Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 décembre 2011 4 01 /12 /décembre /2011 12:02

Les photos sont de Madame Brigitte MAURENS.

Les articles de Richard BLANC.

 

 

Hommage aux Tirailleurs sénégalais

Lectoure  - Samedi 19 novembre 2011

 

 

2011-Hommage aux Tirailleurs Sénégalais (3)

 

C’est en fin de matinée et sous un soleil radieux que deux cars sont arrivés de Bordeaux composés des membres de l'Association des Travailleurs Sénégalais et de leurs familles ainsi que du représentant du consul du Sénégal, Monsieur MALIK.


Attendus pour leur dixième visite annuelle par les anciens combattants et des délégations de personnalités, ils sont venus se recueillir au Carré militaire de Lectoure qui abrite de nombreuses tombes de Tirailleurs Sénégalais issus de toute l'Afrique.


La cérémonie était dirigée par le général Eric BOSS, président du comité de Lomagne du Souvenir Français et réunissait aux côtés du maire Gérard DUCLOS et des conseillers municipaux, le conseiller général Georges COURTES, Jean-Paul LACOUTURE directeur du cabinet du préfet du Gers, le Président Gérard WENNER et des membres de l'Association de l’Union des Parachutistes du Gers ainsi que des anciens combattants, des représentants de la gendarmerie et de l'Association France-Casamance.


Après les honneurs rendus aux drapeaux, Gérard DUCLOS a rappelé la genèse de la remise en état du cimetière militaire décidée par son père Robert DUCLOS et réalisée par les anciens combattants avec successivement l'aide de la municipalité de Robert CASTAING, puis de la sienne et celle du Souvenir français. Jean-Paul LACOUTURE a salué la volonté d'associer les jeunes au devoir de mémoire.

Monsieur MALIK a rendu hommage aux efforts faits par les Lectourois pour honorer la mémoire des soldats africains pour lesquels il a rappelé l'injustice du gel des pensions.

Des gerbes ont été déposées au pied du monument à la gloire des Tirailleurs Sénégalais des 141e et 84e B.T.S. et les 73 noms de ces braves morts pour la France ont été lus un par un.

Un apéritif offert par la municipalité de LECTOURE a conclu cette journée empreinte de recueillement et de souvenirs suivi du traditionnel repas réunissant Lectourois et Sénégalais.

 

« … Et de ce sang qui coule, aurai tu oublié ? Qu’à travers ces guerres, pour toi en fiers soldats ils sont tombés. ». Extrait d’un poème de Marie Quilichini.

 

 

 

Image00001.jpg

 

2011-Hommage aux Tirailleurs Sénégalais (1)

 

2011-Hommage aux Tirailleurs Sénégalais (5)

 

2011-Hommage aux Tirailleurs Sénégalais (11)

 

2011-Hommage aux Tirailleurs Sénégalais (2)

 

2011-Hommage aux Tirailleurs Sénégalais (6)

 

2011-Hommage aux Tirailleurs Sénégalais (8)

 

HISTORIQUE

 

LES FAITS ET LES CHIFFRES

 

PREMIÈRE GUERRE MONDIALE

 La contribution globale de colonies à l’effort de guerre français pour la 1ère Guerre Mondiale (1914-1918) s’est élevée à 555.491 soldats, dont 78.116 ont été tués et 183.903 affectés à l’arrière à l’effort de guerre économique en vue de compenser l’enrôlement de soldats français sur le front (1). L’Algérie, à elle seule, a fourni 173.000 combattants musulmans, dont 23.000 ont été tués, et 76.000 travailleurs ont participé à l’effort de guerre, en remplacement des soldats français partis au front. La contribution totale des trois pays du Maghreb (Algérie, Tunisie, Maroc) s’est élevée à 256.778 soldats, 26.543 tués et 129.368 travailleurs. L’Afrique noire (Afrique occidentale et Afrique équatoriale) a, pour sa part, offert 164.000 combattants dont 33.320 tués, l’Indochine 43.430combattants et 1.123 tués), L’Ile de la Réunion 14.423 combattants et 3.OOO tués, Guyane-Antilles (23.OOO combattants, 2037 Tués).

