle se révéla d'une rare complexité dès lors que les Japonais conscients de l'inanité de leur rêve d'hégémonie à la tête de la "Plus grande Asie",s'ingénièrent à semer ici et là des bombes à retardement.
Le capitaine Trinquier assumait dans le Bataillon les fonctions d'adjoint au Chef de Corps.Son rôle fut alors singulièrement important,voire décisif en plusieurs occasions.
Déjà,le jour même du coup de force,son sens aigu de l'honneur militaire l'avait conduit à s'opposer,à son modeste échelon,à la soumission sans combat au diktat de l'EM japonais imposant le désarmement de nos troupes.
Par la suite,et jusqu'à la reddition japonaise,la révolte des tirailleurs annamites du Bataillon,fomentée par les cellules naissantes de l'organisation VM,secrètement soutenue par l'occupant devait entrainer,à l'intérieur et au voisinage de la caserne française,située en pleine concession,une succession d'affrontements dramatiques.
Les incidents répétés provoqués par les rebelles (gradés et tirailleurs),en quête d'actes de répression qui,selon leur calcul,leur aurait permis de revendiquer auprès des japs le contrôle du Bataillon et sans doute l'internement des cadres furent presque tous traités par Trinquier.
Se portant avec le plus grand sang-froid,seul et sans arme,au coeur même de l'incident ,il savait chaque fois faire preuve d'un sens augu de l'opportunité,découvrir l'interlocuteur valable au milieu d'une cohorte vociférante,parlementer,s'en rapporter éventuellement à l'arbitrage d'un responsable japonais,peu soucieux de se voir compromis dans un affrontement sanglant et empêcher que jamais ne s'accomplit l'irréparable.

A de nombreuses reprises,les camarades de Trinquier,jeunes et anciens,les familles des uns et des autres disséminées dans la concession,dans une sécurité bien fragile,auront contracté à son égard une dette de reconnaissance difficile à évaluer.


second texte même origine écrit par le colonel  J.Romain-Desfossés.
Avec le colonel Roger Trinquier,décédé accidentellement le 11 janvier dernier,une belle figure d'officier particulièrement typé a disparu.
Originaire des Hautes-Alpes,issu d'un milieu terrien dont il faisait volontiers état,il donnait une impression de force et de résolution.Les principaux traits de sa personnalité étaient:
-un solide bon sens.
-une conviction profonde de la valeur absolue d'un Ordre Traditionnel se traduisant par des certitudes tranquilles qui lui donnaient une grande confiance en lui-même.
-le sens des solutions simples.
-un caractère trempé.
Se destinant initialement à l'enseignement,il avait fait ses études à l'Ecole Normale d'Aix en Provence.C'est au cour de son service militaire qu'il découvrit l'Armée et décida d'y rester.Il choisit les Troupes Coloniales.
Après un premier séjour en Indochine,il en fit un second en Chine dans le milieu militaire très particulier des concessions internationales à Pékin,puis à Shangaï.Il en retira une bonne connaissance des Asiatiques.
Après la capitulation du Japon,il se hâta de rejoindre le Corps Expéditionnaire à Saïgon et réussit à se faire incorporer au Commando"SAS B" du Capitaine de Frégate Ponchardier.A celui-ci qui lui objectait qu'il n'avait pas de poste disponible pour un capitaine,il répondit qu'il ne venait que pour se battre,ne serait-ce comme"Homme du rang"Il s'initia alors à la technique des" coups de mains" et de la guérilla et sut que dans une région ou la densité adverse est relativement faible,l'audace paye.

Rapatrié il repartit rapidement en Indochine comme adjoint du chef de Bataillon commandant le 2eme Bataillon Colonial de Commandos Parachutistes.Son chef est tué à côté de lui dans une embuscade ,il prit le commandement de l'Unité dont il fit le "fer de lance"du Général commandant les Territoires du Sud à qui il se rendit indispensable.

Sa réputation d'avoir "la baraka" se confirma au cours d'un saut où,à la suite d'un incident technique,tous les parachutistes sauf deux(dont lui même) s'écrasèrent au sol.

Après un court séjour en France,il est mis à la tête du Groupement de Commandos Mixtes Aéroportés(GCMA) qui avaient pour mission de créer des maquis anticommunistes dans les zones demeurées sous contrôle Vietminh.Là,sa connaissance de la guérilla et plus encore celle"de l'âme paysanne" lui furent précieuses car il perçut combien facilement un paysans réfractaire au Collectivisme peut se muer en maquisard.Ce fut un grand moment de sa carrière.

Profondément imbu de cette forme de guerre,il s'employa à développer et à multiplier les maquis.
Les succès qu'il obtint permettent de considérer que,si ce mode d'action avait été adopté plus tôt par le Haut-Commandement,l'issue du conflit aurait pu s'en trouver modifié.

Puis c'est la guerre d'Algérie et la Bataille d'Alger où,aux ordres de Massu,son réalisme et son aptitude aux solutions simples firent la preuve de son efficacité.
Pour empêcher que les terroristes ne puissent se noyer dans la population,et s'inspirant de l'organisation de la Défense Passive,il créa le Dispositif de Protection Urbaine(DPU)-selon lequel la ville d'Alger était entièrement compartimentée sous une forme pyramidale avec,à chaque niveau,un responsable mis dans l'obligation de déclarer immédiatement toute présence insolite dans ses limites de responsabilité.Ce système,combiné avec un recensement minutieux et les contrôles effectués par l'Armée,permit de débusquer les Terroristes.
Puis il y eut le 13 mai 58.Grâce au DPU,il concourut à canaliser la population dans le sens de l'appel que Massu lança à de Gaulle.

Cependant,son attachement notoire à "l"Algérie Française" le fit considérer par le Pouvoir comme indésirable à Alger.Relégué dans un Commandement éloigné et difficile ,toujours avec des méthodes simples,il réussit à améliorer notamment la situation.

Relevé néanmoins de ses fonctions et renvoyé en France,désabusé,il accepta l'offre que lui fit le Jeune Gouvernement Indépendant de l'ex Congo Belge de former une Armée Nationale.S'étant,à cet effet,fait mettre à la retraite de l'Armée Française,il s'y rendit,mais,n'ayant pu s'entendre avec les Autorités Katangaises rentra en France.

Il commença alors à écrire sur le thème de la Guerre Révolutionnaire des ouvrages malheureusement trop peu diffusés.Il publia également d'autres livres.

En 1963,associé avec le colonel Buchoud,il créa l'Union Nationale des Parachutistes dont il passa,un an après,la responsabilité au général Gracieux.

Les guerre d'Indochine et d'Algérie firent émerger dans l'Armée un certain nombre de fortes personnalités dont la plupart furent mises à l'écart quand arriva l'heure d'un choix dramatique.

Le colonel Trinquier en fut l'une des figures marquantes.
Il était l'image de ceux qui ont su faire leur maxime de Napoléon:

"L'Art Militaire est simple et tout d'exécution".

Il était Commandeur de la Légion d'Honneur et titulaire de 14 citations.

J.Romain-Desfossés.

 

Trinquier-Alger-001.jpg


colonel Trinquier second à partir de la droite-période Algérie.

***************




Les livres dont il est l'auteur.
La Guerre Moderne(1961-le plus connu).

 

 

Trinquier8

La guerre moderne, c'est celle que les guerres totales du XXe siècle puis la guerre froide avaient estompée mais qui revient en force dans les différentes crises dans lesquelles sont engagées les forces armées occidentales. C'est en fait la guerre de toujours, celle qui se conduit au sein des sociétés et des populations, face à un adversaire de type guérilla qui cherche à contourner la puissance classique des armées conventionnelles.
Fort de son expérience opérationnelle en Indochine et en Algérie, Roger Trinquier - plus connu sous l'appellation de Colonel Trinquier - la théorise en 1961 dans son oeuvre majeure La Guerre moderne. Certes les circonstances et les objectifs politiques sont aujourd'hui bien différents, mais les tactiques demeurent et les principes majeurs énoncés par Trinquier sont tellement adaptés aux engagements actuels que son ouvrage, largement traduit, fait aujourd'hui référence dans de nombreuses armées occidentales.
Il était temps que la France, par cette réédition , se réapproprie un auteur dont la pensée s'avère d'une brûlante actualité.


Le coup d'état du 13 mai(1962)

 


Trinquier9

 

Notre guerre au Katanga(1963)

 


Trinquier3

 

L'Etat nouveau la solution de l'avenir(1964)
La Bataille pour l’élection du président de la république(1965)
Guerre,subversion,révolution(1968)
Les maquis d'Indochine(1976)

 

Trinquier4

Le colonel Trinquier, acteur de premier plan dans la création et le commandement des GCMA nous livre une histoire de ces unités trop peu connues qui servirent d’ailleurs de modèles aux célèbres bérets verts (green berets) américains pendant la guerre du Vietnam.

Le GCMA,Commando Mixe Aéroporté est créé en mai 1950 en Indochine et est alors sous les ordres du colonel GRALL.En décembre 1953 le GCMA devient le GMI est est sous les ordres du commandant TRINQUIER.

 

Trinquier5

 Vers la fin du livre concernant l'Algérie il on peut lire:    Il fallait d'abord ne pas mentir. On ne peut pas construire une politique sur l'équivoque et le mensonge permanents. On ne ment pas à des officiers engagés corps et âme dans une oeuvre pacificatrice qui les avait passionnés. La vérité finit toujours par sortir du puits et sa lumière crée alors des catastrophes. Un pouvoir honnête aurait dû dès le départ éclairer son armée sur la finalité de sa politique, pour qu'elle oriente dans le sens voulu son action psychologique.

 

Le 1er bataillon de bérets rouges( Indochine 1947-1949)(1984)

 


Trinquier6

 

Roger Trinquier y raconte la saga du 2ème Bataillon Colonial de Commandos Parachutistes qu’il commandait en Indochine. La période porte sur les années 1947-1949.


**********************

 

1983-Présence du colonel Trinquier à la journée du "livre combattant" au Beffroi de Thionville.

LocalUNP-010.jpg

 

 

 

1986-lors de la commémoration de la Saint-Michel,la "Maison du Para" de la section de Thionville prenait officiellement le nom de "Foyer Colonel TRINQUIER",le nom du fondateur de l'Union Nationale des Parachutistes.Une plaque drapée de tricolore était alors dévoilée par le lieutenant-colonel Bourgey,ancien du 1°RPIMa et des paras Charles Drouchon,ancien du 3°RPC et Philippe Weber ancien du 3°RPIMa.

Foyer-Trinquier.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by union nationale des parachutistes de thionville - dans Souvenir.
commenter cet article

commentaires

michel deloffre 19/08/2010 17:14


Bonjour-j'ai essayé votre lien,il ne fonctionne pas.


Godinne Patrick 19/08/2010 16:51


Bonsoir,

Auteur que j'ai bien du plaisir à relire ...

http://meslivres.blog4ever.com/blog/forum_sujet-161425-97813-260451-colonel_trinquier_roger.html

Bien cordialement

G.P.


Présentation

  • : blog-UNP.nos Anciens nos Sections
  • blog-UNP.nos Anciens nos Sections
  • : Blog créé initialement pour faire connaitre la section de Thionville,s'est étendu à des sections et amicales de la région et d'ailleurs.
  • Contact

Recherche