 

SECONDE GUERRE MONDIALE

Pour la Deuxième Guerre mondiale (1939-1945): La première armée d’Afrique qui débarqua en Provence (sud de la France), le 15 août 1944, avait permis d'ouvrir un deuxième front en France après le débarquement du 6 juin 1944 en Normandie. Cette armée de 400.000 hommes, comptait 173 000 arabes et africains dans ses rangs. De juin 1940 à mai 1945, cinquante cinq (55 000) Algériens, Marocains, Tunisiens et combattants d'Afrique noire furent tués. 25 000 d'entre eux servaient dans les rangs de l'armée d'Afrique.

Durant la campagne d’Italie, marquée par la célèbre bataille de Monte Cassino, qui fit sauter le verrou vers Rome, et, à ce titre, célébrer comme la grande victoire française de la II me guerre mondiale, sur les 6.255 soldats français tués, 4.000, soit les deux étaient originaires du Maghreb et parmi les 23.5000 blessés, 15.600, soit le tiers étaient du Maghreb. Ahmad Ben Bella, un des futurs chefs de file de la guerre d’indépendance algérienne et premier président de l’Algérie indépendante figurait parmi les blessés de la bataille de Monte Cassino. Il en est de même de la campagne d’Allemagne, sur les 9.237 tués, 3.620 étaient des enrôlés du Maghreb, et sur les 34.714 blessés, 16.531 étaient Maghrébins.

 

 

 

LES TIRAILLEURS SENEGALAIS

 

Les tirailleurs sénégalais sont des troupes d'infanterie coloniale recrutées en Afrique subsaharienne. Les premiers soldats noirs à servir la France sont d'anciens esclaves de confiance, les "laptots", recrutés, au XVIIIe siècle, pour assurer la sécurité des navires de la Compagnie générale des Indes qui commerce avec l'Afrique.

 Le corps des tirailleurs sénégalais est créé, en 1857, par un décret de Napoléon III. De cette date à leur suppression, dans les années 1960, les tirailleurs participent à toutes les campagnes coloniales menées par la France. Ils combattent en Afrique noire à la fin du XIXe siècle et 150 d'entre eux participent notamment à la mission Marchand (1896-1899), expédition française sur le Nil pour y contester l'hégémonie britannique. Ils interviennent encore au Maroc (1912-1934).

 Les tirailleurs sénégalais jouent un rôle actif dans la défense ou la reconquête du territoire national lors des deux conflits mondiaux. Entre 1914 et 1918, sur les 161 250 tirailleurs recrutés, 134 000 interviennent sur différents théâtres d'opération, notamment aux Dardanelles et sur le front de France, à Verdun ou sur la Somme (1916), sur l'Aisne en 1917, tandis que les autres servent outre-mer comme troupe de souveraineté. Durant la Seconde Guerre mondiale, ils participent aussi bien à la bataille de France, en 1940, qu'à l'ensemble des combats menés par la France Libre, intervenant notamment au Gabon (1940), à Bir-Hakeim (1942) ou encore débarquant en Provence avec la 1re armée (1944).

 

Article des ressources et lien : http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/page/affichecitoyennete.php?idLang=fr&idCitoyen=22 

 

 

LE CARRE MILITAIRE DES TIRAILLEURS SENEGALAIS DE LECTOURE

2011-Hommage-aux-Tirailleurs-Senegalais-carre-militaire-.jpg 

 

Un monument du 141ème BTS a été élevé et il est dominé par un mât où flotte le drapeau français, hommage au sacrifice des 73 braves morts pour la France et la Liberté.

 

Article des ressource et lien : http://www.lectoure.fr/cimetieres.html 

 

Qui étaient ces Tirailleurs Sénégalais qui ont combattu et qui ont en nombre, sacrifié leur vie pour notre pays ?

Le nom des « Tirailleurs Sénégalais » remonte à 1857 lorsque le premier bataillon est créé à Saint-Louis du Sénégal. De cette unité, vont découler toutes celles de l'Afrique noire francophone qui conserveront cette appellation bien qu'il n'y ait rien de commun entre l'Africain originaire de Dakar, du Dahomey, de la Guinée, du Tchad ou du Gabon...

Pourquoi des Tirailleurs Sénégalais à Lectoure ?

Alors que depuis le début de la Grande Guerre, les unités de Tirailleurs Sénégalais par leur engagement et leur vaillance inspirent respect aux Alliés et crainte à leurs ennemis, les pertes qu'ils subissent amènent le commandement à faire venir des territoires africains, des contingents prêts à combler leurs rangs. En 1918, des lieux de stationnements sont crées dans le Sud-ouest pour permettre aux nouvelles recrues de s'acclimater avant de monter au front.

Deux Bataillons de Tirailleurs Sénégalais (BTS) seront implantés à Lectoure. Les travaux d'infrastructure sont entrepris par des travailleurs Annamites puis par le 13ème Bataillon Malgache et le 84ème bataillon de Tirailleurs Sénégalais.

En septembre 1918, le 84ème BTS est dissous et le 141ème est créé. En février 1919, le commandement décide d'abandonner le site de Lectoure. Les compagnies escortées jusqu'à la gare par les élus et la population Lectouroise quittent la garnison mais les malades restent en traitement à l'Hôpital Bénévole n°64 bis. Le 141ème BTS est dissous le 1er avril 1919.

 

Création du carré militaire des Tirailleurs Sénégalais

De 1918 à 1919, 73 tirailleurs seront enterrés au Cimetière Saint-Esprit. Le premier inhumé fut Koinenga BEIDARY du 141ème BTS le 1er août 1918, le dernier inhumé fut le caporal Lene PEBE du 141ème le 27 août 1919.

Jusqu'en 1935, le cimetière est plus ou moins entretenu. Une restauration est entreprise en 1935 mais au cours de la Seconde Guerre Mondiale, le cimetière tombe dans l'oubli. Il faut attendre 1950 pour que le comité du Souvenir Français de Lectoure, avec l'aide des Anciens Combattants et Prisonniers de Guerre, assume la remise en état de ce Carré. Plus récemment, une rénovation complète a été menée à bien : d'abord en 2001 puis en 2006. Le Carré Militaire de Lectoure comporte 73 tombes : 4 du 84ème BTS et 69 du 141ème BTS.

La répartition par pays est la suivante :

  • République Centre Africaine (Bangui) : 1
  • Congo : 6
  • Côte d'Ivoire : 16
  • Dahomey : 9
  • Guinée : 4
  • Haut Sénégal Niger : 6
  • Sénégal : 3
  • Soudan : 4
  • Origine ethnique inconnue : 14

 

Si vos pas vous dirigent vers Lectoure, passez au cimetière du Saint-Esprit, vous y verrez un Carré Militaire particulièrement émouvant dans un cadre magnifique. Vous pourrez méditer cette devise du Souvenir Français

« A nous le souvenir, à eux l'immortalité. »

 

Autres Liens sur le sujet :

http://www.ladepeche.fr/article/2011/11/22/1220944-lectoure-les-tirailleurs-senegalais-en-visite.html 

http://sdonac32.pagesperso-orange.fr/poilu.htm 

 

 

 

les images sont sur l'album :    Section-du-Gers-General-Mengelle Section-du-Gers-General-Mengelle

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : blog-UNP.nos Anciens nos Sections
  • blog-UNP.nos Anciens nos Sections
  • : Blog créé initialement pour faire connaitre la section de Thionville,s'est étendu à des sections et amicales de la région et d'ailleurs.
  • Contact

Recherche